Magazine Culture

Les Exploits d'un jeune don Juan, Apollinaire

Par Grazyel
apollinaire.jpeg A la fac, on a un cours où on va étudier ce qu'est la littérature érotique. Du moins, je présume que ça va se passer comme ça, je n'ai pas encore eu ce cours, il commence vendredi et j'avoue que je suis un peu perplexe pour le moment. Le livre qui suit est l'un de ceux qu'il fallait lire, et honnêtement, je me dis que, pour moi, avoir commencé par Les Exploits d'un jeune don Juan chez Apollinaire, ça gâche sans doute l'écriture de ce poète. Mais bon, ce qui est fait, est fait.
Résumé : Le jeune Roger ne rêve que de filles et de femmes, de séduction, d'abandons et d'étreintes, d'odeurs et de formes abondantes... Rapidement déniaisé, l'adolescent embrasse, caresse et séduit tout ce qui porte jupon, ne reculant devant aucun fantasme ni aucune perversion pour assouvir ses désirs et parfaire son apprentissage amoureux.
Un roman d'initiation amoureuse et sexuelle, à la fois drôle et provocant, par l'un des plus grands poètes du XXème siècle.

Pour tout dire, je n'ai pas grand chose à exprimer sur ce livre. Je ne suis pas une grande fan des textes érotiques (même si là, je trouve que ça se rapproche plus de la pornographie...), j'aime ce qui écrit avec douceur, sans décrire avec précision la scène, j'aime bien ce qui est en sous-entendu, là, les mots m'ont totalement donné envie de vomir. Pourtant, je suis sûre qu'ils ne sont pas si gênants que ça, mais bon, c'est ma façon de voir. En plus de ça, certaines descriptions étaient plutôt dégoûtantes, le côté zoophile de certains discours m'ont simplement fait dire "Lisa, tu peux le lire, tu peux y arriver, c'est pour tes cours, tiens bon !". LOL.
Je sens d'ores et déjà de longues heures de malaises dans les cours du second semestre. Il me reste encore trois livres de ce genre à lire, je ne sais pas si je vais apprécier, mais je vais faire avec.
Sinon, ce que je pourrais dire d'intéressant sur ce livre, c'est la manière dont se termine le roman, honnêtement, ça m'a bien fait marrer ! La conclusion que tire Roger est excellente, surtout le côté du "devoir patriotique". A ce niveau, je reconnais qu'il y a un côté drôle au roman, c'est certain. Après, ce n'est pas le cas partout, même si je me doute que l'histoire avec Rosalie et puis la vache est à prendre au second degré. Par contre, le côté incestueux m'a nettement moins plu, je me suis plutôt demandée "comment est-ce possible ?" et la description de ce qu'il se passe pour Berthe, c'est franchement ... beurk !
En somme, j'ai traversé le roman de la première à la dernière page en étant à la fois dégoûtée et à la fois amusée par ce qu'on y trouve. Dommage que le sens artistique m'ait échappé, s'il y en avait seulement un...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Grazyel 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines