Magazine Culture

Jacques Chessex est mort l’année dernière, en octobre. Ce...

Par Sijetaisdeboutsurmatete
Jacques Chessex est mort l’année dernière, en octobre. Ce...Jacques Chessex est mort l’année dernière, en octobre. Cet écrivain dont on parlait finalement au peu des multiples prix qu’il a reçu (le seul écrivain suisse à avoir reçu le prix Goncourt en 1973, pour L’Ogre) a laissé un texte posthume que les éditions Notari ont publié en décembre. Ce fut un texte écrit en écho aux sculptures de Manuel Müller dont on découvre les œuvres au fil des pages de ce cours récit, Une nuit dans la forêt

L’inspiration nocturne
. Entre la poésie et le récit fantastique, le narrateur
nous emmène dans une forêt qui n’est plus effrayante et dans un dialogue avec des têtes qui semblent détenir des secrets de la vie humaine. Ce séjour en forêt pourrait être cette recherche d’inspiration de Chessex, une inspiration dont il parlait comme une « voix du matin, qui se donne comme une grande certitude » (Télérama, 16 avril 2008). Et si la question de la nature du texte se pose, il en était de même pour l’inspiration : « Les mots qu’elle me dicte prennent parfois la forme du récit, parfois celle de l’invocation poétique, parfois celle du regard critique – le genre importe peu. » (Idem). L’inspiration vient la nuit, ce que le narrateur nous raconte a une dimension fantastique, on songe alors à la rêverie, classiquement au centre de l’imagination romantique comme source de création, tout comme l’image d’une inspiration qui tomberait sur le poète, celui-ci n’ayant qu’à écouter sa voix. A la lumière des vers de Paul Eluard, mis en exergue du texte : « Rien ne nous réduit / A dormir sans rêves / A supporter l’ombre », le travail du poète est de se rendre disponible à cette rêverie, à ne pas dormir sans rêves.

La figure féminine. Durant cette nuit dans la forêt, les têtes avec qui dialoguent le narrateur sont des femmes, la figure féminine, allégorie classique de l’inspiration, devient le réceptacle de tous ces questionnements existentiels. Mais elle aussi posera des questions, paraissant inquiète à propos de l’amour que le narrateur peut porter aux têtes. Les têtes exercent une force d’attraction sur le narrateur mais on ne sait pas, finalement, si l’on doit les craindre ou espérer leur bienveillance : « Disons que je sois votre limaille, une poudre, un métal très docile dont vous faites votre sujet. Ou votre victime. C’est selon. Cela dépend de votre intérêt ou de votre curiosité pour moi. » (p.10). La femme est ainsi à la fois l’attirance et l’exclusion, l’autre : « C’est d’un autre lieu qu’il s’agit, en nous et en dehors de nous (…) en même temps vers l’intérieur de nous-mêmes qui est difficile à montrer. » (p.14). Mais c’est un autre qui permet de se rapprocher de soi-même, « un déplacement implicite (…) vers les zones les plus cachées, mais de moi bien reconnues ; de qui j’étais et de quoi je songeais » (p.29). Et puis, la féminité est aussi à rapprocher de la beauté, une beauté qui serait un danger car elle empêche de parler et d’écrire, elle est « le fer rouge qu’on écraserait sur ma bouche » (p.38).

Jacques Chessex est mort l’année dernière, en octobre. Ce...
Manuel Müller, Esquif, 2007

Un travail de collaboration ? Ce texte devenu posthume a été inspiré de l’œuvre du sculpteur-graveur Manuel Müller, ces œuvres qui pourraient prendre place dans un musée imaginaire d’ethnographie sont donc plus qu’une illustration du texte. Il faut imaginer un vrai travail de collaboration entre deux œuvres artistiques qui se répondent, au-delà peut-être de la volonté même des artistes. Les sculptures de Manuel Müller pourraient donc être un élément déclencheur de l’écriture, une œuvre qui trouve écho en elle, comme une promenade exploratoire rendue possible par le dialogue du poète avec une voix sortie d’entre les mains de l’artiste plasticien. Les têtes qui peuplent la forêt sont-elles les mêmes que les sculptures de Manuel Müller ? Elles ont en tout cas la même propriété fascinante, la magie qui attire et impose le questionnement. Le recueil serait alors le rassemblement de deux formes artistiques distinctes autour d’une même question sur le sens de la vie.

Finalement, ce travail de collaboration, appelons-le ainsi, trouve une explication dans le dernier chapitre du texte. C’est aussi un aveu : il n’est pas possible d’expliquer le mystère de l’inspiration et de la création : « Demeure le mystère de la forme que la réflexion, et le rêve, ne sont pas près d’expliquer » (p.51). Ce que les sculptures nous montrent de manière encore plus évidente que l’écrit, c’est la création ex nihilo puis l’évidence devant laquelle le met l’apparition de la chose voulue, inventée par l’artiste qui en fait une œuvre.

"Une nuit dans la forêt", Jacques Chessex & Manuel Müller, Editions Notari, 30€


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Jacques DUPIN

    Jacques DUPIN

    .Je suis sans identité.comme, coupant, par les boisle pas d’un autre,toujoursun autre, à la fin,par les bois..L’étirement de la peurdans le poignet, les... Lire la suite

    Par  Antwan
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Blaise Cendrars, Cormac McCarthy, Jacques Chessex

    Blaise Cendrars, Cormac McCarthy, Jacques Chessex

    «Que les oupires, ou vampires […]; que tout ce qu'on dit de leur retour à la vie […]; que tout cela n'est qu'illusion, et une suite de l'imagination frappée et... Lire la suite

    Par  Juan Asensio
    CULTURE, LIVRES
  • Le vampire de Ropraz - Jacques Chessex

    vampire Ropraz Jacques Chessex

    Après ma lecture de Un Juif pour l'exemple, je savais que j'allais relire Jacques Chessex. L'homme médiatique ne me plaît pas beaucoup, mais son écriture est... Lire la suite

    Par  Ys
    CULTURE, LIVRES
  • Contes glacés ***/Jacques Sternberg

    Contes glacés ***/Jacques Sternberg

    Pour Jacques Sternberg, "écrire un roman de plus de 250 pages, c'est à la portée de n'importe quel écrivain plus ou moins doué. [...] Mais écrire 270 contes,... Lire la suite

    Par  Essel
    CULTURE, LIVRES
  • Anthologie permanente : Jacques Réda

    Je crois comprendre que, voici plusieurs millions d'années, Soit bien avant que la nôtre apparût, Beaucoup d'espèces aujourd'hui toujours déterminées... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • JACQUES D'AMOUR, d'Emile ZOLA

    JACQUES D'AMOUR, d'Emile ZOLA

    Nouvelles - Scolaire/Universitaire - 3.33 € Résumé : La mort d’Olivier Bécaille, Un mariage d’amour, Jacques Damour : trois nouvelles sur le thème du retour du... Lire la suite

    Par  Geybuss
    CULTURE, LIVRES
  • Anthologie permanente : Jacques Roubaud

    Les Éditions Cheyne ont publié récemment le numéro IX de la revue États provisoires du Poème, sur le thème ″Détruire, construire, reconstruire », avec des... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Sijetaisdeboutsurmatete 97 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines