Magazine Formation

Pas un jour

Publié le 18 janvier 2010 par Soseducation

Pas un jour

crédit photo: John Steven

Enseigner n’est plus une vocation depuis bien longtemps, c’est aujourd’hui une course d’obstacles et souvent une épreuve qu’on ne pourrait souhaiter à son pire ennemi.

Ce vendredi, on m’a proposé une interview sur France 2, dans le sujet sur la violence en milieu scolaire dans le cadre de la commission à laquelle je participe. Je n’ai pas souhaité intervenir car je considérais que le collège Victor-Hugo de Gisors n’était pas, loin sans faut, l’exemple le plus criant.

J’aurais peut-être dû.

Car la violence, ce n’est pas forcément un coup de couteau ou un revolver sorti d’une poche. La violence c’est aussi un quotidien, une ambiance, sournoise et veule.

Pas un jour sans voir des élèves se bousculer, s’insulter, se battre physiquement dans la cour bien sûr, mais aussi dans les couloirs aux interclasses. Pas un jour sans rapport de force entre « caïds » et surveillants pour faire évacuer des lieux « d’occupation stratégique » dans lesquels la domination du jeune chef de tribu ou de l’amazone inculte s’exerce avec une violence inouïe bien que souvent silencieuse. Pas un jour sans qu’un graffiti insulte tel ou telle professeur. Pas un jour sans que certains élèves, du haut de leur glorieuse impunité de fait grimacent, ricanent, vous narguent et se jouent de toutes les règles qui de toute façon ne sont appliquées que dans un sens, en défaveur des faibles (les professeurs, privés d’autorité factuelle, les bons élèves, terrorisés par la doxa médiocratique, les élèves à lunettes, les élèves différents, les élèves sincèrement désireux de s’en sortir et dont les familles croient encore dans la chimère républicaine). Pas un jour où il ne faut se battre pour obliger ces pauvres hères d’une société perdue à enlever leurs manteaux et se tenir correctement. Pas un jour sans qu’une administration complice d’un système moribond ne s’extasie devant la vitalité-de-cette-jeunesse-si-diverse et élève le laxisme au rang de grand art. Pas un jour sans se rendre compte à quel point le collège unique est plus qu’une faute, un véritable crime dont les coupables devront un jour rendre des comptes.

Partir, tout de suite ? Démissionner ? Tourner le dos avec mépris ? Pas encore, pas tout de suite. Ce qui me fait rester encore un peu ?

Quelques miracles quotidiens : pas un jour sans que dans le regard de certains on ne sente les lumières de l’entendement. Pas un jour sans qu’un « Bonjour Monsieur » nous rappelle qu’il y a des élèves gentils, respectueux, polis et sincères. Pas un jour sans qu’un rire complice et sain ponctue telle saillie ou telle anecdote. Pas un jour sans lire la fierté et le bonheur d’un enfant qui obtient le premier « 20/20 » de sa jeune vie. Pas un jour sans avoir l’impression que pour certains la trace du savoir se maintiendra de façon indélébile. Pas un jour sans qu’en salle des professeurs on ne s’étonne dans le bon sens d’une remarque ou d’une copie prometteuse. Profitez en braves gens, ces miracles ne dureront plus très longtemps.

Ce dualisme schizophrène est l’essence même de notre métier. Je quitte une classe infecte, remplie de sauvageons perdus à jamais pour retrouver après une classe d’élèves d’une exquise urbanité, et remplis du désir d’apprendre.

Je le dis tout haut, les professeurs sont les derniers héros d’une mythologie qui s’effondre avec fracas dans les sables mouvants de la démagogie « citoyenne » et de la lâcheté communautaire.

David Barbaud


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Victor Hugo - Ultima Verba

    Ces derniers vers du recueil Les Châtiments montrent l'engagement poétique de Victor Hugo omniprésent même à travers l'exil. Phrase Originale: "Si l'on n'est... Lire la suite

    Par  Sententiae92160
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Mes deux filles de Victor Hugo. Mon dimanche poétique

    deux filles Victor Hugo. dimanche poétique

    Dans le frais clair-obscur du soir charmant qui tombe, L'une pareille au cygne et l'autre à la colombe, Belle, et toutes deux joyeuses, ô douceur ! Lire la suite

    Par  Mango
    CULTURE, LIVRES
  • Poesie : victor hugo

    Poesie victor hugo

    Le 4 septembre 1843 Léopoldine, la fille de l'écrivain, se noie avec son mari Charles Vacquerie au cours d'un accident de bateau dans la Seine à Villequier. Lire la suite

    Par  Grocher
    CINÉMA, CULTURE
  • Jour J

    Jour

    Samedi 5 septembre. 7h15, réveil en douceur après une bonne nuit. Petit coup de blues en pensant à ma soeur qui n'est plus là pour assister à mon mariage . . . Lire la suite

    Par  Martine6274
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Ce matin, j’ai mal partout, j’ai fait la guer...

    Ce matin, j’ai mal partout, j’ai fait la guerre, Des ecchymoses, des bleus, des blessures, mon coeur en morceaux, Je me défends contre des coups pour d’autres,... Lire la suite

    Par  Eleken
    NOUVELLES
  • Jour J - La mairie

    Jour mairie

    J'en étais où déjà ? Ah oui, je guette l'arrivée de mon chauffeur, Daniel ! Il arrive finalement pile poil à l'heure dans notre jolie voiture : et nous partons... Lire la suite

    Par  Martine6274
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Jour-J ♡ D-Day

    Jour-J D-Day

    ♥♥♥  ♥♥♥  ♥♥♥ (English will follow) Venez me rencontrer aujourd'hui et demain au Comic Con de Montréal ! À cette occasion je publis mon premier carnet de croqui... Lire la suite

    Par  Minikim
    BD & DESSINS, TALENTS

A propos de l’auteur


Soseducation 4711 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines