Magazine Humeur

Une bonne grosse dette à éponger, rien de tel qu’un bon petit référendum populaire !

Publié le 13 janvier 2010 par Nicolas007bis

Eurielle 2

Ca chauffe en Islande et pas uniquement à proximité des geysers !

Ce qui a mis le feu à la banquise ce sont les 4 milliards que l’Islande s’est théoriquement engagée à rembourser aux Etats anglais et néerlandais.

En fait, ce montant correspond aux avoirs des 320 000 ressortissants de ces 2 nationalités qui avaient confié, moyennant de substantiels intérêts, leurs fonds à la Banque islandaise Icesave, filiale de l'ancienne deuxième banque islandaise, Landsbanki. Coïncidence, 320 000 c’est à peu de choses près le nombre d’habitants de ce petit pays frisquet.

Or, cette banque prodigue a eu la mauvaise idée de tomber en faillite abattue comme tout le reste du système bancaire islandais par la crise financière. Afin d’éviter un effet boule de neige trop important, le gouvernement islandais a considéré qu’il n’avait pas d’autre choix que de la nationaliser. Il faut dire que secteur financier islandais représente 8 à 9 fois son PIB, difficile dans ces conditions de le laisser couler purement et simplement.

Par contre, il était plus facile de décréter le gel des avoirs des clients (tous étrangers) de Icesave ce que le gouvernement islandais s’est empressé de faire, provoquant ainsi l’ire des britanniques et plus discrètement le fort mécontentement des néerlandais.

En représailles, le gouvernement britannique avait alors utilisé une législation antiterroriste pour geler les avoirs au Royaume-Uni des banques islandaises.

Il faut dire que les anglais et les néerlandais ont fait le choix d’indemniser partiellement leurs ressortissants avant, bien évidemment, de demander ensuite au bienheureux propriétaire de ce qu’il reste d’Icesave de bien vouloir les rembourser.

Après quelques discussions et que l’on devine tumultueuses et quelques allers et retours, les islandais, les anglais et les néerlandais sont enfin parvenus à un accord prévoyant un remboursement partiel des sommes réglées par les gouvernements britanniques et néerlandais pour un montant global de 3,8 milliards d’euros.

Les sommes seraient considérées comme un prêt accordé à l'Islande devant être remboursé entre 2016 et 2024.

Le 30 décembre, le parlement islandais adopte, à une courte majorité, la Loi qui autorise ce remboursement dans les conditions prévues par l’accord.

Aussitôt les opposant à cet accord lance une pétition afin qu’elle soit soumise à référendum.

La pétition connait un gros succès puisqu’elle est signée par 23% de l’électorat islandais (ce qui ne fait néanmoins que 56 000 personnes).

A ce stade là de l’exposé des faits, vous vous demandez peut-être pourquoi on nous fait tout un fromage de 4 malheureux milliards d’euros !

Effectivement, pour nous français, habitués à jongler tous les ans depuis 25 ans avec des déficits monstrueux, 4 milliards d’euros, c’est une misère, une babiole, une broutille !...c’est à peine plus que ce que l’Etat français donne aux restaurateurs tous les ans en réduction de TVA et c’est 2,8% de notre déficit de 2009 !

Pour autant, si on resitue ces 4 milliards dans le contexte islandais on obtient quand même un chiffre qui représente 40% du PIB ou encore 12 000 euros par tête de pipe…vu comme cela, la somme devient beaucoup plus impressionnante et on comprend mieux les quelques réticences de certains islandais à s’acquitter de leur dette ou plus précisément de qu’ils considèrent n’être que la dette de leurs banquiers !

Compte tenu de l’ampleur relative des enjeux financiers et devant les vives protestations d’une importante partie de la population, Olafur Ragnar Grimsson, Président islandais de son état, a jugé plus prudent de faire appel au peuple via un référendum pour décider s’il devait ou non signer et donc valider cette loi !

C’est là que cette histoire commence à devenir intéressante puisque c’est, à ma connaissance, la première fois qu’un Etat demande à son peuple s’il doit ou non rembourser ses dettes !

Evacuons d’entrée la question: Les Islandais doivent-ils payer pour la déconfiture de leurs banques ?

A cette question certains ont une réponse claire nette et précise, c’est NON, NO, NEI !

Cette question, tous les pays se la sont posés à un moment ou à un autre et ils ont tous considérés qu’il fallait le faire sous une forme ou sous une autre et je ne reviendrais pas sur le bien fondé ou non de cette décision ! …les Islandais l’ont fait en nationalisant leurs banques. Ce faisant, l’Etat islandais a pris à son compte les engagements des dites banques !

A cela je rajouterai que la récente mais brève prospérité de l’Islande, ex cinquième pays le plus riche du monde, essentiellement basée sur un secteur financer disproportionné, a profité à tous les islandais et qu’il parait maintenant un peu facile pour ceux-ci de se désolidariser de leurs ex source de richesse déchu !

La question posée par ce remboursement n’est donc plus de savoir si l’Etat islandais doit payer à la place des banques mais si l’Etat islandais doit ou non assumer ses engagement et comment !

La question subsidiaire à la première est donc, quelle est la nature des engagements de la banque Icesave vis-à-vis de ses clients ? Y avait-il un engagement formel ou même tacite de restituer leurs sous à ses clients ?

Faute de certitude sur ce point, nous allons imaginer que oui.

L’autre question que l’on peut également se poser concerne l’attitude de l’Angleterre et dans une moindre mesure des Pays-Bas. Compte tenu de l’importance du montant par rapport aux capacités de remboursement de l’Islande, ces 2 pays devaient ils indemniser à une telle hauteur les clients de la banque islandaise (100 000 euros) et en conséquence pouvaient-ils exiger aussi fermement un tel remboursement de la part de l’Islande ?

A ces 2 questions gageons qu’il y aura autant d’avis différents que de combinaisons possibles !

Malgré tout, au final, la question qui va être posée au peuple islandais est bien celle de savoir si l’Islande doit respecter ses engagements internationaux.

On comprend bien les enjeux de ce référendum.

Imaginons que le « Peuple » islandais refuse de ratifier l’accord. Les conséquences immédiates en seront tout d’abord une défiance accrue de la part des prêteurs potentiels qui se traduira par un surenchérissement sensible du cout du crédit (Fitch a déjà abaissé le rating de l’Islande à BB+). Certes ils trouveront toujours des préteurs mais à des taux exorbitants puisque chacun sait que le risque se rémunère. Quand à la réputation des banques islandaises déjà bien entamée, elle sombrera dans des profondeurs insondables.

D’une certaine manière, sans aller jusqu’à dire comme le fait Paul Myners, Secrétaire d’État britannique aux finances : « Le peuple islandais, s’il devait arriver à cette conclusion (négative) dirait en réalité que l’Islande ne veut pas faire partie du système financier international, que l’Islande ne veut pas avoir accès au financement multinational, national et bilatéral et ne veut pas être considéré comme un pays sûr, avec lequel faire des affaires », il n’en reste pas moins que les islandais, du fait de cette décision, opèreraient un repli sur eux même pour le moins drastique, à un moment ou justement ils ont particulièrement besoin de l’aide financière de la communauté internationale (FMI, Russes, CEE..).

L’autre enjeu est un peu plus général.

Certes, dans l’histoire, il y a eu de nombreux précédents de pays qui ont refusé d’honorer leur dette et qui s’en sont pourtant très bien remis (L'Argentine par exemple s'en fit une spécialité dans la dernière partie du XXème siècle).

Pour autant, dans le cas présent, ce qui rend l’évènement exceptionnel c’est le fait de faire appel au Peuple pour prendre une telle décision. En demandant, sous prétexte de démocratie, à son Peuple de décider si oui ou non l’Islande doit respecter ses engagements internationaux, Olafur Ragnar Grimsson a ouvert la boîte de Pandore.

Donner ce pouvoir et cette responsabilité à la Nation, même peu nombreuse, n’est il pas un moyen pour son Président de se décharger d'une lourde responsabilité ?

Pourtant, beaucoup chantent les louanges de ce petit peuple d’Islande qui donne des leçons de démocratie aux grands !

Même si les situations n’ont rien de comparable, imaginons qu’un Président français décide, enfin, de prendre à bras le corps la question de la Dette et déclare qu’elle devra être résorbée soit via un plan de rigueur sur 15 ans soit par un effacement pur et simple.

La question serait posée aux électeurs par voix référendaire ce qui aurait l’immense intérêt de faire porter la responsabilité de la décision sur le Peuple !

C’est précisément cette question qui est posée au peuple islandais !

Quelle serait la réponse des Français ?

Personnellement je ne parierais pas ma chemise sur la première option !

Il n’y a qu’à écouter le discours de ceux qui, en France, considèrent que le meilleur moyen de vivre en permanence au dessus de ses moyens consiste à emprunter sans jamais rembourser. Et quelle idée géniale, pour être certain de n’avoir jamais à rembourser que d’effacer d’un coup de chiffon magique la gigantesque ardoise que nous alimentons jusqu’à l’obésité depuis 30 ans !

Et puis, quel mal y a-t-il à ne pas rembourser les banquiers pourris et autres nécessairement riches et profiteurs investisseurs, de préférence étrangers, qui ont eu le malheur d’investir dans les bons du Trésor français !

Du coup, j’ai un bon conseil à donner à tous les Etats surendettés de la Terre (ça en fait un paquet) : Si vous avez une bonne grosse dette à éponger, rien de tel qu’un bon petit referendum populaire !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicolas007bis 70 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines