Magazine Cinéma

Invictus: la récréation de Clint Eastwood

Par Lela31
Clint Eastwood a toujours le chic pour tirer les larmes et attendrir, même dans ses films les moins aboutis. A 79 ans, le réalisateur se penche dans Invictus, sur la Coupe du Monde de Rugby de 1995, vécue par Nelson Mandela et les Springboks. Mandela, à peine élu, cherche à impulser la réconciliation entre les deux communautés et voit en "ce sport d'hooligans joués par des gentlemen" un élément fédérateur.springbok Les Springboks du capitaine François Pienaar, démoralisés et hués par leur public, vont gagner match après match l'appui des Sud Africains, sous l'oeil et l'influence bienveillante de Nelson Mandela.
Décomplexé, Clint Eastwood ne cherche plus à gagner l'adhésion et même l'admiration du public. Sans calcul, le futur octogénaire s'autorise une petite récréation. Déjà labellisé "réalisateur accompli", celui-ci n'a plus rien à gagner, depuis Mystic river, Million Dollar Baby ou Gran Torino. Invictus , film à la fois plaisant et émouvant, tourne souvent à bas régime. Certains scènes superflues ,sont malgré elles, hilarantes! L'arrivée en hélicoptère de Mandela, sous un air de musique larmoyant, sonne faux et vire à la franche rigolade. Difficile de rester impassible devant cet effet de mise en scène un peu grotesque.Où avait il donc la tête, Eastwood, habitué à plus de subtilité? Les répliques censées être percutantes, manquent l' impact recherché. Type: Pienar qui confie à sa copine sa "mission" dictée par Mandela , à savoir  gagner la Coupe..."He wants to win the World Cup...", puis s'ensuit ...un long silence! Mystique.
Le premier quart d'heure poussif cède le pas à une bonne dynamique. L'angle, celui d'aborder le post-apartheid via le sport, est original et bien choisi. Les acteurs, Matt Damon en tête, assurent une belle prestation physique et vocale (cf l'accent). L'émotion pâtit à cause de passages trop attendus, inutiles. Tout le savoir-faire d'illusionniste d'Eastwood, c'est de nous bercer, de nous transmettre les ondes positives de Mandela, l'esprit d'équipe de Pienaar.  "Je suis le maître de mon destin. Je suis le capitaine de mon âme.", propos tenus par Mandela dans Invictus, clôturent cette fin bien ficelée et illustrée. Le fils d'Eastwood imprime bien sa patte musicale mais ce n'est pas suffisant. La faute au père qui ne porte pas assez son film.
Dessin d'Alic'e/: Clint Eastwood, lifté pour la World Cup 1995
!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lela31 Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines