Magazine Culture

À quoi bon lire un livre, alors qu’il est si facile d’en parler ?

Par Georgesf

Ceci n’est pas une page de publicité. C'est un simple avis, sobre et neutre comme un faire-part : « La commissaire n’aime point les vers » sera chez votre libraire dans deux jours. Si le roman n’y est point, évanouissez-vous sur sa table « Nouveautés ». Haletez, réclamez des sels. Exigez la présence de ce roman policier dont seule l'étincelante couverture jaune et noire peut vous ramener à la vie.

Vous êtes, je l’espère, aussi impatients que moi : que faudra-t-il en dire une fois que vous l’aurez lu ?


La question est mal posée : parlez-en d’abord, lisez-le ensuite (entre les deux, achetez-le avant qu’il ne soit épuisé).


Et pour que vous sachiez quoi en dire – sans vouloir vous influencer – je vous livre une première critique qui sonne à mes oreilles comme une cantate de Bach. Elle est si bien faite que j’ai l’impression de l’avoir écrite moi-même, à une nuance près : il y a une erreur dans cet article : le lieutenant Augustin Monot n’est pas normalien, il est simplement licencié-es-lettres modernes. J’en suis certain, car je suis son papa et sa maman
.

Pour blog B. Livres-Hebdo La commissaire...

Je précise que la mise en page de l'article a été refaite, pour en faciliter la lecture : il était horizontal (1/2 page), je l'ai converti en 1/4 de page verticale. Aucun mot n' a été changé.
 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Georgesf 63 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines