Magazine Société

"La retraite des syndicats" de Nicolas Castel

Publié le 14 janvier 2010 par Oldchaps

Il y' a peu de livres qui résonnent comme celui-ci à mes oreilles, tel un écho à ma réflexion actuelle sur la fin programmée de la retraite pas répartition. La déchéance de ce système magnifique "réformé pour être préservé" selon la phrase désormais coutumière depuis 2002 semble inéluctable. La gauche a déserté ce combat là pour on se sait trop quel nouveau mirage Elyséen. Les intellectuels de gauche, ils sont passé où? la nouvelle bataille de la retraite par réparttition, c'est maintenant messieurs. Alors on retrousse les manches et on va sur le ring, non pas batailler contre ce sous-libéralisme qu'est le capitalisme, mais affirmer et porter l'orgueil de nos convictions. Où sont passés nos référents symboliques, ceux vers qui l'on peut se tourner lorsque le navire tangue.

La retraite par répartition est non seulement une merveilleuse idée, mais c'est de plus une idée qui fonctionne très bien, puisque malgré l'érosion que l'idéologie libérale fait peser sur elle en permanence, elle résiste encore et toujours.

Je disais donc que c'est lisant le court extrait du livre de Nicolas Castel "La retraite des syndicats" qu'il m'a semblé entrevoir les raisons de notre mutisme actuel. Puisque la retraite par répartition est avant tout une idée républicaine et non pas partisane.

Je ne me fais aucuns noeuds au cerveaux pour la nouvelle "réforme" jambon-beurre de mai 2010: ma retraite va voler en éclat, moi qui ait eu le malheur de commencer à travailler à 25 ans à cause de mes études. Ceci-dit, les Français actifs partagent mon avis puisqu'ils sont 64 % à vouloir partir "le plus tôt possible". Nicolas Sarkozy, en garant de ce système, va encore maintenir la tête de "la retraite par répartition" sous la surface de l'eau. Cela ressemblerait à un supplice, que l'on ne s'y prendrait pas autrement.

Bref, je vous livre quelques extraits du livre avec sa présentation, c'est du matériel de première nécessité ces temps-ci:

  • Les retraites en France subissent depuis vingt ans des modifications appelées « réforme ».

  • Des voix se sont élevées devant cette régression sociale d’une ampleur encore sous-estimée mais elles n’ont pas eu d’écho, la réforme ne se laissant pas identifier facilement. Nicolas Castel, chercheur au Centre d’Études de l’Emploi, montre comment les grandes confédérations syndicales, se laissant enfermer dans l’argumentaire erroné et catastrophiste des experts et des politiques, ont été incapables de défendre notre système. Certes, la réforme a en partie échoué du fait du peu de succès des produits en capitalisation, mais elle est en passe de réussir son objectif premier : transformer la répartition. En mettant cette dernière au service de la prévoyance (comptes notionnels pour les uns) et de l’assistance (solidarité nationale pour les autres), elle rabat la figure du retraité sur l’image de l’inactif (pauvre ou prévoyant) pesant sur les actifs et réduit la retraite à un revenu différé d’une activité laborieuse ou à une assistance publique. Assumant le legs du passé, l’auteur montre au contraire que les retraites ont su incarner une autre conception : celle d’un salaire continué basé sur sa qualification venant bouleverser notre rapport au temps et au travail. Engageant l’ensemble des rapports sociaux, cette autre vision de la retraite peut contribuer à une salutaire réévaluation sociale et politique du salariat.

PS: nous allons perdre une bataille de plus au mois de Mai, mais tout est réversible.

Je vais donc le commander pour me munir de quelques cartouches nécessaires au combat nécessairement idéologique.


  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Petit Nicolas deviendra grand

    Petit Nicolas deviendra grand

    On ne pouvait rêver meilleure réponse à la polémique sur "la sieste et les couches"... Lire la suite

    Par  Galaxiedesparadoxes@orange.fr
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Nicolas la gabegie

    Nicolas gabegie

    Même en période de rigueur budgétaire l’astre solaire présidentiel doit briller de mille feux. Une nouvelle fois le train de vie de l’exécutif est épinglé. Pas... Lire la suite

    Par  Hmoreigne
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Nicolas rame avec Rama.

    Avec Rachida DATI, Rama YADE était l’un des jokers, si ce n’est chouchou de Nicolas SARKOZY à son arrivée à l’Elysée.Rachida DATI a réussi à liguer trop de mond... Lire la suite

    Par  Delavoge
    SOCIÉTÉ
  • Lettre à Saint Nicolas

    Lettre Saint Nicolas

    Cher Saint Nicolasje te souhaite une belle fête ce 6 décembre tu sais comme on y tient ici dans l'Est. Faut dire que tu nous gâtes avec tes deux récentes visite... Lire la suite

    Par  Ytty54
    HUMEUR, SOCIÉTÉ, TALENTS
  • Nicolas Bordas, agitateur d’idées

    Nicolas Bordas, agitateur d’idées

    Président de TBWA France et de l’AACC, Nicolas Bordas vient de publier L’idée qui tue*. Il y  dresse un  passionnant plaidoyer sur l’idée,  cette notion... Lire la suite

    Par  Delits
    CULTURE, LIVRES, SOCIÉTÉ
  • Les Nicolas d'or 2009: Nicolas....nous voilà

    Nicolas d'or 2009: Nicolas....nous voilà

    La blogosphère politique Française, mais oui n'ayons pas peur des mots, a l'honneur de vous présenter: les Nicolas D'or 2009. Un No-logo propulsé par CC Ces... Lire la suite

    Par  Oldchaps
    SOCIÉTÉ
  • Nicolas Sarkozy

    Fin d’année, heure du bilan. M.Sarkozy après M.Obama. M.Sarkozy est-il un réformateur malhabile, ou au contraire extrêmement brillant ? Un tacticien brillant... Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Oldchaps 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine