Magazine Poésie

1182

Par Pantsavarts

Si j’avais inventé la lune soleil tu te marierais et mes paupières définitives

fermées se couleraient de suint

Si j’avais parlé l’aube Aurore tu m’aurais pardonné mes tristesses comme mes faiblesses

coulées dans d’étroits défilés

Mais je ne suis que fumée et toi de ta lame délicate tu écartes tu m’écartes tu me sépares

sans fin sans frein

Et pourtant je ne trouve même pas mes larmes

Et pourtant moi je ne voulais que ta paix et calmer le vent du dedans

Alors oui forcé je me tais je me couche je ne me soulèverai plus que de peu

à peine de quelques doigts

Je me couche là où il ne me reste aucun mot.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • PATCH et + si affinité

    PATCH affinité

    pas grand chose à vous montrer mais je doit vous remercier pour tous les commentaires sur BOHEME ! entre les mails perso et les commentaires hier soir c'était... Lire la suite

    Par  Christine72
    STYLISME, TALENTS
  • Et si on jouait ?

    jouait

    Vous êtes une jeune maman (ou une ancienne jeune maman) et vous en avez marre de marner pour rien ? Eh bien, vous pouvez mettre à profit votre expérience et... Lire la suite

    Par  Frédérique Paresseuse
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Si proches...

    proches...

    Encore un billet que j'ai écrit dans la Revue Médicale Suisse:C’est au bout du bip que j’ai appris que ma grand-mère était mourante. La personne qui m’appelait... Lire la suite

    Par  Samiahurst
    JOURNAL INTIME, SANTÉ, SCIENCE & VIE, TALENTS
  • Si naturellement artificiel...

    naturellement artificiel...

    Il faut croire que l'univers faux et artificiel du photographe Thomas Demand m'a définitivement influencé dans ma façon de voir les choses... Lire la suite

    Par  Tielkric
    PHOTOS, TALENTS
  • Si maman si…

    C’est drôle j’ai l’impression de te connaître de mieux en mieux. Lecteur. Depuis que je te parle de moi. De mes petits tracas. Tu me parais nettement moins... Lire la suite

    Par  Orangemekanik
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • L’âme, si frileuse, si farouche (Philippe Jaccottet)

    L’âme, frileuse, farouche (Philippe Jaccottet)

    L’âme, si frileuse, si farouche, devra-t-elle vraiment marcher sans fin sur ce glacier, seule, pieds nus, ne sachant plus même épeler sa prière d’enfance, sans... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Si vite (Jean Grosjean)

    vite (Jean Grosjean)

    On a frôlé les villages du monde, On s’arrache à ces jours qu’on n’a pas vus, On s’écarte de soi. Tout va si vite. juste eu le temps de m’essuyer les mains.... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Pantsavarts 53 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines