Magazine Journal intime

Pleurer cet enfant imaginaire mais si réel à la fois

Par Moushette
Pleurer cet enfant imaginaire mais si réel à la foisLa nouvelle fait doucement le tour de la blogosphère , plus de la moitié des anges de la cèche de ND de la Nativité ne sont plus de notre monde. Mon coeur est broyé par cette nouvelle, pour ces âmes innocentes fauchées trop tôt, pour ces familles, leur entourage et ceux qui oeuvraient pour ces enfants et leurs adoptions.
J'espère que ces familles seront bien entourées pour l'accompagnement dans ce deuil difficile. Car oui, il s'agit d'un vrai deuil à faire, le perte d'un enfant dont on n'a pu profité ou protégé du pire. Celui d'un enfant imaginaire certes, mais bien réel dans le coeur de sa famille. Beaucoup de "non initiés" à la réalité de l'adoption ont la tentation de répondre à cette souffrance par un "c'est pas grave, tu ne le connaissais pas, et puis il y en aura un autre". Non, aucun enfant ne pourra remplacer celui qui est parti. Même s'il n'est jamais arrivé en foyer, même si on ne l'a jamais touché. Les photos, vidéos, petites anecdotes, dessins, informations dans un dossier rendent cet enfant imaginaire, fantasmé et rêvé si vivant, si réel, si adorable... Car oui nos enfants adoptés, très souvent nous les aimons, dès le premier coup de fil annonçant son attribution, dès la première photo. Il prend avec une rapidité fulgurante la place béante dans notre coeur qui lui était réservé, et c'est bien difficile de prendre du recul et de modérer ses ardeurs le temps de l'attente du jugement.
Je suis bien placée pour le savoir, j'ai beau le dire aux familles que je croise, EdE ou ailleurs, les prévenir, leur rappeler que l'adoption est une aventure à haut risques de A jusqu'à Z, rien à faire, les parents tombent en amour pour cet enfant qui n'est pas encore le leur et qu'ils n'ont jamais vu dès les premiers instants et même souvent avant l'attribution officielle. Je ne vais pas leur jeter la pierre, car souvent ce sont les cordonniers qui sont les plus mal chaussés... Mais malgré tout, je continue mes beaux discours d'avertissements, encore et encore...
J'espère que ces familles dans le deuil de leur enfant haïtien parti dans ces circonstances effroyables seront bien entourés pour travailler sur ce deuil d'un enfant tout à la fois abstrait et bien réel. Cet enfant fera toujours partie de leur fratrie, même si son nom ne sera pas sur le livret de famille (en tout cas pour ceux qui n'ont pas eu le jugement) ; ce message s'adressait à tout leurs proches pour accompagner comme il se doit (et il ne faut pas hésiter de passer par un professionnel tant ce deuil est complexe) ces familles dans le long et pire des deuils, celui de leur enfant.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Des annonces à pleurer !

    annonces pleurer

    En découvrant ces annonces, on a d'abord eu un coup de coeur pour la DA. Indéniablement très soignée, on a beaucoup aimé les petits détails dont les 3 visules... Lire la suite

    Par  Coupsdepub
    FOCUS EMPLOI, GRAPHISME, MARKETING & PUBLICITÉ, TALENTS
  • Paysages à pleurer

    Paysages pleurer

    Ce jour là, j'avais rendez-vous avec un viticulteur qui démarrait les vendanges ( série à suivre ) et l'odeur dégagée par ce champ d'oignons fraîchement retourn... Lire la suite

    Par  Fbonnet
    PHOTOS, TALENTS
  • Pourquoi pleurer?

    Pourquoi pleurer ? Nos larmes de sang Dans une mare de baisers ont tracé Dans nos cœurs la marque du destin   Pourquoi sourire ? Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Jocelyne Béroard : le discours qui a fait pleurer Lilian Thuram

    Jocelyne Béroard discours fait pleurer Lilian Thuram

    Les larmes d’un champion C’est Jocelyne Béroard qui a passé la parole à Lilian Thuram pour présenter son livre « Mes étoiles noires ». Et de quelle manière !... Lire la suite

    Par  Imaniye
    JOURNAL INTIME
  • L'arme du pleurer-rire

    L'arme pleurer-rire

    24e Salon international du Livre et de la Presse de Genève - 7e Salon africain. Florent Couao-Zotto obtient le Prix Ahmadou Kourouma 20010. Lire la suite

    Par  Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Patati : poème "Pleurer d'amour"

    Pleurer d'amourPleurer d'amourA pleurer des jours et des nuitsA t'attendre, te voir en rêvesA vouloir savoir tout de ta vieTu n'étais qu'apparition brèveJe te... Lire la suite

    Par  Illusionperdu
    POÉSIE, TALENTS
  • The Fantasier : poème Pleurer

    Pendant 8 ans sans toi Je me suis fait fossoyeur Creusant au fond de moi Pour enterrer mes pleurs. J'entassais mes malheurs Dans ce caveau sans fond Devenant, a... Lire la suite

    Par  Illusionperdu
    POÉSIE, TALENTS

A propos de l’auteur


Moushette 547 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte