Magazine Culture

Livres de France - N°5 - 1960

Par Jfjeanne1957
Livres de France Mai 1960

La revue Livres de France (Hachette), aujourd’hui disparue, consacre son numéro de Mai 1960 à Pierre Daninos à travers quatre articles:

- Une image de Pierre Daninos à travers  Le questionnaire de Proust
- Comment j’ai créé le Major Thompson par l’auteur

- Un essai de bibliographie

- Un long article de Henry Muller qui décrit ainsi l‘écrivain:

    … petit et brun, habillé avec une netteté britannique et cette sorte d’élégance qui ne se remarque pas - la vraie - le visage un peu crispé, le regard à la fois inquisiteur et vaguement anxieux… l’humoriste Pierre Daninos, à la fois mélancolique et spirituel - comme la vie - est un observateur et un inquiet.

Un observateur: Il n’est que de lire ses livres pour le savoir. Prenez Les carnets du Major Thompson; comme les autres ouvrages de l’auteur, il est fait de mille détails; chaque fois que nous en découvrons un, nous pensons "Que c’est vrai! Je n’y avais pas pensé!" Ainsi: "La France est divisée en quarante-trois millions de Français"… Un homme éminent, grand connaisseur aussi bien des mœurs britanniques que des nôtres, André Siegfried, n’hésitait pas à écrire: " Je considère ce livre comme un chef-d’œuvre. Je ne crois pas que l‘on puisse parler avec plus de finesse et de pénétration de la psychologie française."

Un inquiet: Dans ses œuvres et dans sa vie. Ses œuvres: lisez les Carnets du bon Dieu et surtout L’éternel second, et vous verrez courir tout au long de ces pages une sorte d’impatience angoissée. Le secret du Major Thompson, Comment vivre avec (ou sans) Sonia, sont des livres amusants et tristes; Les Carnets du bon Dieu et L’éternel second sont des livres tristes et amusants. Je n’oublie pas, pour ma part, dans le deuxième de ces romans, la lettre qu’écrit à son fils, avant de se suicider, ce père qui ne parvient jamais à être premier, ni dans sa classe, ni dans sa vie: c‘est le suprême message d‘un anxieux qui voudrait que son descendant fût préservé de sa damnation…

C’est aussi un grand travailleur. Au reste, quand un écrivain, un créateur, un observateur cesse-t-il de travailler puisque c’est dans la vie, passant, ininterrompue, devant lui tel un cours d’eau, qu’il trouve sa matière première, j’allais écrire: sa pêche? Chaque soir, ou à peu près, après avoir dîné avec les siens dans l’appartement de Neuilly, Daninos remonte dans son perchoir du dernier étage et s’assied devant son bureau couvert de papiers, petits ou grands, dans un désordre dissimulant l’ordre et la méthode; repoussant un verre de citronnade qui heurte stylos et porte-mine, il commence à couvrir d’une écriture grasse et longue ses feuillets. Le silence est total et l’on songe à la dédicace qu’inscrivit un jour un écrivain américain en tête d’un de ses romans: " A ma femme, sans l’absence de qui cet ouvrage n’aurait jamais pu être achevé!" Les dix feuillets d’une nuit deviennent cinq lorsqu’au matin ils ont été coupés et raturés, puis trois, parfois deux, parfois ils iront tous au panier tant il est vrai que:

" C’est une étrange entreprise que de faire rire les gens."


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossier Paperblog

Magazines