Magazine Beaux Arts

Max | Tristes tropiques : la France d'Outre mer

Publié le 18 janvier 2010 par Aragon

mayotte 3.jpg"Il" va donc à Mayotte en début de semaine prochaine. Paraît que c'est la première fois qu'un Président de la république française va à Mayotte ! Je viens d'entendre ça sur Inter. Ah ben ça alors, ça c'est un scoop, ça c'est du lourd !

Alors qu'est-ce qu'il vont faire pour l'accueillir  (ou les accueillir ? Car, va-t-il emmener Carlita ?)les gens de là-bas ? Repeindre quelques façades, balayer les trottoirs, planquer les milliers de décharges-sauvages-cloaques, préparer de beaux discours, lui accrocher au cou dès son arrivée à Pamandzi, quelques colliers de fleurs ?

Mayotte sera un département bientôt. Demain. Je meurs de rire ! Attention, ne vous méprenez pas. Total respect pour les gens, ceux de Mayotte, de la France d'Outre mer et pour tous les peuples du monde entier.

mayotte a.jpg
Mais la France d'Outre mer. Ah ! La France d'Outre mer !

Il y en aurait des choses à dire. Des choses qu'ils n'entendent pas dans les ministères à Paris, qu'ils ne pourront jamais entendre.

Des choses qui ne "remontent" jamais à leurs oreilles qu'ils ont longues pourtant. Je ne veux même pas parler de l'Elysée, véritable boîte aseptisée, hermétique, école universelle d'apprentissage et de diffusion de la langue de bois. Dernier salon où "l'on cause".

Mayotte, je parle, car je connais très bien, à 200.000 habitants à un chouia près car même le Préfet est incapable de donner un chiffre exact. La moitié de la population, 100.000, sont des clandestins arrivant des Comores pour la plupart, d'Afrique pour certains. Stop. Terminus. Peuvent pas aller plus loin. Pas de papiers. Pas de régularisation possible. Seule chose à faire, se fondre dans la masse, dans la brousse, dans les favelas de Mamoudzou ou de Sada, essayer de survivre. Ils seront esclaves de toute manière.

Des milliers de gens partis des Comores se sont noyés en essayant d'arriver à Mayotte au moyen des fameux "kwassas-kwassas" (barque de haute mer). Ceux qui débarquent sont condamnés à la misère, doivent de toute manière être invisibles. Se transformeront aussi, obligatoirement, en as de la cambriole (il y a de la violence, de plus en plus), car tout habitant régulièrement installé à Mayotte est pillé, malgré la véritable "bunkerisation" des maisons, au moins une demi-douzaine de fois dans une seule année.

Que faire pour survivre quand on n'existe pas ? Des centaines d'enfants abandonnés, de "petits clandestins", errent en bandes dans les rues de Mamoudzou. Infinie misère qui s'agglutine autour des poubelles, autour des "supermarchés". Des dizaines de milliers de gens n'ont aucune existence à Mayotte. Ils peuvent être photos pour les "mzoungous" (les français de France qui travaillent à Mayotte, fonctionnaires pour la plupart) qui leur tireront le portrait pour remmener des "souvenirs" en France, ils seront des cadavres vite, car ils ne pourront jamais vivre vieux. Impossible de vivre quand tu es clandestin à Mayotte. La misère te mange. Les crabes le font aussi parfois, avant.

mayotte 10.jpg
A Mayotte on attend "le département", comme le Saint-Sacrement si j'ose dire, uniquement pour les avantages sociaux. Y'aura plus besoin de "s'exiler" à la Réunion ou à Marseille pour toucher "Rémi" et ses ti-frères sociaux.

Un pays est un pays par sa culture, par sa langue. Il ne peut se développer que par la richesse de sa culture. A Mayotte la France est un "élément rapporté", une verrue j'oserais dire. Une erreur. Mayotte ne peut pas avoir de culture française. Ce serait contre nature.

A Mayotte pas de cadastre. A Mayotte pas d'état-civil fiable. A Mayotte justice cadiale (coranique). A Mayotte charia, car toute la vie socio-professio-culturelle est réglée par l'islam. A Mayotte, l'école, l'éducation, sont une vue de l'esprit. Malgré l'effort des enseignants. Une utopie j'oserais dire. Les responsables administratifs se gargarisent avec les directives ministérielles, inapplicables sur le terrain. A Mayotte 80 % de la population ne parle pas un mot de français et se tape de la France comme d'une première chemise. Et tout d'abord, qu'est-ce que c'est la France ? Sinon une vague idée. Seuls les "politiques professionnels locaux" sont les plus hargneux, les plus pugnaces, sur la question, les plus républicains, les plus français quoi ! Faut quand même pas cracher dans la gamelle, non mais... Trop d'intérêts juteux, très juteux, pour eux !

La France a colonisé, a pillé, a exploité sans vergogne ses colonies pendant quelques siècles. Elle a conservé des poussières de territoires disséminés tout autour du monde a travers ses DOM/TOM. Quand ça n'allait pas à "son goût", ou à celui des "patrons locaux", elle a frappé, elle a giflé, quand la gifle ne suffisait pas, elle a bastonné, elle a tué. Sans état d'âme ? L'histoire ne le dit pas. L'histoire de France ne parle pas de ces "petites histoires d'Outre mer".

mayotte 7.gif
Elle a assassiné (quel autre verbe employer ?) près de 90.000 malgaches en 1947, plus de 45.000 algériens à Sétif et Bône en 1945, entre 87 et 300 personnes en Guadeloupe en 1967, et en Martinique et en Nouvelle-Calédonie... et et et et. Elle a usé et abusé de la torgnole, du matraquage, du mitraillage, du canardage dans toutes ses possessions d'Outre mer.

Résultat bizarre, qui peut sembler paradoxal, mais tellement compréhensif : à 100 % les "autochtones" veulent rester dans le giron maternel national car ils ont bien vu que tous les territoires émancipés par la mère patrie ont "crevé la misère" par la suite ainsi que me le disait mon pote Abdou de Dapani. Mais ils sont perdus, mais ils sont perplexes, mais ils ne comprennent rien aux "menées" politiciennes qui se pratiquent en métropole. Ils n'ont cependant au fond d'eux-même, et on les comprend, aucune considération pour un pays qui n'a jamais eu, lui aussi, la moindre considération pour tous les morceaux de confettis de feu son empire colonial. Mais ils n'ont pas, hélas, d'autre choix que  celui de la France. Toute la tragédie des DOM/TOM est là et tous les abrutis du pouvoir français ne le savent pas !

mayotte 5.jpg
Moche tout ça. Gâchis tout ça. Colossales sommes d'argent-gabegie que tout ça. Et demain, "il" ira faire de beaux discours foireux devant la foule, au balcon de la mairie de Mamoudzou  et on lui répondra localement par de beaux discours, tous aussi foireux que le sien ... Cependant que dans la minute qui suivra son départ les kwassas-kwassas feront redébarquer leurs lots de miséreux et les tas d'immondices seront débâchés, déplanqués, pour refleurir à nouveau sous un soleil de plomb.

Tristes tropiques françaises. Triste France d'Outre mer.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Max | Nelligan

    Laissez-le vivre ainsi sans lui faire de mal, laissez-le s'en aller, c'est un rêveur qui passe... Devant mon berceau Avec l'obsession d'un sanglot étouffant,... Lire la suite

    Par  Aragon
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • Max | dB

    EMINEM : les militaires étasuniens "le balançaient" sur leurs prisonniers, comme ils balançaient le napalm sur le Viêtnam. À haute dose, puissance maxi, 24h /... Lire la suite

    Par  Aragon
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • Max | Burqa

    Burqa

    Nico, MaM, Eric, Brice, les autres... Vite, une loi pour ne plus mettre les toiles de Magritte à la vue de tous, dans les espaces publics. Faut les descendre... Lire la suite

    Par  Aragon
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • Max | Bicyclettes

    Bicyclettes

    ...une bicyclette est dans ma tête, non, pas un petit vélo, une simple bicyclette... Mais ! Mais ! Mais ! Je suis une bicyclette... Je suis réellement une... Lire la suite

    Par  Aragon
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • Max | Pouce !

    Pouce

    Parfois, souvent, eu envie d'arrêter la cadence. Dire  pouce, stop, je m'arrête, oui, je m'arrête. Étouffante la vie, essouflante la vie. Lire la suite

    Par  Aragon
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • Max Ophuls

    Ophuls

    Coffret Max Ophüls ( Gaumont ) Sortie le 27 octobre Dans sa longue et douloureuse  carrière, Max Ophüls n’a réalisé qu’une vingtaine de films. Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • « "Tristes tropiques", islam et incohérences »

    Le chœur des pleureurs et des pleureuses, dont l’inévitable et omniprésent BHL, réunis sur le plateau du JT de Canal + pour faire l’éloge de Claude Lévi-Strauss... Lire la suite

    Par  Raoul Sabas
    CULTURE, HUMEUR, TALENTS

LES COMMENTAIRES (1)

Par josepha
posté le 04 janvier à 17:49
Signaler un abus

la france d outre mer

A propos de l’auteur


Aragon 1085 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte