Magazine Beauté

Huile essentielle chémotypée ?

Publié le 28 janvier 2010 par Gaiia

chemotypeLe chémotype ou famille biochimique est une notion d’importance, c’est une référence précise qui indique le composant majoritaire ou distinctif de l’huile essentielle.

Connaître le chémotype présente plusieurs intérêts :
* Distinguer des huiles essentielles extraites d’une même variété botanique, mais de parties différentes de la plante ou de végétaux ayant connu des habitats différents.
* Adapter plus précisément l’huile essentielle à son indication thérapeutique.

C’est ainsi qu’il existe deux grandes familles de Thym, sur le plan botanique, mais que l’on peut subdiviser par la définition de leurs chémotypes respectifs.

Un exemple avec les chémotypes du Thym :
* Linalol
* Thujanol
* Carvacrol
* Acétate de Terpényle
* Géraniol
* Thymol
* Paracymène

Le Thym présente de profondes variabilités en fonction de la situation géographique où il se développe.
Ainsi, dans le Var, en bord de mer, ce thym dégage une odeur forte, phénolée :
* Constituant majeur :
Thymol = H.E.C.T THYMUS VULGARIS THYMOL

Alors que dans l’arrière pays, il garde cette même odeur phénolée, mais avec des nuances qui rappellent sa voisine la Sarriette :
* Constituant majeur :
Carvacrol = H.E.C.T. THYMUS VULGARIS CARVACROL

Botaniquement, il s’agit de la même plante : THYMUS VULGARIS L. , mais chimiquement, tout se passe comme si l’on avait affaire à des espèces différentes.

Ainsi, l’Huile essentielle de ROMARIN, de l’espèce botanique ROSMARINUS OFFICINALIS L. présente 3 Chémotypes différents donc, 3 indications thérapeutiques différentes :

* H.E.C.T. Rosmarinus Officinalis Camphre :
Anti-inflammatoires.
* H.E.C.T. Rosmarinus Officinalis Cinéole :
Antiseptiques pulmonaires et mucolytiques
* H.E.C.T. Rosmarinus Officinalis Verbénone :
Cholagogues et hépatoprotectrices.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par gege061
posté le 05 février à 11:29
Signaler un abus

Bonjour, merci pour cet excellent article . Permettez moi une précision. En effet il est aussi nécessaire que le principe actif soit présent en quantité suffisante. A titre d'exemple le Ravintsara est probablement le plus puissant antiviral naturel connu (jassim, 2003 et Wang 2004 ont montré son action sur la destruction des acides nucléiques viraux) a condition que le 1.8 cineole soit present pour au moins 60%. Autrement on aura une huile essentielle moins efficace et moins chere Cordialement

A propos de l’auteur


Gaiia 4394 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines