Magazine Environnement

Scène de ménage à propos des poubelles dans le couple nucléaire

Publié le 19 janvier 2010 par Greenpeacefrance

Depuis hier Areva et EDF échangent des noms d’oiseaux par voie de presse. Pour Greenpeace c’est une nouvelle preuve de l’échec du model énergétique français et de son incapacité à gérer le problème des déchets nucléaires.

EDF reproche à son principal partenaire de ne plus alimenter ses centrales et à l’inverse Areva dément et annonce que ce sont les déchets d’EDF qui n’arrivent plus à l’usine de la Hague pour être retraités.

« Ce crêpage de chignons entre les deux géants du nucléaire met en lumière l’inextricable problème du retraitement des déchets, déclare Yannick Rousselet, chargé de campagne Nucléaire de Greenpeace France. Vis-à-vis des déchets, EDF pourrait faire le choix de l’immense majorité des électriciens du monde, c’est-à-dire le stockage du combustible irradié dans leurs centrales en l’état, qui est la moins mauvaise des solutions. Il suffit simplement de le conditionner sans le retraiter. EDF y gagnerait économiquement et en matière de gestion écologique du problème. »

Un modèle français aberrant
La France avec Areva est la seule à avoir choisi l’option exclusive du retraitement des déchets nucléaires. C’est un procédé très couteux, très polluant pour l’environnement et créant des risques importants d’augmentation de la prolifération des matériaux fissiles dans le monde.

La majorité des autres pays stockent leurs déchets en l’état.

« Cela démontre que ce choix industriel n’est pas un choix dicté par des raisons concrètes et défendables mais bien par une volonté de l’Etat qui veut soutenir les prétendus « fleurons » de l’industrie française. » rappelle Yannick Rousselet.

Areva, un discours mensonger
Areva se justifie par le fait qu’en France le principe de retraitement est imposé par la loi. Cette affirmation est fausse, la loi française impose aux producteurs d’énergie nucléaire de réduire le volume des déchets nucléaires. Cela peut être fait par le retraitement ou par le conditionnement.
« Dès qu’il est question des déchets, encore plus que sur le reste, l’industrie nucléaire ne dit pas la vérité, déclare Yannick Rousselet. La preuve : alors que la France interdit l’exportation de déchets nucléaires, Areva et EDF expédient vers la Russie d’énormes quantités de déchets par voies maritimes depuis 1972. »

Bien que ce scandale est choqué la France entière, le ministre, Jean-Louis Boorlo, fait la sourde oreille et Areva et EDF continuent leur sale business en toute impunité.

Depuis octobre 2009, nous demandons au ministre un moratoire sur ces exportations.

Agissez avec nous en écrivant à Jean-Louis Boorlo pour lui demander un moratoire immédiat


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Greenpeacefrance 109791 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte