Magazine

Nassimah, la dégringolade

Publié le 31 janvier 2010 par Laurelen
Nassimah, la dégringolade Souvenez-vous... Il y a encore deux ans, un avenir radieux s'ouvrait devant les yeux en amande de Nassimah Dindar. Réunionnaise, femme, musulmane, présidente de conseil général, du pain bénit pour l'UMP, qui cherche toujours des jolis symboles de son "ouverture" d'esprit (comme Rachida Dati, Rama Yade, l'Auvergnat d'Hotefeux...). En juillet 2007, elle entre dans le saint des saints, le bureau national de l'UMP, où elle est nommée conseillère politique chargée de la diversité. Lors de la première visite du président de la République, elle est collée aux basques de Nicolas Sarkozy, qui lui donne du "Mme Dinedar". On parle même d'elle avec insistance pour le secrétariat d'Etat à l'Ecologie. Puis, patatras. Tout se casse la figure lors des élections mouvementées à la présidence du conseil général, en 2008. Les élus de droite ne veulent plus d'elle, qu'à cela ne tienne : elle se constitue une majorité de bric et de broc avec le PS, le PCR, et des élus dissidents de droite.
Jean Simonetti, envoyé par Paris pour remettre de l'ordre dans l'UMP Réunion, lui fait gentiment comprendre qu'elle n'est plus dans les petits papiers du président. Pourtant, contre vents et marées, et contre toute vraisemblance, elle se revendique toujours de l'UMP. Lors de sa visite en janvier, Nicolas Sarkozy l'ignore ostensiblement. La gestion catastrophique du dossier de l'Arast finit de détruire l'image "sociale" qu'elle s'était acharnée à construire. Aujourd'hui, sur le site de l'UMP, plus aucune trace de Nassimah. Dans le moteur de recherche interne, si on tape "Nassimah Dindar", un laconique "aucun résultat pour votre recherche" apparaît à l'écran. Et dans la page personnalités de la Réunion, on ne trouve que cinq noms. Dans l'ordre : Jean Simonetti, Michel Fontaine (le seul à ne pasavoir sa photo), René-Paul Victoria, Didier Robert et Jean-Paul Virapoullé. Disparue, bannie, effacée, Nassimah. Qui va sans doute se consoler dans les bras de Paul Vergès, qui lui, c'est bien connu, n'est pas sectaire. Elle se revendiquera toujours de l'UMP. Il est des fidélités chevillées à l'âme, bien plus fortes que la réalité. L'avenir de Mme Dindar passe désormais par un poste de sénatrice. Qui est loin, très loin d'être acquis. Il y a beaucoup de concurrence. Et nombre d'élus qui n'attendent que la curée pour sortir le poignard. Petite consolation, elle vient d'être citée par Patrick Karam, Délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer, comme le symbole de l'intégration des musulmans à la Réunion, qu'il considère comme "un exemple pour la France". Ca lui fait une belle jambe, à Nassimah...

François GILLET

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Laurelen 224592 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog