Magazine Culture

Jean EPSTEIN : L'Auberge Rouge

Par Bruno Leclercq

L'Auberge Rouge de Jean Epstein dans Mon Ciné.
Comment étaient traités les cinéastes nouveaux par la presse cinématographique spécialisée des années 20 ? Pour s'en faire une idée je reproduis un article publié dans Mon Ciné sur L'Auberge Rouge de Jean Epstein. Le plus populaire et le moins chers des journaux consacrés au cinéma, Mon Ciné (1), présente les films en images, les stars américaines et françaises se suivent à la une du périodique. Les articles sur l'actualité cinématographique et les techniques du cinéma, encadrent des films « racontés » et illustrés par la photographie. Peu de place pour la critique cinématographique dans ce périodique, pourtant Jean Eyre dans son article sur L'Auberge Rouge, signale le caractère nouveau, étrange et curieux du film d'Epstein, il commente quelques techniques utilisées (déjà présentées dans des articles précédents) et salue les recherches photographiques du réalisateur et de son collaborateur, Raoul Aubourdier.
(1) Publié de 1922 à 1937. Voir l'article de Christophe Gauthier, Le Cinéma passé en revues.
Jean EPSTEIN : L'Auberge RougeGina Manès (La fille de l'aubergiste).
Il n'est pas trop tard pour parler de L'Auberge Rouge, qui passe actuellement sur beaucoup d'écrans.
C'est une œuvre hardie et originale quoique alourdie de longueurs inutiles. C'est l'œuvre d'un débutant – pas tout à fait débutant, puisqu'il nous a déjà donné Pasteur.
L'Auberge Rouge révèle chez son réalisateur une personnalité puissante et étrange, faite d'un mélange de réalisme, d'idéalisme et surtout d'un besoin inné de chercher du nouveau. On discerne dans ses films, des tendances suédoises et aussi allemandes sans cependant pouvoir l'accuser de copier. Il a un genre très personnel. On sent que ce metteur en scène est un chercheur et qu'il sera dans un avenir très rapproché un de nos meilleurs animateurs.
L'Auberge Rouge contient des scènes vraiment poignantes et traitées de main de maître : le crime, ou plutôt la tentation criminelle de Prosper Magna, l'étude des coins de l'auberge, le jugement, l'exécution du condamné et la douleur de sa fiancée sur la tombe, tout cela est vraiment émouvant ; les remords de l'assassin qui entend raconter son crime, à table, chez des amis, sont remarquablement rendus par M. David Evremond, très en progrès.
M. Léon Mathot eut aussi, sous l'influence de son jeune metteur en scène, des gestes, des expressions auxquels il ne nous a guère habitués et joua la scène de la tentation avec une sincérité, une force assez rares chez lui.
Gina Manès personnifie la fille de l'aubergiste, tour à tour espiègle et accablée de douleur, avec infiniment de souplesse et de vérité.
Jaque Christiany, Pierre Hott, Robert Tourneur, Mlle Marice que nous reverrons prochainement dans un rôle plus important de Cœur Fidèle, etc, etc, complètent fort heureusement la distribution.
Mais il faut surtout signaler les recherches photographiques dues à la collaboration de Jean Epstein et de son excellent opérateur Raoul Aubourdier. Il y a notamment certaine promenade autour d'une table qui est tout à fait curieuse ; l'appareil et l'opérateur étaient montés sur un chariot que des machinistes poussaient autour de la table, ainsi que nous l'avons d'ailleurs montré sur une photo accompagnant un article paru il y a quelques semaines : Balzac à l'écran. L'appareil était placé de telle sorte qu'il surplombait la table et permettait de filmer les convives par-dessus la tête de leurs vis-à-vis ; l'effet à l'écran est des plus curieux.
Parfaitement réussi également est le fameux orage dont nous avons déjà entretenu nos lecteurs sous le titre : Comment on tourne un orage la nuit ; l'illusion est parfaite et l'on croit vraiment se trouver en face d'un orage authentique autant que terrifiant.
En résumé l'Auberge Rouge est un film curieux et qui, surtout, laisse prévoir les belles œuvres que son réalisateurs ne manquera pas de nous donner.
Jean Eyre.

Jean EPSTEIN : L'Auberge RougeProsper Magnan taquine la fille de l'aubergiste. Au centre : le jugement. Prosper Magnan est accusé d'un crime qu'il n'a pas commis. Les juges : Anry Barat et Volbert. Un coin de l'Auberge Rouge. A droite : le joueur d'accordéon : M. Dartagnan ; assise par terre, la mendiante : Mlle Marice.
Jean EPSTEIN : L'Auberge RougeJaque Christiany (André) et Mlle Schmit (Victorine), en haut à gauche : David Evremond (rôle de Frédéric Taillefer) dans L'Auberge Rouge. A droite : Le diner. Debout au fond : Mlle Schmit et Jaque Christiany. En bas : Mathot (Prosper Magnan) hésite devant le crime.Réalisation : Jean Epstein. Scénario : Jean Epstein, inspiré du roman de Honoré de Balzac.Premier assistant opérateur :Roger Hubert. Photographie : Raoul Aubourdier. Production : Pathé Consortium Cinéma. 1923, noir & blanc, 1h 06.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Rouge Coco

    Rouge Coco

    Voilà un conte fantastique, qui veut faire peur et qui est paré de mille couleurs. Il est également lu par Jean-Pierre Marielle (je craque pour sa voix ! Lire la suite

    Par  Clarabel
    CULTURE, LIVRES
  • Code rouge

    Code rouge

    de Marie-Christine Vincent« Code rouge! Code rouge! Evacuation immédiate! » Bravant les ordres de son supérieur, Emma Sanchez, pompier se précipite au secours d... Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • L'Ibis Rouge

    L'Ibis Rouge

    Genre : Comédie policièreAnnée : 1975Durée : 85minL'histoire : Jérémie, un maniaque, tue des femmes en les étranglant avec un foulard sur lequel est brodé un... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • Je suis sur la liste rouge de m Jean-Louis Mandon

    suis liste rouge Jean-Louis Mandon

    Après l'article nommé l'arrogance des nantis, j'étais reparti à l'assaut auprès de M , l'actuel président du salon de Lyon et Sud-est. je l'ai appelé hier soir. Lire la suite

    Par  Agegout
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • Rouge sang

    Rouge sang

    Cliché I. RambaudCe tableau de Philippe Cognée réalisé en 2004 est une peinture à la cire sur toile (150/200 cm). Partant d'une photographie dont il interprète... Lire la suite

    Par  Rendez-Vous Du Patrimoine
    CULTURE, TALENTS
  • Soleil rouge

    Soleil rouge

    En 1871, un samourai doit à tout pris retrouver le sabre volé que l'ambassadeur japonais veut offrir au président américain. Sur son chemin, il rencontre des... Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    CINÉMA, CULTURE
  • Nouveau - Exemplaire numérique gratuit : Plan d’actions stratégiques pour...

    Depuis de nombreuses années les politiciens péquistes et libéraux, l’élite intellectuelle de la province de Québec bavassent beaucoup de l’état maladif des... Lire la suite

    Par  Saguay
    LIVRES

A propos de l’auteur


Bruno Leclercq 1643 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines