Magazine Culture

Remy de Gourmont, Histoires hétéroclites, Esthétique de la langue française par Alcanter de Brahm

Par Bruno Leclercq

Remy de Gourmont, Histoires hétéroclites, Esthétique de la langue française par Alcanter de Brahm
A l'occasion de la parution d'Histoires hétéroclites de Remy de Gourmont par Les âmes d'Atala (1), et avant d'en reparler plus complétement, je donne l'article d'Alcanter de Brahm, sur l'Esthétique de la langue française, paru dans la Critique, numéro 115, du 5 décembre 1899.
(1) Histoires hétéroclites, recueillies par Christian Buat & Mikaël Lugan, postface de Mikaël Lugan, Les Ames d'Atala, 2009. Se commande pour la très-modique somme de 5 euros (ou plus pour soutenir cette vaillante maison d'édition). Chèque à l'ordre des Âmes d'Atala, porte cochère bleue, 82, rue Colbert, 59000 Lille).
Remy de Gourmont, Histoires hétéroclites, Esthétique de la langue française par Alcanter de Brahm
L'Esthétique de la langue française
Voici venu le livre grâce auquel se pourra pressentir l'âme des mots, connaître leur beauté physique, leur représentativité essentielle.
Vêtir une idée d'antan dans un manteau neuf, aussi bien que recouvrir une conception originale d'un tissu de mots que signale seule sa modestie d'apparence ; se réaliser par une expression de pensée originale, soit par le fond, soit par la forme d'expression, c'est s'attirer invariablement le mépris des médiocres.
Ils ne pardonnent pas à ceux de ce temps les hardiesses qu'ils admirent et salissent de leurs
commentaires élogieux chez un La Bruyère, un Diderot ou un Renan.
Et s'ils fulminent contre l'incompréhension dont ils excipent devant le symbole de Villiers ou de Mallarmé, ils feuillettent distraits le livre de Baudelaire ou de Laforgue ; ils se refusent à croire que d'aucuns privilégiés les puissent lire autrement qu'eux-mêmes les ont-lus, c'est-à-dire parcourus des yeux, à la façon de tout le monde. Un petit nombre, noter médiocres, tout en percevant l'occluse ironie du Mannequin d'Osier, ou des Moralités légendaires, reprocherons à Huysmans, voire à Péladan, d'adorner leur langue d'un coloris inattendu. Ce qu'ils ne comprennent point leur semble devoir s'affirmer hiéroglyphe pour tous.
Leur sens artistique se révèle par ainsi limité au seul bon sens, avec lequel ils sont eux-mêmes en désaccord, du fait de leur propre intolérance.
Il en est de certains écrivains comme des artistes pour lesquels les limites d'une règle rigoureuse semblent trop augustes au besoin d'expansion de leur enthousiasme d'art.
Violemment ils les brisent, et l'énormité soudaine de leurs brusques écarts, de leurs avant-sauts désordonnés provoque l'épouvante.
C'est cependant à de tels phénomènes que se doit la fixation même des langues. Naïves à l'origine, empreintes de la puérilité des peuples enfantins, elles sont tout à coup transformées par des athlètes de la pensée qui arrachent le secret des œuvres du passé ou des arts exotiques contemporains, et l'adaptent au génie de leur propre langue.
Ainsi des grands Tragiques, de Hugo et des Contemporains célèbres.
M. Remy de Gourmont étudie avec une connaissance profonde de notre philologie l'origine des mots, et leur triple formation tantôt populaire, tantôt savante, tantôt d'exotisme importé. Étant donné que l'âme naïve d'un peuple ne peut créer le plus souvent que des mots en harmonie avec les objets qu'ils représentent, il exprime une préférence justifiée à l'égard du vocabulaire des métiers, et par contre une répulsion profonde pour l'invasion pédantesque des mots effrayants que nous imposent les sociétés savantes et les industriels poseurs.
C'est une façon ingénieuse et louable pour l'écrivain de nous montrer les inconvénients de l'instruction vulgarisée sans souci du goût, au moyen de laquelle nous devons au premier pharmacien, au premier épicier venu, la création de mots stupides destinés à désigner les produits de leur invention.
Les mots d'origine étrangère, que l'esprit simiesque de nos contemporains nous rapporte d'outre mer et d'outre frontière, apparaissent également fâcheux, sous leur manteau barbare. Il convient que ces mots-là se résignent, dit l'auteur, à vêtir le costume des fils du peuple dans lequel ils se sont introduits.
Ce peu d'enthousiasme pour le néologisme exotique est d'autant mieux justifié que la plupart des mots anglais, italiens ou allemands ainsi adoptés depuis plus d'un siècle, ne paraissent pas répondre à un besoin bien évident, et qu'il y aurait une recherche beaucoup plus intéressante à accomplir à ce sujet pour les esprits polyglottes.
Elle consisterait à inventorier et retenir dans toutes les langues principales de l'humanité les mots dont la sonorité donnerait une image parfaitement en harmonie avec l'objet qu'ils représentent, avec l'idée qu'ils veulent exprimer ; puis à adapter ces mots à notre langue, au lieu et place de ceux qui exprimeraient imparfaitement le même objet, la même idée. La coutume populaire en les naturalisant peu à peu ferait le reste, et la langue française serait par ainsi véritablement enrichie.
Sur l'orthographe, au sujet de laquelle les impuissants de la pédagogie se montrèrent toujours intraitables, M. de Gourmont affirme une réelle indulgence. Il n'est pas besoin en effet de connaître les innombrables exceptions de nos quelques règles grammaticales pour exprimer une âme personnelle, et un style particulier. Les délicates et naïves poésies et chansons populaires de nos paysans, en sont la meilleure preuve.
Ce qu'il importe, tout en diminuant les inutiles redoublements de consonnes, les complications superfétatoires dont notre linguistique est remplie, c'est de conserver aux mots leurs sens traditionnel, leur filiation, en évitant tout excès de licence.
Enfin répondant victorieusement à la thèse fallacieuse de Jules Lemaitre soutenue en faveur de l'étude des langues modernes dans les collèges au détriment des langues mortes, l'auteur nous met en garde contre l'avenir, et prévient nos contemporains trop soucieux de la prépondérance commerciale de la France en Europe, du danger qui se précise à germaniser et à britanniser nos génitures, en rappelant l'exemple des Celtes apprenant le latin après la conquête, absolument dans le même esprit de commercialité, et laissant s'annihiler les vestiges de leur langue maternelle.
De succulents chapitres, où se révèlent l'écriture et la pensée artistes, sont consacrés au Vers libre cette poétique et superbe manifestation de notre libertarisme d'idée, devant laquelle reculèrent les génies de ce siècle, au Vers populaire dont l'apologie se rehausse de touchantes citations.
Et l'ouvrage se referme sur une magistrale satire du cliché littéraire, anéantissant à elle seule toute la horde des microbes dangereux qui répandent sur les lettres françaises un double fléau ; car ils détruisent la beauté des œuvres de ceux qu'ils imitent, en tuant notre admiration par le redoublement perpétuel des formes d'art qui la justifient, et ils stérilisent en même temps notre intelligence en nous imposant les clichés, les négatifs qu'ils ont indûment dérobés.
Le livre de M. Remy de Gourmont est animé de cet esprit critique de belle tenue dont on peut espérer, en vue de purifier notre littérature du reliquat de ces grimauds plagiaires et parasites qui la compromettent et l'exploitent ouvertement en bandes organisées, dans un but mercantile.
Alcanter de Brahm.

Remy de Gourmont, Histoires hétéroclites, Esthétique de la langue française par Alcanter de BrahmAlcanter de Brahm dans Livrenblog : Alcanter de BrahmLa Critique. Une enquête sur le droit à la critique. 1896.
Remy de Gourmont dans Livrenblog : Réponse à l'enquête de La Critique. Remy de Gourmont occultiste ? . Francis Poictevin par Félix Fénéon et Remy de Gourmont . Mécislas Golberg contre Remy de Gourmont : Orthodoxie Symboliste. . La Force des choses de Paul Margueritte par Remy de Gourmont et Jules Renard. Leurs Rêves : Remy de Gourmont, Rachilde. Scripsi : Gourmont. Nigond. W. C. Morrow. et les autres(Bulletin N°0) Scripsi n° 1 Bulletin du site des Amateurs de Remy de Gourmont Scripsi n° 2 Bulletin du site des Amateurs de Remy de Gourmont SCRIPSI N° 3 se présente Scripsi N° 4-5. Remy de Gourmont : Dialogues oubliés Le numéro 6 de Scripsi. Remy de GOURMONT : Une Ville ressuscitée Etc..


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Alcanter de BRAHM

    Alcanter BRAHM

    , de son vrai nom Marcel Bernhardt, (1868-1942).Comme nous l'avons vu dans le billet précédent, la Revue littéraire de Paris et de Champagne, en janvier 1905,... Lire la suite

    Par  Bruno Leclercq
    CULTURE, LIVRES
  • ALCANTER DE BRAHM vs GOURMONT. L'un comprend, l'autre pas.

    ALCANTER BRAHM GOURMONT. L'un comprend, l'autre pas.

    En août 1892, paraît dans Les Essais d'art libre, Celui qui ne comprend pas, un article où Remy de Gourmont, se moque des journalistes se vantant de ne pas... Lire la suite

    Par  Bruno Leclercq
    CULTURE, LIVRES
  • Emile STRAUS par ALCANTER de BRAHM

    Emile STRAUS ALCANTER BRAHM

    Une courte notice biographique, parue dans la Revue de Paris et de Champagne, nous avait donnée quelques informations sur Émile Straus, croisé sous les... Lire la suite

    Par  Bruno Leclercq
    CULTURE, LIVRES
  • Individuation esthétique

    Individuation esthétique

    On aura sans nul doute remarqué qu'une part des articles du Metamonde traitent de l'aliénation. On pourait bien entendu y voir une obsession de l'auteur, mais... Lire la suite

    Par  Meta
    CULTURE, LIVRES
  • Le Chat Noir dans Le Nouvel Echo, Alcanter de Brahm au Chat Noir.

    Chat Noir dans Nouvel Echo, Alcanter Brahm Noir.

    Dès le premier numéro du Nouvel Echo du 01 janvier 1892, dans la chronique Paris-Concert, signée Un Petit banc, il est fait mention du Chat Noir et d'Alcanter d... Lire la suite

    Par  Bruno Leclercq
    CULTURE, LIVRES
  • Histoires de pouvoirs I

    Histoires pouvoirs

    Histoires de pouvoirs Gomez par Cyril M. Kornbluth Julio Gomez était un savant. Il avait été emporté par une pneumonie à 39 ans. 22 ans auparavant, le... Lire la suite

    Par  Hiram33
    CULTURE, HUMEUR, LIVRES
  • Histoires d'extraterrestres II

    Formule en blanc par Arthur SellingsFletcher a heurté quelqu’un avec sa voiture. Il a freiné et surpris, n‘a pas vu de victime sur la route. Il croit voir un... Lire la suite

    Par  Hiram33
    CULTURE, HUMEUR, LIVRES

A propos de l’auteur


Bruno Leclercq 1643 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines