Magazine Échecs

Portrait en noir et blanc : Boris Spassky, l’«Ours russe».

Publié le 27 janvier 2010 par Vinz

Il a davantage gagné à être un champion vaincu qu’en étant le vainqueur. Il a incarné l’URSS et le système soviétique alors qu’il n’était pas communiste. Il est journaliste de profession mais il n’a jamais aimé écrire. Il est Français mais il ne parle pas notre langue (enfin pas en public). Plus jeune, il a été un sportif accompli mais un paresseux aux échecs.

Il va fêter samedi son 73ème anniversaire et restera comme un des plus grands champions de l’Histoire des Echecs, je parle de Boris Spassky.

Boris Spassky

L’enfance d’un jeune prodige.

Boris Vassilievitch Spassky est né à Leningrad le 30 janvier 1937. Fils d’un technicien de la construction navale et d’une institutrice, il est le deuxième enfant de la famille, et le seul fils.

Boris dut quitter Leningrad à l’approche de l’armée allemande à la fin de 1941 et la famille se rendit à Moscou. Là-bas ses parents divorcèrent, sa mère s’occupa de la famille seule ou presque. C’est vers l’âge de cinq ans que Boris apprend à jouer aux Échecs mais c’est en 1946 qu’il pratique régulièrement le jeu. Il passe l’été au pavillon des Echecs dans le Parc central de Leningrad sans jouer une seule partie. Puis sa mère l’inscrivit à la Maison des Pionniers, structure qui accueillait les enfants et qui a été un des piliers de la découverte des jeunes talents.

Il rencontra alors le maitre Vladimir Zak, excellent pédagogue qui avait formé peu avant un autre futur grand, Victor Kortchnoi. C’est d’ailleurs au cours d’une simultanée donnée par ce dernier, qui était alors champion d’URSS junior, qu’il l’affronta pour la première fois, perdit et pleura comme cela lui était fréquent.

La progression de Spassky s’est progressivement accélérée : de presque débutant en 1946, il devint candidat à la maitrise trois ans plus tard. Mais contrairement à la grande majorité des jeunes joueurs, Spassky n’était pas un attaquant acharné mais jouait « comme un grand-père », c’est-à-dire qu’il accumulait patiemment les avantages et jouait assez solidement. En 1949, Spassky partage la victoire au championnat junior de Leningrad. On commence déjà à parler de lui alors qu’il n’a que douze ans.

Boris Spassky à douze ans en 1949. Il est le premier champion du monde junior soviétique en 1955. Il faudra attendre 1969 pour trouver un deuxième : Anatoli Karpov.

Boris Spassky à douze ans en 1949. Il est le premier champion du monde junior soviétique en 1955. Il faudra attendre 1969 pour trouver un deuxième : Anatoli Karpov.

Une reconnaissance internationale précoce.

L’évolution de la carrière de Spassky poursuivit le chemin d’un enfant prodige. Il prit pour entraineur Alexandre Tolouch, un brillant joueur d’attaque dont la santé n’a pas permis de prétendre à de hautes ambitions. Le jeu créatif et résolument offensif de Tolouch modifia l’approche du jeu solide de Spassky, qui prit plus de risques et progressa dans le jeu tactique. De ce fait, Spassky est devenu le joueur le plus complet de sa génération. Pourtant Tolouch était très paternaliste, ce que Spassky accepta dans un premier temps, moins ensuite.

En 1952, il est second au championnat de Leningrad, un des plus forts tournois en URSS hors la finale du championnat national. Il gagna encore plus de considération et la Fédération Soviétique, sur les conseils de Mikhail Botvinnik le champion du monde, l’envoya disputer le tournoi de Bucarest en 1953. C’est sa première sortie internationale alors qu’il n’a même pas disputé son premier championnat d’URSS. A la première ronde, il affronte Vassili Smyslov (vice-champion du monde 1948 et 1954, champion du monde en 1957-1958) et l’écrase. La surprise est totale et Spassky sort de la lumière en terminant 4ème du tournoi pendant que Tolouch remporte le plus grand succès de sa carrière.

On oublie de le dire mais Spassky a 16 ans. Il poursuit ses études, d’abord dans les mathématiques mais la fréquence de ses absences l’ont obligé à virer vers le journalisme où il décrocha son diplômes, selon lui « parce que les examens étaient faciles ». Curieusement, Spassky n’a jamais eu l’âme d’un journaliste.

Devenu maitre international après son résultat de Bucarest, Spassky se qualifie pour la finale du championnat d’URSS 1955, considéré comme le plus fort championnat national (tous pays confondus) de tous les temps. Il continue de surprendre en terminant troisième, à égalité avec Botvinnik, derrière Geller et Smyslov. Cette performance lui vaut une qualification au tournoi interzonal qui se joue en septembre 1955 à Göteborg. Peu avant le tournoi, Spassky devient le premier soviétique champion du monde junior.

Candidat.

Malgré son inexpérience, Spassky obtient en dernier ressort son billet pour le tournoi des candidats qui doit se disputer à Amsterdam en 1956. Il échappe aussi au coup d’état rioplatense pendant le tournoi.

Avant le tournoi des candidats, Spassky termine premier ex-aequo du championnat d’URSS avec  Taimanov et Averbach mais malade, il finit dernier du tournoi de départage, perdant même une partie par forfait.  En mars 1956, il partage la troisième place du tournoi des candidats, avec 9,5 points sur 18 (3 victoires, 13 nulles et 2 défaites) : il est le seul à battre Smyslov (qui sera champion du monde en 1957).

Désormais, Spassky est installé dans le paysage échiquéen. Il n’arrive pas à gagner le championnat soviétique de 1957. Il termine quatrième d’une compétition gagnée par l’autre prodige, Mikhail Tal, à qui il donnait quelques leçons cinq ans plus tôt.

14 février 1958. La rupture.

C’est un an plus tard que la carrière de Spassky prend un autre tournant. Le 25ème championnat soviétique était qualifiable pour l’Interzonal. La lutte était serrée car en URSS, il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Spassky mène la course pendant les deux tiers du tournoi mais fatigué, il faiblit, perd la tête au profit de Tal (qui joue chez lui à Riga) et sa place de qualifié est même menacée. A la dernière ronde, il est opposé au Magicien de Riga, déterminé à gagner.

La partie est tendue : Spassky joue pour le gain, il refuse une proposition de nulle de Tal. Ce dernier commet une faute et Spassky prend un avantage décisif. La partie est ajournée ; il passe sa nuit à analyser la position (supérieure) et se présente en état de grande fatigue. Spassky insiste mais Tal résiste. Spassky rate le coup gagnant puis s’entête et refuse la nulle, qui lui aurait permis de disputer un match de barrage pour la dernière place qualificative. La partie s’est retournée : Tal a le dessus et refuse à son tour la proposition de nulle pour battre Spassky. Par cette victoire, Tal conserve son titre de champion et Spassky est éliminé de la course au titre mondial. Déprimé, il sort dans la rue et s’effondre en larmes.

C’est à ce moment que Spassky développa une grande fragilité mentale dans les parties décisives et son insuccès dans les championnats soviétiques.  En 1959, il gagna bien à Moscou et Riga, termina troisième au championnat d’URSS gagné par Petrossian. En mars 1960, il est à Mar Del Plata et dans le train qui l’y emmène depuis Buenos Aires, il fait la connaissance d’un gamin insupportable de 17 ans, Bobby Fischer. Ils deviennent amis très rapidement et partagent tous les deux la victoire même si Spassky bat l’Américain dans la première des 56 confrontations qui les opposèrent.

Spassky éprouva beaucoup de difficultés : son mariage s’étiola comme « deux fous de couleur opposée », il se sépara de Tolouch et son comportement fut sanctionné. L’URSS perdit le championnat du monde étudiant par équipes après une défaite contre les USA causée par la propre défaite de Spassky. On fustigea son manque de sérieux et le suspendit de tournoi à l’étranger pendant un an.

Dans le même temps, Spassky réalise un championnat anonyme en 1960 (10ème sur 20). Au cours de ce tournoi, il battit brillamment David Bronstein dans une partie dont la fin a été reprise dans « Bons Baisers de Russie ».

http://www.dailymotion.com/videoxc041j

L’année suivante le même drame de Riga se répéta dans la tête de Spassky. Opposé à Leonid Stein, il devait gagner pour se qualifier mais il se retrouve dans une finale de fous avec un pion de moins. Déprimé, Spassky va voir Stein à l’ajournement et abandonne. Peu après, Stein lui avoue qu’il ne savait pas comment gagner la partie (dont le gain s’avère pas évident). Une nouvelle fois, Spasky a flanché et le moral laisse à désirer.

Candidat au titre mondial.

Au creux de la vague, Spassky trouva les ressources pour se relancer. A la fin de 1961, il gagne brillamment le championnat d’URSS disputé à Bakou, son premier titre national. Et cette fois il n’a pas craqué et Boris a résisté au retour de Lev Polugaïevsky (qui s’installa au début des années 1990 à Paris). En 1962, il dispute le traditionnel Mémorial Capablanca à La Havane, terminant deuxième derrière l’inusable Miguel Najdorf. La même année, il est enfin sélectionné dans l’équipe olympique soviétique pour les Olympiades de Varna. Au troisième échiquier, il marque 11 points sur 14 et remporte la médaille d’or individuelle, en même temps que la traditionnelle médaille d’or par équipes. Par contre, le championnat d’URSS 1962 est une déception : Spassky termine 5ème à 1,5 point du vainqueur Victor Kortchnoi. Fin 1963, il partage la première place du même championnat mais perd encore dans le départage, contre Léonid Stein cette fois encore aussi.

Les autorités soviétiques décidèrent d’organiser un tournoi zonal à 7 joueurs qui devait les qualifier les trois premiers. Malgré 2 défaites initiales, Spassky renverse la tendance et gagne le tournoi avec 7/12 (4 victoires, 2 défaites et 6 nulles). La faillite morale semble avoir laissé place à la détermination. Peu convaincu de ses propres capacités, Spassky avait déclaré en riant, un jour de 1964, qu’il ambitionnait le titre mondial. Voyant le sérieux de son entraineur, Igor Bondarevksy, il s’est mis à croire en ses propres capacités. L’ »ours » comme il aime à se décrire, était sportif (il pratiquait la natation et jusqu’à plus de 60 ans le tennis) mais pas très motivé par le travail échiquéen.

Le tournoi interzonal de 1964, disputé à Amsterdam, est un calvaire comme le décrit Spassky. Les conditions pour les Soviétiques étaient dures : il y avait 5 soviétiques mais trois seulement pouvaient se qualifier en vertu d’un règlement limitant le nombre de places pour une nation. Malgré une défaite dramatique contre le Danois  Bent Larsen, il ne craqua pas (plus) et arracha son billet en remportant le tournoi avec Larsen et les anciens champions du monde Tal et Smyslov.

1964 reste une bonne année pour Spassky : il est quatrième d’un tournoi à Sotchi mais gagne nettement à Belgrade et remporte la médaille d’or au 6ème échiquier des Olympiades de Tel-Aviv (10,5 points sur 13). C’est à ce moment aussi que Spassky commence à déserter le championnat d’URSS, comme la plupart des meilleurs joueurs, pour ambitionner le titre mondial.

L’année 1965 est marqué par les matches des candidats. Spassky est opposé à grand Paul Kérès. Spassky domine l’Estonien par 6 à 4 à Riga. Puis toujours à Riga, il affronte Efim Geller qu’il bat de manière encore plus nette (5,5 à 2,5). Puis à Kiev, c’est Mikhail Tal, l’ancien champion du monde qui l’avait éliminé d’un cycle mondial, qui se présente. Spassky fait durer le match et surprend Tal. Sa meilleure résistance physique fait la différence : à 4-4, Spassky gagne les trois parties suivantes et devient challenger de Tigran Petrossian. Entre deux matches, Spassky a le temps de gagner un autre tournoi à Sotchi, sans se forcer et sans vouloir écraser la concurrence comme il avait l’habitude de le faire. Puis en guise de préparation il gagne à Hastings.

D’un championnat du monde à l’autre (1966-1969).

Contre Petrossian, la tache est ardue. L’Arménien est très dur à battre, encore plus en match surtout qu’un match nul lui permet de conserver son titre. Spassky attaque courageusement ce match mais ne trouve pas la brèche. Pis encore, Petrossian lui assène deux leçons, sacrifiant à chaque fois la qualité, dans les parties 7 et 10. Spassky revient à un point en gagnant la 13ème et égalise dans la 19ème partie mais il a dû batailler 91 et 68  coups pour cela. Il a entamé ses réserves pour l’effort final. Petrossian gagne la 20ème puis la 22ème, qui lui assure la conservation du titre. Spassky réduit la marque dans la 23ème partie mais Petrossian gagne le match 12,5 à 11,5.

Pourtant, c’est le vaincu qui paraît le plus frais. Spassky a même gagné 7 kilos et peu après le match, il participe au tournoi de Sotchi où il remplace un joueur au pied levé. Sa cinquième place n’est pas considérée comme une contre-performance par ce fait. Puis en juillet 1966, il est à Santa Monica pour le grand tournoi de l’année. Il gagne tranquillement même s’il doit repousser le fantastique retour de Bobby Fischer, qu’il a battu au premier tour. L’année marathonienne se termine à La Havane et les fastueuses Olympiades cubaines. Spassky joue et annule contre Fischer.

Le natif de Leningrad a retenu les leçons. Il se fait plus rare, étant exempté de tournoi interzonal. Mais il gagne à Bewerwijk en 1967. Au mémorial Alekhine, il ne prend que la 6-8ème place, donnant l’impression d’être sur la réserve. Spassky gagne encore à Sotchi (victoire partagée à 5 joueurs) et termine 3-4ème à Winnipeg.

1968 est le début du deuxième assaut du mur arménien. Mais il faut d’abord gagner le tournoi des candidats. Comme en 1965, Efim Geller lui est opposé et la marque est la même (5,5 à 2,5). Puis c’est au tour de Bent Larsen, le virtuel meilleur joueur du moment qui avait gagné 4 tournois dans le dernier semestre de 1967. Larsen n’est pas un joueur de match et Spassky tue le suspens d’entrée par 3 victoires (5,5 à 2,5 en score final). Puis vient le tour de Victor Kortchnoi : Spassky prend le dessus nettement et gagne le droit de défier Petrossian à nouveau (6,5 à 3,5).

Voici le coup du match.

7ème partie du match. Spassky, avec les Blancs, joue et force l'abandon de son adversaire. Trouvez le gain (réponse en fin de journée).

7ème partie du match. Spassky, avec les Blancs, joue et force l'abandon de son adversaire. Trouvez le gain (réponse en fin de journée).

En mars 1969 commence le match revanche entre Boris Spassky et Tigran Petrossian. Le rapport de force a évolué : Spassky a gagné en expérience pendant que les résultats de Petrossian ont été en retrait. Les deux joueurs avaient disputé un tournoi à Majorque à la fin de l’année 1968 : Kortchnoi avait gagné mais des deux finalistes c’était le challenger qui avait donné la meilleure impression.

Spassky contre Petrossian en 1969. Malgré une défaite initiale, Spassky a mieux maitrisé le match et su exploiter les occasions offertes.

Spassky contre Petrossian en 1969. Malgré une défaite initiale, Spassky a mieux maitrisé le match et su exploiter les occasions offertes.

La première partie est remportée par Petrossian en piégeant Spassky en finale. Ce dernier frappe un double grand coup avec deux victoires probantes dans les parties 4 et 5. La vigilance et la légendaire prévoyance du champion du monde ont été dépassées comme une grosse gaffe dans une position anodine lui coute la 8ème partie. A 5-3 pour le challenger le match prend une tournure favorable même si Spassky manque un coup gagnant dans la 9ème : Petrossian doit sortir de sa réserve pour revenir au score. En deux parties (10 et 11) le pronostic est inversé : le champion s’impose deux fois et égalise. Spassky est légèrement diminué mais Petrossian n’exploite pas son avantage du moment et se contente d’annuler.

Le dernier tiers du match est favorable à Spassky. Ce dernier, qui n’analyse plus après la partie avec son adversaire, l’emporte en finale dans la 17ème et remporte une victoire éclair en 24 coups dans la 19ème. Petrossian gagne la 20ème et revient à un point. Mais la 21ème est remportée par Spassky après que Petrossian ait refusé de jouer un sacrifice prometteur, inhibé par sa prudence naturelle. Après deux nulles, Spassky devient champion du monde.

Champion du monde (1969-1972).

Devenu champion du monde, Spassky commet l’erreur de ses prédécesseurs : se retirer dans sa tour d’ivoire. Certes en 1969, il gagne un tournoi à Porto Rico mais à Majorque il ne gagne que 3 parties sur 17, sans défaite, et termine cinquième.

En 1970, il occupe le premier échiquier de l’URSS qui affronte une sélection mondiale. Il écrase Bent Larsen en 17 coups mais perd la suivante et se fait remplacer.

http://www.dailymotion.com/videoxa56c6

Peu après, il gagne sans trop d’effort un tournoi à Leyde (le dernier tournoi de Botvinnik en carrière), puis s’impose à Amsterdam. Enfin il remporte l’or au premier échiquier avec l’URSS aux Olympiades de Siegen. A l’occasion, il bat une troisième fois en cinq parties Bobby Fischer.

Boris Spassky contre Bobby Fischer lors du match URSS-USA des Olympiades de Siegen en 1970. Spassky l'emporte. Fischer nourrit alors un véritable complexe qui l'a certainement poussé à ne pas affronter le champion du monde lors du match URSS-Reste du Monde. Ce complexe va durer jusqu'à la troisième partie du match de 1972.

Boris Spassky contre Bobby Fischer lors du match URSS-USA des Olympiades de Siegen en 1970. Spassky l'emporte. Fischer nourrit alors un véritable complexe qui l'a certainement poussé à ne pas affronter le champion du monde lors du match URSS-Reste du Monde. Ce complexe va durer jusqu'à la troisième partie du match de 1972.

L’année 1971 le voit participer au tournoi de Göteborg : il est troisième. Puis il devient le premier champion du monde à disputer un tournoi open, et même deux à Vancouver et Toronto. Peu habitué à ce genre de situation (on ne connaît l’adversaire qu’après la partie alors qu’en tournoi fermé les appariements sont connus à l’avance). Enfin au mémorial Alekhine, il se contente d’une modeste 6ème place alors qu’un jeune loup éclate devant le grand public : Anatoli Karpov.

Spassky a suivi le cycle des candidats et observé avec appréhension le parcours triomphal de Bobby Fischer. Après de nombreuses tractations, le match est prévu à Reykjavik le 2 juillet 1972.

Affiche du match Spassky-Fischer

Affiche du match Spassky-Fischer

Ce match est véritablement le match du siècle. Le niveau de jeu, l’intensité et le contexte international y ont contribué. Spassky, qui n’est pas communiste, se voit propulser en défenseur du régime contre l’Américain capitaliste. Il se voit imposer une équipe (son entraineur habituel n’en fait pas partie) et les turpitudes de Fischer (qui est arrivé en retard) ont gêné sa préparation millimétrée.

Le 11 juillet 1972, le match tant attendu débute. Cela fera certainement l’objet d’une prochaine histoire insipide. Spassky profite d’un choix curieux de Fischer pour gagner la première partie. Ce dernier déclare forfait pour la deuxième. On craint que Fischer ne joue plus. C’est ce que Spassky craignait aussi. Il ne voulait que jouer aux Echecs. Mais d’Echecs, Spassky n’a connu que les échecs à répétition. Des parties 3 à 10, il perd 5 fois et arrache 3 nulles. Une victoire dans la 11ème relance l’espoir mais une défaite dans la 13ème le remet à 3 points de Fischer. Malgré tous ses efforts, Spassky n’arrive pas à reprendre le moindre point et une ultime gaffe à l’ajournement le pousse à abandonner par téléphone dans la dernière partie.

1ère partie du match. Fischer vient d'abandonner et serre la main de Boris Spassky. La physionomie de la rencontre verra le scénario inverse se produire 7 fois.

1ère partie du match. Fischer vient d'abandonner et serre la main de Boris Spassky. La physionomie de la rencontre verra le scénario inverse se produire 7 fois.

Le déclin.

Spassky a payé le prix de sa défaite. Plus sans doute la volonté de jouer que la défaite. Les Soviétiques avaient voulu qu’il abandonne après l’affaire du fauteuil de Fischer mais le champion du monde s’y est refusé. On a cru qu’il serait allé au goulag mais son statut de champion du monde limitait sa punition à un an d’interdiction de tournois hors d’URSS.

Spassky était fini. Mais pas encore : en 1973, il effectue une première sortie à Tallin (3ème), une autre à Sotchi (2ème derrière Tal) et gagne le championnat d’URSS devant Karpov et tous les meilleurs joueurs, qui avaient été obligés d’y participer.

En 1974, le tournoi des candidats reprenait son cours. Spassky est opposé à un Américain, Robert Byrne. Le match ne dura pas longtemps : Spassky gagna les 3 parties nécessaires pour se qualifier en 6 jouées (3 nulles complètent le bilan). Au prochain tour, le voilà opposé à Anatoli Karpov. Ce dernier est soutenu par tout le régime. C’est une passation de pouvoir entre deux générations : Spassky a 37 ans, Karpov 23. L’ancien champion du monde gagne bien la première partie mais Karpov impose sa griffe ensuite et élimine Spassky (4 victoires, 6 nulles et 1 défaite pour le plus jeune). Après un deuxième divorce, Boris rencontre une attachée à l’ambassade de France.

Spassky continue sa carrière mais les succès se font plus rares même si les places d’honneur se collectionnent. En 1976, il refuse de signer la lettre condamnant le passage à l’Ouest de Kortchnoi. L’URSS ne le sanctionnera pas : Spassky ne fait plus partie des plans de la Fédération. Il est autorisé à s’installer à Paris à condition de ne pas disputer de tournoi en France. La même année, le déclin se confirme. Il est éliminé à l’interzonal de Manille (10ème) mais le forfait de Bobby Fischer le requalifie pour le cycle mondial comme ancien champion du monde.

Opposé au Tchèque Vastimil Hort, Spassky a beaucoup de mal. Il a même malade au cours de ce match joué à Reykjavik. L’Islande lui porte malheur. Opéré de l’appendicite, il bénéficie de plusieurs jours de repos grâce à la sportivité de Hort qui accepte de reporter la suite du match de deux semaines. Mal en pris au Tchécoslovaque qui perd 8,5 à 7,5. Spassky, peu convaincant, doit affronter le Hongrois Lajos Portisch. Le match est aussi serré mais Spassky frappe deux fois de suite et élimine Portisch (8,5 à 6,5). Et voilà la finale des candidats contre Kortchnoi, dont il était ami. Etait car le contexte est évidemment lourd. Kortchnoi est passé à l’Est et Spassky est vu comme le méchant. Le match est tendu à Belgrade. L’apatride (Kortchnoi a été déchu de sa nationalité) est déchaîné comme jamais ; Spassky ne voit pas le jour dans le début du match (5 défaites pour 5 nulles). Puis il gagne 4 parties de suite mais Kortchnoi a le dernier mot par deux dernières victoires.

En 1978, Spassky remporte deux tournois : à Montilla et à Bugojno (avec Karpov). Il tend désormais à laisser progressivement le jeu, privilégie plus le tennis. Spassky joue d’une manière très économique : battre les plus faibles (quand il peut) et annuler rapidement contre les plus forts. Gare à celui qui chercherait la pique. Garri Kasparov l’a éprouvé plus d’une fois, s’inclinant à deux reprises contre l’ancien champion du monde.

Français.

En 1984, Boris Spassky obtient la nationalité française. Pourtant il ne parle pas la langue mais sa présence au premier échiquier de l’équipe de France fait décoller la sélection nationale, occupée à jouer les troisièmes plans aux Olympiades. En 1984, la France réussit son meilleur résultat de son histoire : une 7ème place. En 1985, Spassky mène la jeune génération de joueurs tricolores à une 4ème place aux championnats du monde par équipes. L’année suivante, la France termine 10ème aux Olympiades. L’arrivée de l’ex-champion du monde booste toute une génération et incitera plus tard de nombreux joueurs ex-soviétiques à s’installer en France.

Spassky se fait rare dans les tournois mais de temps en temps il remporte quelques succès (Wellington en 1988 ou l’US Open en 1985). Sa dernière tentative d’être candidat a lieu en 1985, à Montpellier. Une défaite contre la lanterne rouge lui coûte une qualification pour les demi-finales. Plus jamais, et même lorsqu’il était qualifié d’office, Spassky ne disputera le cycle du championnat du monde.

En 1988-1989, Spassky participe à la Coupe du Monde de la GMA. Certes, il n’a pas d’ambition mais réussit un bon tournoi à Belfort. Son manque de motivation peut parfois se transformer en rage de vaincre et rappeler le champion qu’il était : Alexandre Beliavsky, pour avoir refusé une nulle à la dernière ronde du tournoi de Reykjavik, a perdu et la partie et la victoire dans le tournoi, au profit de Kasparov. A Belfort, le champion du monde avait refusé la nullité offerte au 11ème coup. Spassky prit le mors aux dents : sacrifice d’un pion, de la qualité et partie nulle. C’était bien nul pourrait-on s’exclamer après.

En 1990 Spassky participe à son premier championnat de France. Un événement. Il est favori mais son manque d’agressivité l’empêche de gagner (il est 4ème, invaincu). En 1991, il termine à la 4ème place, perdant une partie décisive contre Marc Santo-Roman, le futur champion de France.

1992 est l’année où on revoit Spassky sous les projecteurs. Il dispute le controversé match revanche contre Bobby Fischer, 20 ans jour pour jour après que l’Américain l’ait dépossédé du titre mondial. Spassky est dominé mais parfois dominateur même si Fischer gagne par 10 victoires à 5 et 15 nulles. L’amitié entre les deux champions, qui s’écrivaient régulièrement des lettres, n’a jamais été altérée.

Bobby Fischer et Boris Spassky au cours de leur match revanche en 1992. L'occasion est donné à Fischer de tester sa nouvelle cadence qui est aujourd'hui communément utilisée dans le monde. Spassky perd le match mais gagne un petit pactole

Bobby Fischer et Boris Spassky au cours de leur match revanche en 1992. L'occasion est donné à Fischer de tester sa nouvelle cadence qui est aujourd'hui communément utilisée dans le monde. Spassky perd le match mais gagne un petit pactole

En 1993, Spassky est défait dans un match par Judith Polgar. Il participe régulièrement aux matchs vétérans contre femmes. A la fin des années 1990, il ne joue quasiment plus en compétition officielle. Il dispute les championnats de France par équipes, quelques matches exhibitions (en 2006, il bat Karpov dans un petit match). Il se rend de temps en temps au jardin du Luxembourg, endroit privilégié et connu des joueurs d’échecs en plein air. Le 1er octobre 2006, Boris Spassky est victime d’un malaise mais il se rétablit et reprend quelques activités. On le voit arbitre dans des tournois en Russie ou bien commentateurs attitré de tournois : il le fut pour les championnats du monde 1987 et 1990, n’hésitant pas à fustiger les deux K.

En décembre 2009, Spassky dispute un match à Elista contre Victor Kortchnoi. Ce duel de légendes aux cheveux blancs s’achève par un match nul 4 à 4 (2 victoires chacun). Lors de la cinquième partie, Spassky a démontré qu’il était toujours un joueur d’exception.

Le style, l’héritage.

Boris Spassky est un joueur qualifié d’universel. En effet, il est capable de mener les attaques les plus tranchantes comme les manœuvres les plus subtiles. Son endurance l’a permis d’avoir un jeu plus stable, commettant moins d’erreurs en moyenne que les autres grands maitres. Sa ténacité en défense est reconnue. Contrairement à un Tal, il acceptait la prise de risques mais pas excessive ou inutile tout comme il était capable de produire un jeu posé et modéré.

Spassky n’a pas laissé de souvenirs dans la théorie mais il a jouer le vieux gambit du roi, remportant quelques belles victoires. Je le considère comme le meilleur spécialiste de la partie Espagnole, qu’il maitrisait autant avec les Blancs que les Noirs.

Boris Spassky a laissé l’image d’un gentleman. Ainsi en 1964, au cours de l’Olympiade de Tel-Aviv, il discuta avec une journaliste américaine et lui demande son avis sur une position (d’une partie d’échecs) sans plaisanter. Spassky exerce un charme certain, est bel homme et cet amateur de Dostoïevski et de Soljenitsyne sait imiter ses collègues comme avoir une vision pessimiste voire tragique de sa propre carrière. Il s’est toujours considéré comme un paresseux, n’a jamais écrit d’autobiographie de ses meilleures parties et s’il a essayé d’écrire plusieurs livres, il n’est jamais arrivé au bout de ces projets.

Boris Spassky lors de la simultanée célébrant les 200 ans du club de Zürich le 28 août 2009. Il a participé à cette exhibition comme les autres légendes comme Kasparov, Karpov, Anand et Kramnik notamment.

Boris Spassky lors de la simultanée célébrant les 200 ans du club de Zürich le 28 août 2009. Il a participé à cette exhibition comme les autres légendes comme Kasparov, Karpov, Anand et Kramnik notamment.

Le 30 janvier, Boris Spassky aura 73 ans. Il est le deuxième plus vieux champion du monde encore vivant. Son aura vient de sa défaite contre Fischer, qu’il a su faire fructifier dans les tournois. Mais c’est un énorme champion dans tous les sens du terme. Il mérite cet hommage que j’ai modestement voulu lui tirer.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Match nul entre Korchnoi et Spassky

    Match entre Korchnoi Spassky

    Viktor Korchnoi (2567) face à Boris Spassky (2548) © Site officiel Le Direct Live à 11h + Les parties à Visualiser et/ou à Télécharger Le 10ème champion du mond... Lire la suite

    Par  Chess & Strategy
    ÉCHECS, SPORT
  • Echecs & Clubs : Boris sera à Troyes

    Echecs Clubs Boris sera Troyes

    Du 11 au 18 avril, Troyes, "la cité en forme de bouchon de champagne" accueillera le 48e championnat de France Jeunes 2010, dans le très bel espace Argence, en... Lire la suite

    Par  Chess & Strategy
    ÉCHECS, SPORT
  • Boris Chauveau-LA BONNE AFFAIRE

    Boris Chauveau-LA BONNE AFFAIRE

    Photo cor. NR, Serge BrardChauveau a été champion régional juniors. C’était en 2004. www.lanouvellerepublique.fr Autorisation du 03.02. Lire la suite

    Par  Roltiss
    CYCLISME, SPORT
  • Video Blanc, Portrait Intime

    Regardez la Video Blanc, Portrait Intime … Elu entraîneur français de l’année 2009 par ses pairs, Laurent Blanc se livre pour Téléfoot. Lire la suite

    Par  Bloggeur Fou
    SPORT
  • NBA : Résultats de lundi – Monsieur Boris Diaw !

    Résultats lundi Monsieur Boris Diaw

    posté par misterquentin NBA – Saison régulière :   Lundi 22 février :   Washington Wizards – Chicago Bulls : 101-95   New York Knicks – Milwaukee Bucks : 67-83 ... Lire la suite

    Par  Misterquentin
    SPORT
  • Chémery : Boris Chauveau était le plus fort

    Chémery Boris Chauveau était plus fort

    Cliquable CHAUVEAU Boris Photo cor. NR, Aurat www.lanouvellerepublique.fr/ Autorisation exclusive de NRCO du 03.02.2005   Boris Chauveau renoue avec la... Lire la suite

    Par  Roltiss
    CYCLISME, SPORT
  • Portrait

    Portrait

    Entre le cochon domestique et le sanglier se pose sur ses 4 pattes le cochon sauvage. Sculpture in situ réalisée en 4 jours avec des ceps de vignes à... Lire la suite

    Par  Cantabile
    TALENTS

LES COMMENTAIRES (1)

Par Tobolsk
posté le 03 août à 01:18
Signaler un abus

Merci pour cet hommage rendu à ce grand champion. J'aimerais avoir le 1/100 de son génie... Il reste dans le coeur de tous les joueurs de ce jeu, du moins je l'espère... Ses derniers problèmes de santé, sont j'espère totalement terminés?... Paix et santé à ce grand bonhomme.

A propos de l’auteur


Vinz 627 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines