Magazine Cinéma

Où investir dans le cinéma

Par Rom_j

Qu’on retrouve un billet de 10 € au fonds d’une poche ou qu’on ne sache pas quoi faire de son compté épargne, nous avons tous potentiellement les moyens d’investir dans le cinéma. Sur Internet ou directement aux producteurs ou par des fonds d’investissement, tour d’horizon non exhaustif de ce qui s’offre à vous.

Sur le net

Touscoprod

TousCoprod

Apport minimum : 10 €

Touscoprod permet à l’internaute cinéphile d’investir dans la production ou la distribution de films. Parmi un catalogue de films partenaires en cours de financement, de production ou sur le point de sortir, chacun peut apporter sa petite contribution à un film qui lui tient à cœur et dont il veut s’associer au succès.  Une fois devenu « coprod », on bénéficie d’une actualité du film privilégiée et d’avantages en nature comme des avant-premières ou des journées sur le tournage. Les sommes recueillies sont de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’euros, et le site promet des retours sur les recettes nettes des producteurs en cas de coproduction, et sur les recettes brutes des distributeurs en cas de convention à la distribution. Touscoprod a déjà participé à la sortie de 4 films en 2009,

People for cinema

people4cinema
Apport minimum : 20 €

People for cinema se fonde sur le même principe que Touscoprod, mais uniquement dans la distribution et avec des films à plus haut potentiel commercial. Un investissement moins sexy donc, puisque sur un film déjà fini. Mais un investissement beaucoup plus sûr car le retour est garanti sur les recettes distributeur, qui sont prioritaires sur les recettes producteur jusqu’à un certain montant. Les parieurs seront satisfaits puisque pour chaque films il existe un seuil d’entrées permettant aux investisseurs de décrocher un bonus. Un film vient de sortir en salles, Le Siffleur, et quatre autres sont prévus cette année.

SerialsFactory

Où investir dans le cinéma

Apport minimum : 10 €

SerialsFactory propose d’investir dans des projets de série télé, à partir d’un pitch et d’une petite bande-annonce ou de quelques éléments visuels. Les épisodes se tournent un par un au fil du financement, avec toujours possibilité pour l’internaute de remettre au pot. Le site promet aux heureux investisseurs un retour de 50% des recettes du producteur, ce qui est beaucoup mais reste un pari vu que SerialsFactory finance des séries « dont l’univers artistique ne répond pas aux critères commerciaux des diffuseurs traditionnels. »

Dans des fonds

SOFICA

Apport minimal : 5000 €

Les Sociétés pour le Financement du Cinéma et de l’Audiovisuel sont des fonds d’investissements créés en 1985 par le gouvernement français. Chaque année, le ministère des finances en accord avec le CNC, détermine le montant qui pourra être collecté par appel public à l’épargne et investi avec une réduction fiscale de presque 50% à la clé. L’enveloppe, d’une soixantaine de millions d’euros, est répartie en 11 sociétés, indépendantes ou adossées à des groupes (La Banque Postale, Pathé, Wild Bunch…) qui auront un an pour investir ces fonds dans le cinéma français. Les Soficas représentent une faible part du budget des films, mais pas la moins importante puisqu’elles interviennent souvent à la fin de la phase de financement : c’est la dernière brique du plan de financement, qui permet au film de partir en production. Compte-tenu de la déduction fiscale, l’investissement dans une Sofica est plutôt intéressant sous réserve de pouvoir attendre 5 ans avant de récupérer ses fonds. Et on vous garantit une place en avant première de tous les films dans lequel votre fonds investit !

Fonds TEPA

Apport minimal : env. 10 000 €

Là, il faut commencer à dormir sur un paquet d’euros. La loi TEPA du 21 août 2007 permet aux personnes soumises à l’ISF d’en déduire une partie en investissement dans des PME. Que cela soit directement dans des sociétés indépendantes de production ou distribution ou dans des fonds ISF – comme le fonds ISF Cinéma l’an dernier – cette disposition fiscale s’applique au cinéma. Ici, difficile de savoir dans quels films on investit, c’est avant tout une démarche purement financière qui permet de réduire son ISF jusqu’à 50 000 €.

Aller au cinéma

Apport minimal : env.5 €

Déduction fiscale : non

Le système français est ainsi fait qu’à chaque place de cinéma achetée on investit dans l’intégralité de son industrie. En effet, la Taxe Spéciale Additionnelle (TSA) ponctionne un peu plus de 10% de nos tickets pour alimenter les fonds du CNC, qui servent entre autre à soutenir la production et la distribution cinématographiques françaises, financer l’équipement numérique des salles française etc.

Cela reste le moyen le plus fiable pour investir et le rapport investissement / bénéfice en nature est incomparable !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rom_j 20 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines