Magazine Culture

Les Enchantements d'Ambremer (tome 1)

Par Jessetseslivres
Les Enchantements d'Ambremer (tome 1)"Que se serait-il advenu si, au lieu de s'éloigner à jamais, ce monde (OutreMonde) et sa magie s'étaient au contraire, approchés ? Que se serait-il passé si l'OutreMonde, à la faveur d'une conjonction astrale propice ou d'un caprice du destin, avait librement étendu son influence sur Terre pour l'imprégner de merveilles que le temps écoulé nous aurait bientôt rendues familières ? "(page 8)
Pour le savoir, suivez-moi !
Quatrième de couverture.
Paris, 1909.
La tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes se baignent dans la Seine, des farfadets se promènent dans le bois de Vincennes... et une ligne de métro relie la ville à l'OutreMonde, le pays des fées, et à sa capitale Ambremer.
Louis Denizart Hippolyte Griffont est mage du Cercle Cyan, un club de gentlemen-magiciens. Chargé d'enquêter sur un trafic d'objets enchantés, il se retrouve impliqué dans une série de meurtres.
L'affaire est épineuse et Griffont doit affronter bien des dangers: un puissant sorcier, d'immortelles gargouilles et, par-dessus tout, l'association forcée avec Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien...
Mon avis.
Décidément, ce mois de janvier me réserve d'agréables découvertes : celle-ci figurera parmi elles ! Je ne m'attendais pas à accrocher autant à ce monde complètement "loufoque" où la magie se mêle avec une facilité aussi déconcertante au Paris du début du XXème siècle !
Que direz-vous d'un monde où la Tour Eiffel est construite dans un bois blanc, introuvable sur Terre, où Paris serait peuplé de Fées, d'enchanteresses et de magiciens ? Ou encore où des chats ailés ou des arbres se mettraient tout simplement à parler ?
Eh bien, si c'est le genre de monde qui vous fait rêver (comme moi), il vous faudra lire absolument le livre de Pierre PEVEL, les Enchantements d'Ambremer, une véritable petite pépite à tous niveaux !
Le ton est rapidement donné pour nous faire rêver : l'auteur s'exprime à nous d'une manière d'un conte pour enfants et c'est très plaisant ! L'histoire commence d'ailleurs par ces mots :
"Il était une fois le Paris des Merveilles..."
Rien qu'à lire ces quelques mots, j'étais embarquée pour ne plus lâcher le livre jusqu'à la fin !
Bien loin de raconter une histoire plate sans intérêt, l'auteur nous plonge ici dans une affaire rocambolesque dont les multiples évènements s'enchaînent, s'entremêlent à une allure frénétique !
Ainsi, on se retrouve plongé dans une histoire de meurtre d'un magicien, trafiquant d'objets enchantés à ses heures perdues, le kidnapping d'un antiquaire complice du premier qui est retrouvé complètement amnésique, d'un artefact lié à une famille française, La Tour Fondval, que souhaite ardemment récupérer la Reine Noire, un méchante sorcière bannie du Royaume d'OutreMonde par sa propre soeur, la Reine Méliane.
Bref, vous l'aurez compris, on tient là une histoire palpitante qui nous tient en haleine jusqu'au bout, d'autant plus que chaque pièce du puzzle semble s'assembler petit à petit !
De plus, visiter Paris du début du 20ème siècle avec ces descriptions si vraies, si réalistes, ce fut une véritable ballade plaisante où la détente est 100 % de mise !
Cependant, si j'avais un seul bémol à formuler concernant l'histoire en elle-même, c'est la fin que j'ai trouvé trop rapide. Elle tombe comme ça, d'un coup, après nous avoir tenu en haleine pendant plus de 300 pages, ce fut une petite déception !
Pour les personnages, la première chose qui me vient à l'esprit, c'est qu'il y en a beaucoup (trop ?) et qu'il est difficile de s'attacher, de s'imprégner d'eux lors de la lecture.
Cependant, je garde un excellent souvenir de la relation entre Griffont (notre héros principal) et la Baronne Isabel de Saint Gil (aussi appelée Aurélia), deux êtres amoureux qui ne cessent de se chercher mutuellement ! Cette relation a donné un ton assez humoristique à certaines situations rendant la lecture encore plus irrésistible.
J'ai beaucoup aimé le chat ailé, Azincourt, un personnage bien sympathique qui donnait parfois du fil à retorde à notre mage Griffont !
Niveau écriture, encore une fois, je m'en suis délectée, rien à redire sur le ton employé par l'auteur, sur le choix des dialogues teintés d'humour ou encore sur les descriptions de ce monde enchanté qu'est OutreMonde. Les chapitres sont courts et s'enchaînent parfaitement, le ton donné au livre, à l'allure d'un conte, humoristique avec des éléments de fantasy et de suspense, lui accorde une dynamique entraînante qui retient le lecteur jusqu'au bout du récit.
Mon plus grand regret quant à cette lecture est que la découverte d'OutreMonde et de sa capitale, Ambremer, n'est que superficielle, l'auteur ayant centré le récit sur les évènements qui se déchaînent depuis l'arrivée de Carrard (responsable du Club Richelieu) à la Reine Noire et son projet machiavélique ! J'espère que le tome 2 nous permettra de nous immerger en profondeur dans ce monde magique très bien développé et défini !
En bref, une lecture divertissante dans laquelle vous aimerez vous perdre durant quelques heures ! J'attends le tome 2 avec impatience en tout cas ;)
Note finale : 9.1/10
  • Histoire : 8.8/10 (un monde très bien imaginé mais trop peu exploré dans ce premier tome. De plus, j'ai trouvé que la fin arrivait trop vite, on a pas le temps de l'apprécier et n'est pas représentative de la qualité globale de l'œuvre)
  • Personnages : 8.4/10 (des personnages hauts en couleur, très drôles pour certains mais malheureusement une méchante qu'on a pas le temps de voir méchante !)
  • Écriture : 10/10 (une plume magnifique, rien à redire)
Quelques morceaux choisis :
"(...)La mémoire est un ciment solide. Si solide et durable que la nostalgie survit parfois à longtemps à l'amitié. Elle peut même s'y substituer et nous tromper. Combien de fois nous sommes-nous aperçus trop tard que rien ne nous attachait désormais à tel ou telle, sinon le souvenir d'une époque évanouie ? Quand cette idée frappe, douloureuse, le temps paraît faire un bond et nous nous découvrons subitement face à un étranger que les hardes de sentiments défunts cessé de déguiser. Cela, plus que les ans, fait que l'on vieillit. L'âge est le catalogue de nos désenchantements intimes." (page 265)
"La vie est une tragédie dont il est permis de rire" (dit la Baronne de Gil en fin de livre, page 331)
Je remercie vivement les Éditions Le Livre de Poche pour cette découverte dans le cadre d'un partenariat avec le site Livraddict.
D'autres avis de Livraddictiens : Bibliomania
Les Enchantements d'Ambremer de Pierre Pevel
Publié aux Éditions Le Pré aux Clercs en 2003 et aux Éditions Le Livre de Poche en 2007
351 pages (version LDP)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jessetseslivres 286 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines