Magazine Humeur

Silence assourdissant

Publié le 02 février 2010 par Jlhuss

patrick-de-carolis.1265051494.jpgC’était début janvier 2009 ! Pas si loin … un peu plus d’un an ! Un sujet faisait les “unes” : la suppression de la publicité après 20h sur les chaînes publiques de France Télévision. La mesure allait, entendait-on, appauvrir le groupe public, exiger un soutien accru de l’Etat et profiter directement aux chaînes privées.
Le scandale des scandales pour certains avec d’emblée l’annonce d’une grève : les syndicats, tout comme les créateurs de programmes, craignaient que l’absence de recettes publicitaires plonge l’audiovisuel public dans le désastre financier.
Les estimations des recettes publicitaires de France Télévisions après application de la mesure était au départ de 260 millions d’euros. Elles étaient jugées bien trop optimistes par les opposants.

ayrault-nantes_268.1265051627.jpg
Dans l’opposition, à l’époque, on assure : «on se battra comme des chiens» pour retarder la mise en oeuvre de la suppression de la pub. «Vous voulez la mort de la télé publique» … Une véritable “guerre de tranchées” s’engageait à l’Assemblée Nationale, avec multiples amendements et retardements plus ou moins artificiels … «Le calendrier prévoyait deux semaines de débat. On va essayer d’accrocher une troisième semaine afin de retarder au maximum la transmission du texte au Sénat» […] « La majorité UMP montre son vrai visage et le vrai but de la réforme : faire un cadeau à TF1, aux amis du président Sarkozy », s’insurgeait le responsable du SNJ-CGT, membre de l’intersyndicale de l’audiovisuel public.

Même l’UMP et son “Copé favori” renaclait légèrement, réfléchissant à l’utilisation du “vote bloqué”

Un an après qu’en est-il ?
Plus le temps de faire la vaisselle, ni de coucher les enfants. David Pujadas clôture son journal sur France 2, «Plus belle la vie» sur France 3 défile son générique et les programmes de soirée commencent : un changement dans les habitudes que chacun peut ou non apprécier.
Mais sur le plan financier les catastrophes annoncées ne sont pas au rendez-vous; c’est même le contraire : 420 millions d’euros de recettes publicitaires en 2009. En revanche les résultats des principales chaînes privées progressent très peu.

Le phénomène économique est assez élémentaire : lorsque la rareté d’un bien s’accroît, son prix augmente. L’annonceur publicitaire, pour toucher le plus grand monde, ne peut négliger une audience; l’offre de publicité de France Télévision se contractant, il paye plus cher : élémentaire mon cher Watson !
Ainsi les prix augmentent et les recettes totales aussi, même si le volume de minutes vendues est en diminution. Ou sont-ils donc ceux qui faisaient un an plus tôt des déclarations définitives solennelles censées pourfendre l’adversaire politique ?

Personne aujourd’hui pour dire très simplement : “je me suis grossièrement fourvoyé” … Silence ça tourne !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines