Magazine France

Pourquoi Nicolas Sarkozy fait-il le forcing pour repousser toujours plus loin l’âge de la retraite ?

Publié le 14 janvier 2010 par Kamizole

retraite-manifestant.1263468714.jpgPardines ! C’est facile à comprendre : dans 5 ans, il aura 60 ans… C’est un vieux qui refuse de vieillir. La preuve vient pourtant d’en être faite : il est grand-père ! Mais trêve de plaisanterie. Je ris jaune. La question de l’âge du départ en retraite revient sur le tapis. Darcos est pressé d’en découdre… Déjà trop de temps perdu : en août 2009 ne déclarait-il pas que la réforme des retraites devrait avoir «bougé» d’ici à l’automne 2010 avais-je lu sur le Figaro Réforme des retraites : Darcos se hâte. Peu lui chaut que les Français y soient majoritairement hostiles comme le soulignait France-Info Retraites : les Français ne veulent pas travailler plus longtemps : «Deux tiers des français ne sont pas prêts à travailler plus longtemps avant de partir à la retraite. C’est le principal enseignement du sondage publié aujourd’hui par France Info et 20 minutes. Une enquête dans laquelle la majorité de personnes interrogées est en désaccord avec les pistes envisagées par le gouvernement».

C’est franc et massif de quelque façon qu’on leur présente la chose : 63 % refusaient que l’on relevât l’âge de départ à la retraite et 66 % une augmentation de la durée de cotisation. Mieux : ils étaient encore plus nombreux – 90 % ! – à refuser une diminution du montant des pensions de retraite. 66 % refusant par ailleurs que l’on revint sur le principe des deux ans de cotisation par enfant élevé accordés aux mères de familles.

Je doute qu’ils aient changé d’avis aujourd’hui. Mais il bien évident que le pouvoir qui impose ses réformes au pas de charge et sans tenir nul compte des desiderata de la population fasse droit au souhait de plus de 80 % des sondés qui réclamaient alors un référendum sur les retraites… Nous ne saurions oublier que la Sarkozie est une quasi dictature.

Or donc, je lis dans Le Monde d’hier que le gouvernement privilégie l’allongement de la durée du travail. Pensée unique : la seule solution possible. C’est toujours le même lait d’beu lorsqu’il s’agit d’appliquer les recettes magiques de l’ultralibéralisme. Perso, c’est bien toute cette clique de parasites aussi inutiles que trop payés que je mettrais immédiatement au rancart. Sans droit aux alloc de chomdu ni retraite. Oust ! Bon vent. Du balai. Bon débarras. La France ne s’en porterait que mieux.

Je lis dans un autre article du Monde du 10 janvier 2010 Retraites : le gouvernement privilégie l’allongement de la durée du travail que le gouvernement envisage comme contrepartie à la réforme des retraites la question des métiers pénibles et autres “carrières longues” (pour les salariés ayant commencé à travailler entre 14 et 16 ans)…

Faudrait-y être con et avoir peu de mémoire pour croire pareille promesse ! Ce fut déjà le cas de la réforme Fillon en 2003. La “der des der” promettait-il la main sur le cœur – mais plutôt sur son porte-feuille. Il se servit de cette disposition comme torche-cul en 2008. Au grand dam de François Chérèque (CFDT) grand avaleur de couleuvres de cet acabit.

Xavier Darcos qui est l’archétype parfait de l’imbécile campé sur ses positions et absolument incapable de réfléchir à ce qui n’entre pas dans ses vues oublie un fait pourtant têtu : les entreprises ne veulent absolument ni conserver ni a posteriori embaucher les seniors… Le fait est qu’à l’âge légal de la retraite – 60 ans aujourd’hui – ils sont 60 % à ne plus travailler. Il s’en tire avec une pirouette aussi lamentable que ridicule : «Le gouvernement mise sur la pression exercée sur les entreprises pour des plans d’action “seniors” sous peine de sanction financière». Tu parles ! Nul besoin d’être grand clerc pour savoir qu’elles préféreront encore payer une amende…

Il reste que le déséquilibre financier des régimes de retraite doit beaucoup d’une part aux exonérations de charges sociales qui ne sont pas compensées par l’Etat nonobstant les promesses de régularisation d’Eric Woerth en août 2007 et sans doute plus encore aux délocalisations massives et à la désindustrialisation. On ne saurait perdre autant d’emplois qualifiés sans incidence sur l’équilibre des régimes de protection sociale.

Cela n’est pas près de s’améliorer. On le voit tout récemment avec la nouvelle délocalisation de la fabrication des Clio… Finalement, Carlos Ghosn se conduit en pur “bandit manchot” : après avoir accepté sans barguigner les dizaines de milliards de l’aide de l’Etat versés dans le cadre plan de relance de l’économie, il nous la joue façon «Prends l’oseille et tire-toi» !

Je ne vois guère qu’une solution au problème des retraites : tuer les vieux à la naissance !

:)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par nadine
posté le 04 février à 00:20
Signaler un abus

Pourquoi il veut faire bosser les gens plus longtemps : pour nous faire passer de la case boulot à la case morgue. (plus de case retraite). Il va y arriver déjà qu'il siphone les livrets et assurance vie des chomeurs mais pas ceux de ses potes. et oui qd on est au chomage on a pas le droit à l'allocation solidarité lorsque l'on a un capital et tant pis si on a économisé pendant 30 ans, même l'apl on y a pas le droit, il y a une case à cocher pour les biens mobiliers. et celle qui ont un conjoint qui gagne 1000 euros n'ont le droit à rien après l'allocation de retour à l'emploi. Tous pauvre, tous à la rue, ou alors l'exploitation avec des stages anpe qui vont de 0 euros à 70% du smic.

A propos de l’auteur


Kamizole 786 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte