Magazine France

Burqa : 74% des Français approuvent les persécutions.

Publié le 19 janvier 2010 par Bravepatrie

Rendre la France burqafrei est une priorité gouvernementale de ce début d’année, les spécialistes ayant clairement établi que la dégradation de la situation économique du pays est à 94,7% due aux femmes à burqa. Ce pourquoi il faut absolument les persécuter, opinion à laquelle les Français semblent adhérer massivement.

Les femmes à burqa sont en nombre toujours plus élevé sur nos territoires, jusque dans nos campagnes. Les burqas investissent nos villes, nos villages, et bientôt nos champs, nos vignobles, nos verts pâturages, nos forêts, nos rivières, nos campings, nos boulodromes, nos bars à putes. Elles fomentent en secret une vaste opération de prise du pouvoir de l’Islam radical sur la fille aînée de l’Eglise catholique : en somme elles préméditent un viol pédophile. Sans compter que selon nos calculs de géométrie dans l’espace, si un slip de John Bigballs peut contenir deux grenades à fragmentation, une burqa peut permettre de dissimuler jusqu’à trois missiles Stinger.

Une burqa de campagne.">

Une burqa de campagne.

">

Une burqa de campagne.

Devant l’incroyable menace que fait peser la burqa sur la sécurité publique et plus largement sur nos usages, nos mœurs, nos coutumes, bref sur notre Francitude©, le gouvernement a décidé de mobiliser toutes les forces vives de la Nation et l’ensemble du personnel politique sur ces questions absolument majeures. Cette émulation est née par un heureux hasard de calendrier en pleine période électorale et le bravepatriote avisé appréciera l’évidente corrélation entre le thème de la burqa et celui des institutions régionales. Dans un tel contexte, les élections s’annoncent forcément sereines et intéressantes à mesure que les tabous sont brisés. "Il n’y a pas encore eu de morts mais on garde espoir" a confié une source proche au micro de la rédaction, "nous comptons sur la qualification de l’Algérie en finale de la CAN pour laisser libre cours à l’expression démocratique de la volonté populaire".

Malheureusement, la majorité présidentielle manque un peu d’imagination pour garnir une éventuelle règlementation sur le sujet : Xavier Bertrand a proposé sans grande conviction de renvoyer les femmes à burqa en Afghanistan pendant qu’un Frédéric Lefebvre visiblement fatigué s’est contenté d’une faiblarde suppression des allocations familiales et des ovaires. On est en droit de craindre que le gouvernement ne se vautre dans le politiquement correct, à plus forte raison qu’il serait question d’un "effort pédagogique" en direction des populations concernées [1].

Développement durable : la direction de l’équipement va recycler d’anciens panneaux de signalisation.">

Développement durable : la direction de l’équipement va recycler d’anciens panneaux de signalisation.

">

Développement durable : la direction de l’équipement va recycler d’anciens panneaux de signalisation.

"Interdire la burqa, point barre !" hurlent les Français pendant que la classe politique se perd en tergiversations. La Nation semble adhérer à l’idée d’une solution radicale, comme souvent dans sa remarquable histoire, s’agissant d’un élément primordial de son identité. Le ministère de l’immigration et de l’identité nationale a pris acte de ce mouvement d’opinion et pourrait prendre les devants en interdisant aux burqas les lieux les plus fréquentés : restaurants, parcs, transports en commun, toilettes publiques... Il s’agit d’éviter que les Français ne soient incommodés par cette vision absolument insupportable d’une femme soumise, ce que dans notre pays nous avons dissimulé depuis belle lurette.

Notes

[1] L’ouverture de l’exposition sur le thème "La burqa et la France" au palais Berlitz est prévue dans les prochains jours.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bravepatrie 74 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte