Magazine France

Enseignement : Ces grandes écoles aux ambitions étroites …

Publié le 13 janvier 2010 par Ps76

ps-grandes-ecoles-enseignement-superieur-pecresse-ps76-blog76Depuis plusieurs jours, une polémique surjouée par Pécresse l’oppose à la Conférence des Grandes Ecoles au sujet de l’accueil des élèves boursiers. Ce débat délibérément mal posé cache les véritables enjeux de la démocratisation de ces écoles, mais plus généralement des filières longues et prestigieuses de l’enseignement supérieur.

Evidemment, l’affirmation - par la Conférence des Grandes Ecoles - selon laquelle l’ouverture des grandes écoles à plus de boursiers entraînerait une baisse de niveau est lamentable. C’est à la fois une absurdité pédagogique et le signe qu’il faut encore faire violence à des conservatismes archaïques dans notre société. Ne soyons pas dupes : la proposition de  Pécresse de fixer un objectif de 30% d’étudiants boursiers dans ces écoles n’est qu’un trompe-l’œil.

Fidèle à la politique du chiffre que le gouvernement met en œuvre dans tous les domaines, la Ministre met en avant un indicateur partiel et partial qu’elle peut manipuler à sa guise. Elle a par exemple annoncé récemment que le taux de boursiers en classes préparatoires avait fait un bond de 23% à 30%. Certes, mais les boursiers les plus modestes - touchant une bourse d’échelon 4 à 6 - y sont toujours aussi faiblement représentés. Ce sont les boursiers d’échelon 0 - simplement exonérés des frais d’inscription – qui ont vu leur nombre augmenter. L’incidence sur la composition sociale des effectifs de ces établissements a donc été minime.

On peut débattre sans fin de la forme des concours, de quotas divers et variés. Cela a son importance car il faut s’attaquer à tout ce qui favorise la reproduction sociale. Mais en focalisant le débat sur quelques aspects du problème, Valérie Pécresse élude les véritables questions qui touchent l’école et l’enseignement supérieur.

Car la réalité est sévère : la destinée sociale d’un élève puis d’un étudiant reste déterminée par l’origine sociale de ses parents. Un rapport du Sénat publié en 2007 rappelait que si 21% des enfants d’enseignants ou de père exerçant une profession libérale accèdent aux grandes écoles, la proportion est de 0,8% pour les enfants d’ouvriers non qualifiés, de 1% pour les enfants d’ouvriers qualifiés et de moins de 4% pour les enfants d’employés

Ce marqueur social est souligné par la politique menée par la droite, en particulier les suppressions de postes dans l’Education Nationale, qui renforce les inégalités entre les élèves en fonction de leur milieu d’origine et sanctuarise la reproduction des élites entre elles en  favorisant les étudiants les plus richement dotés – par l’argent ou le capital culturel de leur parents. Quand le gouvernement s’intéresse à ce qui se passe à la fin du processus scolaire, et s’offusque d’inégalités qu’il a lui-même amplifiées, il trompe les Français.

Et alors que nous observons que la pauvreté et la précarité des étudiants constituent le principal obstacle à leur investissement dans les études, cette question semble mise de côté par le gouvernement. Comment poursuivre des études longues et prenantes sans stabilité financière ou sans logement ? La nécessité de travailler pour survivre tout en poursuivant des études écarte de fait de très bons étudiants de nombreuses filières, y compris à l’université. Ils doivent choisir des cursus compatibles avec l’occupation simultanée d’un emploi. D’autant plus si l’accès à ces filières suppose – comme c’est malheureusement de plus en plus fréquent –de payer des formations privées de préparation aux concours, comme en médecine.

Conséquence de ces inégalités sociales, on observe une auto-censure chez de nombreux étudiants de très bon niveau issus de milieu modeste. Cette disposition de certains étudiants à concevoir que les filières d’excellence ne sont pas faites pour eux relève d’un habitus social qui doit être mieux combattu par l’action combinée de l’aide sociale et de l’orientation individuelle.

Pour le Parti Socialiste, il est urgent de mettre en place une allocation d’autonomie, afin de permettre à chaque étudiant, quel que soit son milieu d’origine, d’effectuer son véritable travail : celui d’étudier.

Au-delà, nous proposons de mettre en place des parcours rémunérés pour certaines filières comme l’enseignement, afin d’inciter les étudiants d’origine modeste à s’y engager. Voilà une mesure juste, efficace, rapide à mettre en place. A cet égard, la réforme de la formation des enseignants, en reculant l’entrée dans un statut rémunéré, va à l’encontre de la démocratisation. Le gouvernement doit être cohérent avec lui-même, et revenir sur cette réforme rejetée par tous.

Face à un enseignement supérieur à deux vitesses, renforcé par les discours et la politique du gouvernement, nous souhaitons au contraire nous attaquer à la partition historique entre grandes écoles et universités et rapprocher les universités, les classes préparatoires, et les  écoles. Nous voulons améliorer fortement l’accueil et l’encadrement pédagogique à l’université, par le biais d’enseignements en petits groupes à l’entrée à l’université. Nous voulons que l’Etat consacre autant d’argent aux étudiants des universités qu’à tous les autres quand la différence aujourd’hui va du simple au double. Nous voulons refonder les processus d’orientation et les formes de sélection dans le supérieur, qui envoient trop souvent des étudiants dans des filières qui ne correspondent pas à leur motivation profonde, et sont souvent inégalitaires, engendrant échec et souffrance.

La démocratisation est aujourd’hui interrompue par la politique du gouvernement. Pour Valérie Pécresse, l’urgence est ailleurs. Il s’agit plutôt de créer des écrans de fumée pour masquer son mauvais bilan, et tenter de s’enfuir au plus vite d’un ministère où sa crédibilité fond comme neige au soleil.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ps76 782 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte