Magazine Cinéma

L'anguille

Par Tibo75
L'anguille
dimanche 17 janvier 2010
Le début est un peu gore et j'ai eu peur de me retrouver devant un film sanguinolent mais ce n'est pas le cas. Par la suite le film se concentre plus sur les relations de l'ancien criminel sorti de prison avec les autres : sa misanthropie qui l'amène à concentrer toute son attention sur quelque chose que l'on peut juger comme complètement insignifiante : une anguille. Et c'est là que commencent mes regrets : d'abord parce que je trouve que le cinéaste ne met pas assez l'accent sur cette relation et mise à part une scène intéressante sur le délire du criminel croyant voir les lettres dénonçant l'adultère de sa femme dans l'aquarium, il n'y a pas beaucoup de scène montrant l'homme et l'anguille tous les deux seuls. Mon autre regret, c'est que le film se déroule comme une vraie tragédie : quoi que puisse faire l'ancien détenu, il est condamné à devoir rencontrer les autres, à subir leur jugement. Tout comme l'éboueur, ancien détenu lui aussi, sa façon de vivre n'arrive pas à lui faire oublier son crime. Le hasard a mis sur sa route Keiko et en ne pouvant se détacher de lui, elle l'entraîne presque dans sa chute. Mais c'est là que le tragédie se termine puisque finalement tout semble rentrer dans l'ordre à la fin du film.
J'ai bien aimé les scènes de nuit, les paysages sont très beaux. En revanche la mise en scène n'est pas toujours fantastique, notamment la scène finale de bagarre qui est un peu ridicule dans sa manière d'être filmée.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tibo75 122 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines