Magazine Régions du monde

2010 : année de la diversité du vivant

Publié le 13 janvier 2010 par Fouchardphotographe @fouchardphoto

Dix-huit ans après le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, qui avait consacré à l'échelle planétaire le terme de biodiversité, 2010 a été désignée par les Nations Unies, Année internationale de la biodiversité. Elle a été lancée officiellement aujourd'hui depuis Berlin par le directeur du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), Achim Steiner. L'intérêt porté à la diversité biologique de la planète a cru au fur et à mesure que l'on prenait conscience de sa destruction, de sa fragilité. Aux recensements des espèces, à la classification précise de celles qui sont menacées (Liste Rouge de l'UICN) s'est ajoutée récemment l'évaluation du coût de cette biodiversité, et de sa perte. D'après le rapport remis par l'économiste indien Pavan Sukhdev au PNUE, les dégâts coûteraient 14 000 milliards d'euros par an en 2050, soit 7% du PIB mondial (lire La nature a désormais un prix). Ainsi, à Berlin, Achim Steiner a expliqué que si les mots biodiversité et écosystèmes pouvaient paraître abstraits pour certains, «leur rôle dans l'économie et dans la vie de milliards d'individus n'avait rien d'abstrait». L'un des enjeux de cette année de mobilisation est l'instauration d'un organisme d'expertise mondiale comparable au GIEC pour le climat. C'est fin février, lors d'un sommet mondial du PNUE qui se tiendra à Bali en Indonésie, que la décision de créer ou non l'IPBES (Panel intergouvernemental pour la biodiversité et des services rendus par les écosystèmes) sera prise. C.D. Sciences-et-Avenir.com 11/01/10


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fouchardphotographe 26 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte