Magazine Rugby

Double sanction pour le Stade Français ?

Publié le 15 janvier 2010 par Ansolo

A quelques heures des joutes de la 5ème journée de HCup, l'ERC vient de rappeler qu'elle ne comptait pas changer d'un iota son appréciation des sanctions infligées aux joueurs, en particulier ceux qui disputent la compétition sous des couleurs Françaises.

En retirant une petite semaine sur les 24 de suspensions infligées en première instance à Julien Dupuy, la commission d'appel de l'instance européenne a même fait une tantinet de provocation. Car cette décision ne change rien. La saison est terminée pour le demi de mêlée parisien. A moins que Max Guazzini ne s'inspire du précédent "Marius Tincu", qui avait écopé de 18 semaines d'arrêt, mais qui avait été autorisé à jouer en top14 suite à la conciliation obtenue par son club de l'USAP auprès du CNOSF.

Il faut le dire tout net, le geste de Julien Dupuy, parfaitement bien filmé (ils sont forts ces réalisateurs britanniques...), est tout à fait répréhensible. Même s'il n'a pas fait mal à son adversaire (qui au passage est un comédien de premier ordre), Julien Dupuy a commis un acte méritant sanction. Il l'a même accompli à deux reprises. La fourchette est molle, mais elle y est...

Aussi, il devait être puni. Mais on ne peut s'empêcher de comparer ce geste avec celui, par exemple, du Sud Africain Schalk Burger, auteur d'une quasi-dénucléisation sur un joueur des Lions lors de la tournée estivale de ces derniers. Pour cet acte brutal (on n'ose pas dire barbare), le flanker Bok n'avait écopé que de deux mois. Deux poids, deux mesures.

Certes, les instances disciplinaires n'étaient pas les mêmes (l'IRB d'un côté, l'ERC de l'autre), mais il y a quelque chose de malsain à cette dychotomie choquante.

Quant au pilier David Attoub, jugé pour un geste analogue à celui commis par Julien Dupuy, on ne se fait pas trop d'illusion sur son sort.

C'est donc sans son demi de mêlée international (et sans doute un première ligne en moins) que le Stade Français tentera de se qualifier pour les quarts de finale de la compétition. Pas facile, d'autant que les remplaçants potentiels du numéro neuf ont eu la malchance de se blesser assez sérieusement. Avec Hugo Southwell à la mêlée, qui habituellement évolue en 15, le Stade aura fort à faire face à Bath samedi. Puis il faudra se déplacer à Edimbourg la semaine suivante. Pas une sinécure. Et on se demande si le club de la capitale ne va pas vivre une double sanction : élimination de deux joueurs de toute compétition et celle de l'équipe de la Coupe d'Europe.

Une équipe de Paris diminuée mais pas abattue. On a coutume de dire qu'une bête blessée est plus dangeureuse. Cela peut se révéler exact pour le Stade Français. D'autant qu'une victoire bonifiée serait presque synonyme de qualification pour les quarts.

De surcroît, la victoire des stadistes face à Biarritz la semaine passée a fait du bien au moral des hommes de Jacques Delmas. Alors que Bath se traine quant à lui à une pénible 10ème place au classement de la premiership.

Mais on sait combien les pelouses de HCup sont souvent inhospitalières pour les clubs Français, quand bien même celles-ci sont situées de ce côté-ci de la Manche.

A cet égard, on espère que l'arbitre de la rencontre se montrera cohérent dans ses décisions.

Il est important de vivre d'espoir...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ansolo 109 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines