Magazine Caricatures

Le monde de demain

Publié le 01 février 2010 par Ruminances

Une fois n’est pas coutume, saluons l’exploit de l’équipe nationale de handball. Un triplé légendaire. C’est assez singulier pour qu’on le souligne. Et 8 et 9 et 10, années exceptionnelles pour le sport national. Jeux Olympiques, Mondial et Europe. C’est pinoche !, comme on disait autrefois d’un bon film ou d’un millésime d’exception. Parions que les joueurs et l’ensemble du staff seront reçus avec grande pompe à l’Elysée. Enfin, une bonne occase !

Je ne sais pas vous, mais moi, le type qui rédige les discours présidentiels, je te l’expédie en moins deux, via le Pôle emploi, faire un petit stage de cohésion mentale et de respect des règles élémentaires du discours politique dans une école régionale de la presse écrite. Il est acquis que notre Président ne brille pas par le talent littéraire. Il ne s’en est jamais vanté et la chose est à son honneur. Il ne sait pas écrire, d’accord, mais il ne sait pas lire non plus. C’est fort ennuyeux. Sinon, il n’aurait jamais accepté de prononcer devant un parterre de grosse et fortes têtes, au Forum de Davos, les paroles que voici : “Le monde de demain ne sera pas celui d’hier“. Mais où a-t-il appris à lire ? Mais quelle idée se fait-il des citoyens du pays qu’il gouverne ?

Sa première maîtresse, Anne-Marie Laroche-Verdun, dans son livre-buzz, le qualifie d’élève studieux et appliqué. Je ne sais pas vous, mais moi, je subodore l’arnaque éditoriale dans cette affaire. La remarque ne correspond pas au personnage infatué sillonnant le monde juché sur ses bourdes. Remarquez, il n’y a pas non plus de quoi être étonné. Ce monde est bâti en trompe-l’oeil. Le vrai et l’illusion ou l’illusion du vrai. Quand on voit que pour devenir avocat, nous n’avons plus besoin de diplômes, il suffit pour cela d’être homme politique, il y a de quoi mettre le feu aux universités. A quoi servent-elles, en vérité ? Jugez : si vous êtes élu, vous pouvez présenter votre candidature à la fonction d’avocat et ouvrir un cabinet, de préférence dans les quartiers huppés. La politique vous donne ce droit et vous offre plein d’autres avantages. Elle vous ouvre la porte des prisons. Si vous avez perdu votre mandat et que vous ne savez que faire d’autre, vous voilà autorisé à ouvrir un cabinet d’avocat. Oui, je sais, Julien Dray vient d’être recalé, mais, je vous parie ma kelton que ce n’est que partie remise. Son dossier était incomplet. Mais quelle est la triple andouille qui a rempli son dossier ? A tous les coups c’est une stagiaire qui rêve de plongée sous-marine du côté des Maldives. A moins qu’il ne s’agisse d’une cabale montée par des avocats de droite contre les avocats de gauche. (lire la suite…)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ruminances 506 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte