Magazine Sport

Open d’Australie, Tsonga : Coulaines the gang

Publié le 29 janvier 2010 par Levestiaire @levestiaire_net

double

Voici l’histoire du meilleur tennisman français de sa génération. Dommage qu’il joue aussi mal au tennis.

« Ce n’est pas que Jo fasse un mauvais match. » Allez comprendre, Guy Forget n’est pas seulement consultant sur Canal, il est aussi capitaine de Coupe Davis. 27 fautes directes en à peine une heure et demie pour 21 coups gagnants, 56% de premières balles, 5 double fautes, 13/25 au filet, Djokovic aurait dû avoir une sacrée courante pour passer à la trappe ce matin. Guy a raison, Federer est intouchable mais ce ne sera jamais une raison valable pour envoyer tous ses revers dans le bas du filet en accusant sa nouvelle Babolat du regard. N’allez pas croire que Jo est un mauvais joueur de tennis, mais surtout n’allez pas croire non plus que c’en est un bon. 0 balles de break à négocier, c’est donc à la force du service que Tsonga a évité de devenir un grand Champion. Karlovic, lui, arrive toujours à décrocher un tie break mais ça on vous l’a déjà reconté.

Novak Djokolique

Pourtant Djokovic, deux jours plus tôt, s’était déguisé en Nadal, celui d’il y a 2 jours et celui  d’il y a deux ans. On ne vous dira pas lesquels ont la meilleure technique raquette en mains. Tsonga aime l’odeur du sang, Djokovic est hémophile, ça fait 5-2 dans leurs confrontations. Il sait repérer quand un joueur n’est pas au top, il va même jusqu’à le pousser au cinquième set. Les enfants sont parfois cruels.
En 2008, Nadal pensait lui coller une branlée et n’avait pas prévu le service volée. Jo est comme ça, il peut se mettre à tenter n’importe quoi pour gagner, même ce qu’il ne fait jamais. Et plus il pousse un bon adversaire longtemps, plus il aime les points importants, sa nationalité française pourrait donc lui être retirée prochainement. Dire que s’il avait simplement le coup droit de Monfils, il aurait sûrement déjà gagné un grand Chelem. Même le revers de Simon pourrait suffire.

Attention, pas de méprise, le mental n’a rien à voir avec les performances et c’est d’ailleurs un hasard si depuis Wimbledon 2007, il est le plus régulier en Grand Chelem : trois 3es tours, trois 8es, un quart, une finale et maintenant une demi. Federer aurait pu être surpris par le service volée aussi aussi, mais on l’a déjà dit Jo n’a pas vraiment l’habitude de le faire. Et faire durer pour faire durer, ça ne fait plaisir qu’à Davydenko. Les jumelles avaient sûrement des fuites à moins que ça ne soit la maman.

Le brushing impeccable, Jim Courier trouve toujours Federer sympa, mais ce qu’il dit est parfois étrange. « Le physique c’est pas du travail c’est du talent. » Jamais arrogant, il aurait pu dire aussi: « En finale, ça risque d’être plus accroché ,mais si ça se trouve je vais lui mettre 1, 1 et 1 en une heure parce qu’Andy c’est une merde. » Mais pris de modestie il a préféré ajouter : « Murray sera content de gagner le 1er grand chelem pour l’Angleterre depuis 150 ans. » Ça en fait combien pour Murray ? Et pour Federer ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Levestiaire 1886 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine