Magazine Cinéma

L'Ours

Publié le 29 janvier 2010 par Olivier Walmacq

29 janvier 2010

L'Ours

00791246_photo_affiche_l_ours

Genre : Aventures/Film animalier

Année : 1988

Durée : 95min

L'histoire : Un ourson orphelin assez inconscient et pataud est adopté par une ourse solitaire. Il va apprendre la vie, ainsi que le danger, personnifié par deux chasseurs lancés à leurs trousses...

La critique de ClashDoherty :

Immense succès populaire à sa sortie, L'Ours est sans doute, avec La Guerre Du Feu et Le Nom De La Rose, le film le plus connu de Jean-Jacques Annaud.
Adaptation d'un roman de James Oliver Curwood (Le Grizzli), c'est un film franco-américain, tourné en anglais, avec Tchéky Karyo, Jack Wallace et André Lacombe, et avec aussi et surtout des animaux, remarquablement dressés.
Le petit ourson, qui s'appelait Youk, est absolument craquant, notamment. Superbe musique de Philippe Sarde, magnifique photographie de Philippe Rousselot, et le scénario est de Gérard Brach (alter-ego de Polanski) d'après le roman de Curwood. Le film a reçu trois nominations aux Césars (il n'en a remporté aucun), dont meilleur film et meilleur réalisateur.

Si L'Ours est un film remarquable du point du vue du dressage des animaux, qui sont criants de naturel, c'est aussi et surtout un film d'une profonde tristesse et d'une très grande cruauté. On pourra dire, pour défendre ce film, que la nature est cruelle.
C'est vrai. De ce point de vue-là, le film le montre vraiment. Mais pourquoi s'attarder longuement sur les cadavres sanguinolents des chiens de chasse, étripés par un ours ?
Pourquoi s'attarder sur les blessures sanglantes de l'ourse adulte ? Blessures fausses, bien entendu. Aucun animal n'a été blessé ou tué pendant le tournage.
Mais à voir le film, on en douterait, tellement il sonne 'tourné sur le vif avec caméras cachées pour ne pas effrayer les animaux'.

Je n'ai jamais aimé ce film, du tout même. Je l'ai toujours trouvé trop choquant et cruel pour un film qui se veut familial. Clairement, L'Ours n'est pas du tout un film à voir avec ses enfants de 5-10 ans pour leur montrer la nature ou les animaux.
Rien que l'affrontement final, court mais intense de par sa dureté psychologique, entre l'ourson et un puma, est terrible. Entre le puma (prédateur sans vergogne) et le petit ourson fragile et peu armé pour se défendre (comment les dresseurs ont-ils pu obtenir de l'ourson ce regard si intense, si fragile, si...humain ?), la lutte est inégale, et cette scène devient insoutenable. Même si, je vous rassure, le film se conclut par un happy-end.

Film intense et dur, violent et cruel, L'Ours célèbre la beauté de la nature, mais aussi la violence humaine (les chasseurs, de vrais fils de putes) et la violence tout court. Un film beaucoup trop cruel et réaliste, en ce qui me concerne, pour me plaire.
Ca semble réel, ce qu'on voit à l'écran, malgré la précision finale, bien voyante, du 'aucun animal n'a été tué ou blessé'. On est rassurés de voir ça en fin de film, mais quand même, c'est TROP réaliste. Malgré tout, l'ourson est craquant, c'est clair !

Deux notes, donc, pour ce film : une note personnelle (je le redis, je n'aime pas ce film) et une note plus neutre, rapport à ses qualités et défauts, sans prendre en compte mon avis personnel.

Note perso : 07/20

Note objective : 14/20    

Posté par ClashDoherty à 09:24 - aventures - Commentaires [7] - Rétroliens [0] - Permalien [#]
Tags : animaux, film animalier, Jean-Jacques Annaud, L'Ours, ours, Tchéky Karyo

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines