Magazine Football

Coupe de la Ligue | Que reste-t-il de notre OL ?

Publié le 27 janvier 2010 par Dredge

Trenet chantait "Que reste-t-il de nos Amours, que reste-t-il de ces beaux jours, une photo, vieille photo de ma jeunesse ?". Ce soir c'est avec beaucoup de nostalgie qu'il faut accepter les quolibets de ceux qui se réjouissent des défaites Lyonnaises. En entendant les commentaires sur France 2, à lire la presse et, plus terrible, les appels au boycott ou à la violence sur les sites de "supporters" je me pose la question "Qui va encore aimer cet OL qui ne gagne rien ?"

La fin d'un cycle est toujours difficile, il faut oublier le passé, préparer l'avenir sans galvauder le présent. Cette tache difficile est celle que le Président a confiée à Claude Puel, avec un contrat de quatre ans. La saison n'est par terminée, il reste dix sept matches de Ligue 1 pour sauver l'essentiel, une place sur le podium et deux matches de gala contre le Réal de Madrid pour un improbable miracle. C'est peu et c'est beaucoup !

Dès la fin du match Toulalan a pointé du doigt l'énorme problème de gestion du groupe qui va se poser, le turn over pour gérer les temps de jeu n'a désormais plus aucun sens et la profondeur du banc lyonnais pourrait s'avérer un handicap. Reste à savoir si le comité directeur va renouveler sa confiance au coach dont certains choix sont de plus en plus critiqués voire critiquables. C'est une autre question "Qui aime encore l'entraineur, le manager Puel ?"

Avant le coup d'envoi, deux questions se posaient : Vercoutre ou Lloris et quel schéma tactique. Si le choix de Rémy découlait d'une saine gestion humaine, le schéma tactique retenu était beaucoup plus révélateur de l'état d'esprit d'un coach qui cherche d'abord à jouer pour ne pas perdre avant de penser à gagner. Ce 4 2 3 1 est fait pour attendre avec Gonalons et Toulalan trop semblables, Delgado parfait dribbleur, mais malheureux dans ses passes et surtout avec un manque de puissance rédhibitoire pour gagner les duels décisifs. Reste Bastos, Govou, Lisandro trois internationaux qui vont errer sur le terrain sans réussite.

Mais faut-il imputer les mauvais résultats au seul Puel, avec Gomis dans un 4 4 2 à la place de Gonalons par exemple l'OL aurait il fait mieux ? Les joueurs ont surement une grosse part de responsabilité, mais lequel ou lesquels, hier pas facile de trouver un bouc émissaire sur le terrain, il semble qu'il ne manque pas grand chose, mais le constat est terrible, l'OL n'arrive pas à se libérer et reste une équipe très moyenne.

Pour gagner un match il faut un minimum de prises de risques, à vouloir trop gérer les temps faibles et les temps forts on oublie de se créer des occasions, l'absence d'un joueur capable de débloquer les situations difficiles, par une passe décisive ou un coup franc est de plus en plus criante. Malgré les entrées tardives de Gomis et Pjanic l'OL sort par la petite porte des deux coupes nationales. Contre le PSG dimanche à Gerland on va savoir si le public est encore derrière son équipe, après le match on va peut être pouvoir répondre à mes questions existentielles : "Que reste-t-il de notre OL, qui va encore aimer cet OL et Puel a-t-il un avenir à Lyon ?" j'ai mes réponses et vous ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dredge 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines