Magazine Culture

Un épisode sous la Terreur, par Honoré de Balzac

Par Alain Bagnoud

Louis XVI et l'Abbé Edgeworth de Firmont au pied de l'échafaud, le 21 janvier 1793 par Charles BENAZECH

C'est une des premières création de Balzac, après l'accumulation de ce qu'il appelait ses petites cochonneries littéraires, c'est-à-dire ses romans vite torchés, publiés sous pseudonyme au début de sa carrière, et qui lui ont servi tout de même d'entrainement. On en retrouve quelques procédés ici. Des adverbes en surplus pour créer le suspense. « Il ouvrit mystérieusement la porte. » La révélation différée de renseignements qui donnent du suspense.
Une dame trop bien mise va se procurer un paquet dans une boulangerie en prenant mille précautions. Elle est suivie par un inconnu qui pénètre à sa suite dans la maison misérable où l'attend un couple étonnant. En fait, on est sous la Terreur, l'homme est un prêtre et les deux femmes des bonnes soeurs qui se dissimulent. Dans le paquet: des hosties.
Quant à l'identité du suiveur, qui vient finalement leur demander une messe pour Louis XVI juste guillotiné, le lecteur la devine bien avant que le mot de l'énigme lui soit donné, bien avant le curé et les religieuses. Ça ne nuit pas, au contraire. On se sent ainsi intelligent, et chaque nouvel indice, en confirmant ce qu'on supposait, procure une petite satisfaction, une joie devant cette ordonnance cachée d'un monde dont on a découvert le sens.
Et qui est ce personnage mystérieux? Ah ah...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alain Bagnoud 665 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines