Magazine Beauté

Pourquoi le savon (naturel) mousse !

Publié le 14 janvier 2010 par Gaiia

LUCIA

Lors de la fabrication (appelée saponification), le mélange de sels de sodium ou de potassium avec les acides gras de l’huile crée les fameuses molécules-bulles. Lorsque l’on frotte entre ses mains mouillées le savon, il se forme une émulsion entre l’eau, les molécules-bulles de savon et… les particules de saleté. Celles-ci sont des proies de choix pour les molécules-bulles. Elles se précipitent pour piquer ces particules, s’agglutinant autour, leur tête restant en contact avec l’eau. Il se forme donc trois types de bulle. Les «propres», ne contenant que de l’air, les «moins propres» avec air et un petit peu de saleté, les «sales» avec très peu d’air. Les «moins propres» sont plus fragiles que les «propres» et durent moins longtemps, tandis que les «sales» sont petites et peu visibles. A quantité égale de savon, une eau propre donnera donc une mousse plus stable et abondante qu’une eau sale.

Lors de la fabrication appelée saponification
(méthode de saponification à froid pour nos savons naturels Gaiia).
le mélange de sels de sodium ou de potassium avec les acides gras de l’huile crée les fameuses molécules-bulles.

Lorsque l’on frotte entre ses mains mouillées le savon, il se forme une émulsion entre l’eau, les molécules-bulles de savon et… les particules de saleté.

Celles-ci sont des proies de choix pour les molécules-bulles. Elles se précipitent pour piquer ces particules, s’agglutinant autour, leur tête restant en contact avec l’eau.

Il se forme donc trois types de bulle :
* Les «propres», ne contenant que de l’air.
* Les «moins propres» avec air et un petit peu de saleté.
* Les «sales» avec très peu d’air.

Les «moins propres» sont plus fragiles que les «propres» et durent moins longtemps, tandis que les «sales» sont petites et peu visibles.

A quantité égale de savon, une eau propre donnera donc une mousse plus stable et abondante qu’une eau sale.

En variant les ingrédients du savon et leurs proportions, on peut jouer sur la quantité de mousse produite. On peut constater cet effet à chaque fois que l’on prend une douche ou un shampooing. Plus on sera sale, plus il sera difficile d’avoir beaucoup de mousse.

Pour nos savons,  l’huile de noix de coco à été choisie pour son pouvoir moussant…

Grâce au pouvoir moussant, on peut déterminer la capacité d’un savon à laver, soit son pouvoir lavant. En effet, lorsqu’on mélange du savon avec de l’eau, de la mousse se forme, il y a alors plus de tensioactifs pouvant émultionner une tache. Donc plus il y a de la mousse, plus le savon est efficace.

(Source photo: savon LUCIA.)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gaiia 4394 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte