Magazine Cinéma

Aladin

Publié le 15 janvier 2010 par Olivier Walmacq

aladin

genre: comédie fantastique
année: 1986
durée: 1h45

l'histoire: Al Hadin travaille chez un brocanteur. Un jour, il découvre une vieille lampe qu'il décide de nettoyer. Apparaît alors un génie capable d'exaucer tous les voeux du gamin. Seul problème: à la tombée de la nuit, les pouvoirs magiques du génie s'évanouissent.

la critique de Eelsoliver:

Bud Spencer est vraiment un acteur sympathique: on sait tous qu'il a longtemps partagé la vedette avec Terence Hill dans bon nombre de films d'action ou de comédies nanardes à base de bastons.
Pour cela, je renvoie à deux supers flics. D'ailleurs, il faudra que je pense à en faire quelques uns sur ce blog... Mais Bud Spencer a évidemment sévi dans quelques films en solo, dans lesquels ses réflexes de cogneurs reviennent très souvent à l'écran.

C'est évidemment le cas d'Aladin, dans lequel Spencer interprète un génie. Un génie bien particulier en l'occurrence puisqu'il peut réaliser tous les voeux désirés, mais ses pouvoirs magiques s'estompent à la tombée de la nuit.
Al Hadin, un adolescent qui a peu confiance en lui, travaille chez un brocanteur grognon. Un jour, il tombe par hasard sur une lampe magique qui contient le génie de service.

D'un être insignifiant et boutonneux, il devient un jeune homme aguerri, champion de basket et de jet ski, et ce, grâce aux pouvoirs du génie.
Ce qui permet au film de faire passer le temps plutôt que de proposer un véritable scénario. D'ailleurs, les interprètes sont unanimement mauvais. A une exception près: Bud Spencer.
Même dans un film ultra médiocre (et Aladin est une honte absolue...), cet acteur parvient à nous rendre l'ensemble sympathique.

Certes, le film est extrêmement mauvais, pourri et à chier ! Non vraiment, il n'y a rien à sauver tant Aladin est vide d'intérêt. Rapidement, Bud Spencer est mis à contribution, puisqu'un sale type qui veut dominer le monde, a pour ambition de s'emparer de la lampe magique.
Spencer intervient et cogne ses sbires: vive les séries de baffes et de coups de poing en tout genre ! Comme quoi, même dans ce genre de comédie mâtinée de fantastique, notre bon vieux Bud Spencer retrouve ses réflexes de cogneur.
Sinon, pour le reste, le film est tout simplement lamentable et consternant.

Note:

beurk


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines