Magazine Politique

Les TGV n’arrivent jamais à l’heure

Publié le 01 février 2010 par Pierre
TGV, grande vitesse et ponctualité : que ces trois termes vont mal ensemble… Illustration par une anecdote personnelle et un prolongement théorique sur la notion de pigeon voyageur. La semaine dernière, j’empruntai un TGV Nîmes – Paris, pour un trajet d’une durée annoncée de 3h10. Jusqu’ici tout va bien, mais ça se gâte rapidement. Un peu avant Avignon, le train ralentit, puis s’arrête pendant une bonne heure. La voix dans le haut parleur nous explique que l’incident est lié à un train tombé en panne devant nous. Soit. Nous repartons, avec un retard « d’une heure dix ». On passe Lyon, on commence à traverser les riches et fertiles terres bourguignonnes, mais hélas le train se traîne à nouveau, et s’arrête. Hésitante, la voix nous explique que des difficultés de régulation du trafic nous ralentissent. On attend, puis on repart… pas très longtemps, car on s’arrête à nouveau. Là, la voix se fait hésitante. « Aucun train n’entre ni ne sort de Gare de Lyon, en raison d’un caténaire endommagé, euh… dès que nous aurons des informations nous vous tiendrons de plus en plus informés par l’interphone » bredouille lamentablement le minable contrôleur. Bref, on finit par arriver à 2h du matin à gare de Lyon, avec 4h10 de retard. La SNCF nous prie de bien vouloir l’excuser, et met à notre disposition des enveloppes de dédommagement. Que la technique soit défaillante, c’est bien dommage et un peu anormal (sous entretien des voies ? fragilité excessive de l’alimentation électrique ? trafic supérieur aux capacités du réseau ?). Mais ce qui est vraiment inacceptable, c’est : Que, d’un côté, on privatise progressivement un service public, en fermant les lignes non rentables, et en augmentant considérablement les tarifs ; Et que, de l’autre, on se foute de la gueule du passager, en lui livrant une information parcellaire et fumeuse, et en ne lui donnant qu’un simple bon d’achat, alors que le retard inexplicable du train lui a fait rater ses correspondances, ses éventuelles réunions et ruiné sa soirée. Si le train est un service public, que la SNCF cesse de ne raisonner qu’en termes de rentabilité. Si le train est un service privé, alors que le passager soit traité comme un client, et qu’il dispose d’une information transparente, et de conditions commerciales décentes (remboursement complet du billet en cas de retard important, par exemple). La SCNF est actuellement le cul entre ces deux chaises, et c’est insupportable pour le passager, qui est doublement perdant. Un bon gros pigeon voyageur, en somme.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre 381 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines