Magazine Société

Histoire d'Haïti : version longue

Publié le 19 janvier 2010 par Uscan

La presse ne cesse de dépeindre Haïti comme un pays "maudit", incapable de se prendre en main, sur lequel le "sort" s'acharne. Le "sort", en l'espèce, a eu deux visages au cours des siècles derniers. La France puis les Etats-Unis.
Cet article est une fusion opérée par mes soins de trois articles (saupoudrée de quelques informations venant de Noam Chomsky et Paul Farmer), l'un écrit par Bill Van Auken, un autre par Ashley Smith et le dernier par Oscar Fortin, qui écrit à la fin de son texte
Je pleure avec le peuple Haïtien pour autant de souffrances et de calamités qui lui tombent dessus. Par contre les larmes de ceux qui l’ont maintenu dans la dépendance et la pauvreté, me rendent malade.

Dans sa déclaration sur le tremblement de terre d’Haïti, le président américain Barak Obama a parlé de la « longue histoire qui lie [nos deux pays] ». Ni lui ni les médias américains ne se sont cependant montrés très enclins à regarder de près l’histoire de ces relations et son influence sur la catastrophe que doit actuellement affronter le peuple haïtien.

La colonie de Saint-Domingue, qu'on appelait souvent « la Saint-Domingue française », devint la colonie européenne la plus riche de tout le Nouveau Monde. À la fin du XVIIIe siècle, la valeur des exportations de Saint-Domingue (Haïti) dépassait même celle des États-Unis; cette prospérité reposait sur les cultures commerciales de sucre et de café pratiquées dans de grandes plantations employant près de 500 000 esclaves noirs et encadrés par quelque 30 000 Blancs.

L'Etat d’Haïti est né en 1804 grâce à une révolution d’esclaves dirigée par Toussaint Louverture. Les insurgés, qui parvinrent à défaire l'armée française envoyée par Napoléon, proclamèrent alors la naissance de la première République noire.

Aucun pays n’appuya ce nouvel État. La France exigea même une compensation de 150 millions de francs, soit 21 milliards de dollars d’aujourd’hui, contribuant ainsi à ruiner l’économie de l’Ile. Ce fut le début d’une période confuse. Entre 1804 et 1957, quelque 24 chefs d'État sur 36 seront renversés ou assassinés.

Les classes dirigeantes du monde ne pardonneront pas à la petite république sa victoire révolutionnaire. Haïti fut soumise à un embargo international dirigé par les Etats-Unis qui craignaient que cet exemple n’aille inspirer une révolte similaire dans les Etats esclavagistes du Sud. Ce ne fut qu’avec la sécession du Sud et la Guerre civile que le Nord reconnut Haïti – quelque 60 ans après son indépendance.

Le pays fut, dans les faits, gouverné exclusivement par des Mulâtres - en général d'un père blanc (colon) et d'une mère noire (esclave) - jusqu'en 1910 et connut une période de prospérité relative. Dès 1906, les compagnies américaines commencèrent à construire des voies ferrées et à exproprier les paysans sans titres de propriété. Les Américains finirent par occuper militairement Haïti, le 28 juillet 1915. En 1918, tout le pays fut en état d’insurrection. On estime que la guérilla a fait au moins 15 000 morts.
Washington mit alors en place un gouvernement soumis à ses volontés et s’engagea en contrepartie à fournir à Haïti une aide politique et économique. Au cours de cette période, Les Américains firent adopter trois lois restreignant la liberté de la presse.

Les travaux de modernisation, dont la mise en place d’une infrastructure routière, l'amélioration des techniques agricoles et le développement du réseau téléphonique furent accélérés. Toutefois, cette marche forcée vers la modernité se fit aux dépens des couches les plus défavorisées de la population. Les Haïtiens conservèrent une forte hostilité envers l'occupant américain qui n'hésitait pas, si la situation semblait l'exiger, à fusiller des Haïtiens par centaines à la fois.
Les Marines ne quittèrent l’île (en août 1934) qu’après avoir réalisé une « haïtianisation » - comme le New York Times l’appela à l’époque – de la guerre contre le peuple haïtien en construisant une armée vouée à la répression interne.

De 1945 à 1957, ce sera l’alternance entre gouvernements élus et coups d’État militaires. En 1957, François Duvalier est élu Président grâce au soutien des noirs qui virent en lui l’occasion de mettre fin au règne des mulâtres. Les Etats-Unis soutinrent cette dictature, car sa répression farouche garantissait que le pays ne dériverait pas vers le communisme, sur le modèle du voisin cubain.
Dès le départ, François Duvalier imposa une politique répressive en interdisant les partis d’opposition, en instaurant l’état de siège et en exigeant du Parlement l’autorisation de gouverner par décrets (31 juillet 1958). Le 8 avril 1961, il prononça la dissolution du Parlement.
Le régime s’appuya sur une milice paramilitaire, les Volontaires de la sécurité nationale surnommés les « tontons macoutes ». Avec cette garde prétorienne personnelle, il neutralisa l’armée, sema la terreur dans tout le pays et parvint à étouffer toute résistance. Après des rumeurs de complot, il renforça la répression et, en 1964, il se proclama «président à vie».
Il exerça jusqu'à sa mort une implacable dictature (on compta 2000 exécutions pour la seule année 1967). En janvier 1971, une modification de la Constitution permit à François Duvalier de désigner son fils, Jean-Claude, comme successeur.

À la mort (de façon naturelle) de Papa Doc, le 21 avril 1971, Jean-Claude Duvalier, 19 ans (d’où son surnom de «Baby Doc»), accéda à la présidence de la République. Amorçant une timide libéralisation du régime, Jean-Claude Duvalier exerça une dictature dont son père aurait été fier. Puis, son régime s'enfonça dans la corruption et l'incompétence, mais sa dérive ne l'empêcha pas d'ouvrir le pays aux capitaux américains. Les produits agricoles importés affluèrent et ruinèrent la paysannerie. Dès 1984, le FMI a obligé Port-au-Prince à libéraliser son marché. Les rares et derniers services publics furent privatisés, en privant d’accès les plus démunis. En 1970, Haïti produisait 90 % de sa consommation alimentaire ; elle en importe aujourd’hui 55 %.
Des centaines de milliers de gens sont venus se réfugier dans les bidonvilles de Port-au-Prince pour fournir une main d’œuvre extrêmement bon marché aux « ateliers à sueur » (sweat shops) étasuniens situés dans les zones franches.

En 1986, un soulèvement populaire renversa le fils Duvalier qui partit se réfugier dans le sud de la France et... dépenser sa fortune (ce qui est maintenant fait).
Toutefois, la fin de la dictature des Duvalier ne signifia pas la fin de la répression. Une junte militaire dirigée par le général Henri Namphy s'empara aussitôt du pouvoir. Un nouveau coup d'État remplaça la junte par le général Prosper Avril qui demeura au pouvoir de 1988 à 1990. Acculé au départ en mars 1990, il démissionna pour ouvrir la voie à des élections sous contrôle international.

Les haïtiens, qui s'étaient organisés durant la résistance aux Duvalier, élirent à la présidence le réformiste Jean-Bertrand Aristide sur un programme de réforme agraire, d’aide aux paysans, de reforestation, d’investissement dans les infrastructures, d’augmentation des salaires et des droits syndicaux pour les travailleurs.
En réaction, les Etats-Unis ont soutenu un coup d’état qui a chassé Aristide en 1991.

L'OEA (Organisation des Etats Américains) déclara un embargo, mais Bush I répondit en annonçant que les Etats-Unis le violerait en exemptant les société américaines. Pour le New-York Times, le président « réglait avec précision » l'embargo au bénéfice de la population, un peu à la manière des "frappes chirurgicales". Clinton élargit encore les violations en autorisant le commerce avec la junte, qui augmenta brusquement.
Pendant que la CIA déclarait solennellement au Congrès que le junte « se retrouverait probablement sans carburant et sans électricité très rapidement » et que « les efforts de nos services de renseignement sont axés sur la détection des tentatives de faire échouer l'embargo et surveiller son impact », Clinton autorisait en secret la Texaco Oil Company à expédier illégalement du pétrole à la junte, en violation des instructions présidentielles. Cette remarquable révélation fut à la une des télégrammes d'AP (Associated Press) le jour précédent l'envoi par Clinton des Marines pour "Rétablir la démocratie". On ne pouvait pas rater ces dépêches, qui se sont répétées toutes la journée, témoigne Noam Chomsky qui surveillait le fil de l'agence ce jour-là. Elles étaient d'une importance capitale pour comprendre ce qui étaient en train de se passer réellement. Pourtant l'information n'a été répercutée par aucun média américain.

Pendant trois ans, les milices soutenues par leur voisin étasunien, ont "nettoyé" la population en intimidant et en assassinant les leaders syndicaux et les responsables locaux qui avaient constitué la base de la résistance aux Duvalier et l'appui à l'élection d'Aristide. La plus importante de ces forces paramilitaires, le FRAPH, avait été fondé par le pion local de la CIA, Emmanuel Constant (Clinton et Bush II ont rejeté les demandes d'extradition, car cela aurait dévoilé l'implication des Etats-Unis dans les atrocités).

En 1994, après que Bill Clinton ait envoyé ses troupes sur l’île, le président élu retrouva son poste mais il fut contraint d'appliquer le plan néolibéral étasunien, appelé « plan de la mort » par les Haïtiens. Il s'agissait du programme du candidat perdant des élections de 1990, un ancien fonctionnaire de la banque mondiale qui avait recueilli 14% des voix. Aristide quitta la présidence en 1995 et René Préval lui succèda. Malgré son appartenance au parti d'Aristide, Lavalas, il n'était soutenu que du bout des lèvres par l'ancien président. Et en effet, il appliqua immédiatement le plan américain et ouvrit des négociations avec le BID et le FMI pour adopter un plan d'austérité et engager un programme de privatisations. Cela provoqua un véritable tollé dans l'île, d'autant qu'Aristide fit savoir son opposition à un tel plan. Les tensions aboutirent en juin 1997 à la démission du premier ministre Rosny Smart. Aristide fut réélu en 2000.

Mais «Titid», comme l'appelait le peuple, avait perdu sa base, laminée par les exactions des paramilitaires. Même s'il tenta de résister, il dut mettre en œuvre les projets de Washington, ce qui brisa la perspective de réformes. Il devint aussi de plus en plus méfiant, et durcit progressivement son pouvoir. Immédiatement, il fut dépeint par la presse occidentale comme un tortionnaire abominable, alors même que les exactions de son régime n'atteignaient pas celles de ses prédécesseurs. Lafanmi Lavalas, le parti du président, et l'Organisation du peuple en lutte, qui contrôlait le Parlement se trouvèrent dans l'impasse et le chaos s'installa en Haïti.
Mais Aristide refusait de se soumettre totalement, et au cours de sa dernière année de mandat, il demanda 21 milliards de dollars en guise d’indemnisations pour son pays. Les Etats-Unis répliquèrent en imposant un embargo économique qui a étranglé le pays et plongé les paysans et les travailleurs dans une misère encore plus profonde.

Finalement, le 29 avril 2004, Jean Bertrand Aristide dut démissionner, alors que les premiers Marines américains débarquaient en Haïti. C'est un nouveau coup d'Etat, directement organisé par les Etats-Unis, qui étaient parvenus à mobiliser une force onusienne, officiellement pour ramener l'ordre dans la capitale, Port-au-Prince. Le désordre, et notamment les exactions des escadrons de la mort, avaient été en partis créés et financés par Washington. Les forces internationales comprenaient des troupes américaines, françaises, canadiennes et d'autres des Caraïbes. Aristide fut enlevé et déporté aux Etats-Unis.

Le gouvernement intérimaire de Gérard Latortue, mis en place par les Nations-Unies, a poursuivi les plans néolibéraux de Washington. Son court règne a été marqué par une profonde corruption – lui et ses partisans ont empoché une bonne partie des 4 milliards de dollars injectés par les Etats-Unis et d’autres pays après la levée de l’embargo. Le régime a démantelé les timides réformes qu’Aristide avait réussies à mettre en place. Ainsi, le processus d’appauvrissement et de dégradation des infrastructures du pays s’est encore accéléré.

En 2006, les Haïtiens ont massivement élu à la présidence René Préval, personnage le plus proche d'Aristide parmi les candidats. Mais celui-ci n’a fait preuve d'aucune détermination. Il a rapidement collaboré avec les Etats-Unis en ignorant la crise sociale qui s’amplifiait.
En fait, les Etats-Unis, les Nations Unies et les autres puissances impériales ont court-circuité le gouvernement Préval en injectant de l’argent directement dans les ONG. « Aujourd’hui, en Haïti, le nombre d’ONG par habitant est le plus élevé au monde » dit Yves Engler. Le gouvernement Préval n’est plus qu’un paravent derrière lequel les véritables décisions sont prises par les puissances impériales qui les mettent en application par l’intermédiaire d’ONG qu’elles ont choisies.
Le véritable pouvoir dans le pays n’est pas exercé par le gouvernement Préval mais par la force d’occupation des Nations Unies appuyée par les Etats-Unis. Sous direction brésilienne, les forces de l’ONU ont protégé les riches et ont collaboré avec – ou ont fait semblant de ne pas voir – les escadrons de la mort d’extrême droite qui terrorisent les partisans d’Aristide et de son parti Lavalas.
Les forces d’occupation n’ont rien fait pour lutter contre la misère, la dégradation des infrastructures et la déforestation massive qui ont amplifié les effets d’une série de catastrophes naturelles – de violents cyclones en 2004 et 2008 et maintenant le séisme.
Au lieu de cela, elles se sont contentées de faire la police au milieu d’une catastrophe sociale et ont commis les crimes habituels et caractéristiques de toutes les forces de police. Selon Ban Beeton, dans un article de la NACLA sur les Amériques,

La mission de stabilisation de l’ONU en Haïti (MINUSTAH), qui a commencé en juin 2004, a été marquée pratiquement dés le premier jour par des scandales de meurtres, de viols et autres violences commises par ses troupes. »

L’administration Bush d’abord, et maintenant l’administration Obama, ont toutes deux profité du coup d’état, des crises sociales et des catastrophes naturelles pour étendre les projets néolibéraux des Etats-Unis.

Sous Obama, les Etats-Unis ont annulé une partie de la dette, pour un montant de 1,2 milliards de dollars, mais n’ont pas annulé la totalité de celle-ci – Haïti rembourse encore d’énormes sommes à la Banque Inter-Américaine pour le Développement. L’annulation d’une partie de cette dette a fait partie d'une mise en scène habituelle, destinée à occulter la véritable politique d’Obama en Haïti, qui s'inscrit dans le ligne de ses prédécesseurs.
En étroite collaboration avec le nouvel envoyé spécial des Nations Unies pour Haïti, l’ancien président Bill Clinton, Obama est intervenu pour faire appliquer un programme économique similaire à celle du reste des Caraïbes – tourisme, ateliers de textiles, et la réduction du contrôle de l’état sur l’économie par le biais des privatisations et des déréglementations.

Plus précisemment, Clinton a dirigé un plan visant à transformer le nord d’Haïti en un terrain de loisirs pour touristes, situé le plus loin possible des bidonvilles de Port-au-Prince. Clinton a convaincu la compagnie Royal Caribbean Cruise Lines d’investir 55 millions de dollars pour construire un port le long de la côte de Labadee, loué jusqu’en 2050.
A partir de là, l’industrie touristique de Haïti espère organiser des expéditions vers les forteresses haut perchées de Citadelle et de Palais Sans Souci, toutes deux construites par Henri Christophe, un des dirigeants de la révolution des esclaves d’Haïti. Selon le Miami Herald, le plan de 40 millions de dollars comprend la transformation de la ville paisible de Milot, base de départ pour la Citadelle et le Palais Sans Souci, en un village touristique animé comprenant des galeries d’arts, des marchés d’artisanat, des restaurants et des rues pavées. Les touristes seront transportés en contournant le cap embouteillé de Cap-Haïtien jusqu’à la baie, puis transportés par autocars le long des plantations paysannes pittoresques. Une fois à Milot, ils pourront grimper à pied ou à cheval jusqu’à la Citadelle... classée patrimoine mondial depuis 1982...
Dés lors que la Royal Caribbean a prévu de faire venir le plus grand navire de croisière au monde, provoquant ainsi une demande en excursions, l’industrie du tourisme d’Haiti encourage le développement de l’écotourisme, d’explorations archéologiques et de démonstrations voyeurs de rites vaudous.
Ainsi, tandis que Pat Robinson compare la grande révolution des esclaves d’Haïti à un pacte avec le diable, Clinton s’active à la réduire à un piège à touristes. Dans le même temps, les plans de Clinton pour Haïti prévoient une expansion des « ateliers à sueur » (sweat shops) pour profiter de la main d’oeuvre bon marché fournie par les masses urbaines. Les Etats-Unis ont détaxé les importations en provenance d’Haiti pour faciliter le retour de la production de ces ateliers.
Clinton a vanté les opportunités offertes par le développement des « ateliers à sueur » lors d’une visite éclair d’une usine à textile appartenant et géré par la célèbre Cintas Corp. Il a annoncé que George Soros avait offert 50 millions de dollars pour un nouveau parc industriel d’ateliers qui pourrait créer 25.000 emplois dans l’industrie du textile. Clinton a expliqué à une conférence de presse que le gouvernement d’Haïti pourrait créer « plus d’emplois en baissant le coût des investissements, y compris le prix des loyers ».

Le fondateur de TransAfrica, Randall Robinson, a déclaré à Democracy Now ! (radio progressiste US – NdT)

Haïti n’a pas besoin de ce genre d’investissement. Il a besoin d’investissements en capital. Il a besoin d’investissements qui lui permettraient d’atteindre l’autosuffisance. Il a besoin d’investissements pour pouvoir se nourrir.

Une des raisons pour lesquelles Clinton a pu promouvoir aussi facilement les « ateliers à sueur » est que le coup d’état appuyé par les Etats-Unis a éradiqué toute forme de résistance. Ils se sont débarrassés d’Aristide et de sa manie qui consistait à augmenter le salaire minimum. Ils l’ont forcé à l’exil, ils ont terrorisé ses alliés restés sur place et ils ont interdit à son parti politique, Fanmi Lavalas, le parti le plus populaire du pays, de se présenter aux élections. De plus, le régime issu du coup d’état a attaqué les syndicalistes présents dans les « ateliers à sueur ».
Clinton pouvait ainsi annoncer aux hommes d’affaires que « Le risque politique en Haïti est le plus faible que je n’ai jamais vu de ma vie ».
Ainsi, à l’instar des présidents américains avant lui, Obama a aidé les classes privilégiées d’Haïti, a soutenu les multinationales qui voulaient profiter des coûts de main-d’oeuvre, a réduit le pouvoir de réglementation de l’état haïtien et a réprimé toute forme de résistance politique.
Les conséquences directes de ces politiques sont un état haïtien impuissant, une infrastructure en ruines, des constructions hasardeuses et une misère noire qui, conjuguées aux cyclones et maintenant au séisme, ont transformé une catastrophe naturelle en une catastrophe sociale.

Tout le monde devrait soutenir la fourniture d’aide à Haïti, mais personne ne devrait le faire avec des œillères. Comme l’a dit Engler :

L’aide destinée à Haïti a toujours été employée au profit d’intérêts impérialistes. Ceci est évident lorsqu’on observe comment les Etats-Unis et le Canada ont traité le gouvernement Aristide en contraste au traitement réservé au régime issu du coup d’état. Les Etats-Unis et le Canada ont affamé Aristide en supprimant pratiquement toute aide. Mais après le coup d’état, ils ont ouvert en grand les robinets financiers pour appuyer les forces les plus réactionnaires de la société haïtienne.

Ils ne faut pas se tromper sur le rôle des ONG internationales. Tandis que de nombreuses ONG tentent de répondre à la crise, les Etats-Unis et d’autres gouvernements fournissent une aide destinée à miner le droit à l’autodétermination du pays. Les ONG internationales n’ont aucun compte à rendre au gouvernement haïtien, pas plus qu’au peuple haïtien. Par conséquence, toute aide qui passe par ces ONG ne fait qu’affaiblir un peu plus le peu d’emprise sur leur propre société encore entre les mains des Haïtiens.
L’administration Obama devrait aussi lever l’exil d’Aristide et lui permettre de retourner en Haïti, et lever aussi l’interdiction faite à son parti politique, Fanmi Lavalas, de participer aux élections. Après tout, un criminel et trafiquant de drogue notoire, Guy Philippe, et sont parti le Front National pour la Reconstruction (FNR) ont été autorisés à participer aux élections. Aristide et son parti, par contraste, sont encore la force politique la plus populaire du pays et devraient être autorisés à participer à une élection libre et démocratique.
Les Etats-Unis devraient aussi cesser de déporter les Haïtiens qui ont fui leur pays déchiré par la crise et leur accorder une statut temporaire de réfugiés. Ce qui permettrait aux Haïtiens qui ont fui la crise politique et sociale que traverse le pays depuis le coup d’état, les cyclones et à présent le séisme, de rester aux Etats-Unis.
Par-dessus tout, nous devons exiger que les Etats-Unis cessent d’imposer leurs programmes néolibéraux. Les Etats-Unis ont pillé Haïti depuis des décennies. Ce n’est pas Haïti qui a une dette envers les Etats-Unis, et d’autres pays, mais l’inverse. Les Etats-Unis, la France, le Canada et les Nations Unies doivent au peuple haïtien une indemnisation pour le pillage de leur pays.
Avec ces indemnités et un espace politique, les Haïtiens pourraient commencer à déterminer leur propre avenir politique et économique – tel qu’il avait été rêvé par la grande révolution des esclaves, il y a 200 ans.

Lire aussi : Haïti, l’embargo et la typhoïde


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Sarkozy, caché derrière Haïti

    Sarkozy, caché derrière Haïti

    Depuis mardi soir, 23 heures, le tremblement de terre qui a frappé Haïti s’est imposé à l’actualité. Tous les médias s’y consacrent. La France a exprimé son... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Ensemble pour aider Haïti !

    Ensemble pour aider Haïti

    Sur mon blog je partage avec vous mon plaisir de cuisiner mais pas que ça. C'est aussi un peu de moi et de ce (et ceux) que j'aime. Et aussi ce qui me touche... Lire la suite

    Par  Sandrine79
    SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Juste pour HAÏTI

    Juste pour HAÏTI

    Et soudain..... la terre nous rappelle notre légèreté. Elle nous secoue, nous jette à terre avec tout ce qui nous entoure. Rien, il ne reste rien. Lire la suite

    Par  Bababe
    SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Haïti, un autre Biafra ?

    Haïti, autre Biafra

    La famine comme arme de guerre. Des images choc pour mobiliser la générosité internationale. Une nécessité malgré le malaise et l’éthique ? Le 15... Lire la suite

    Par  Sylvainrakotoarison
    CULTURE, HISTOIRE, HUMANITAIRE, SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Portons secours en Haïti…

    Portons secours Haïti…

    Mercredi fut un jour triste. Nous nous sommes réveillés mercredi matin sans savoir ce qui s’était passé. À Port-au-Prince (Haïti), des milliers de personnes son... Lire la suite

    Par  Atrapalo
    SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Haïti - 2

    Haïti

    Haïti : Premières estimations ,premiers secours Deux jours après le séisme en Haïti (12 01 2010), la Croix-Rouge a estimé que 40 000 à 50 000 personnes avaient... Lire la suite

    Par  Goure
    SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Haïti est presque sauvée.

    Bonne nouvelle pour les centaines de milliers de rescapés du séisme de mardi dernier en Haïti. Le gouvernement local a accepté de confier le contrôle de... Lire la suite

    Par  Herbertlegrandkhan
    SOCIÉTÉ