Magazine Société

De Cleveland à Haïti : deux images pareillement différentes

Publié le 02 février 2010 par Thedudelebovski
Un garde de sécurité privée dans une maison dévastée par la tremblement de terre vise un homme suspect  (en haut à gauche) montant l'escalier. Crédit : AP Photo/Ramon Espinosa

Un garde de sécurité privée dans une magasin d'électroménager dévasté par le tremblement de terre vise un homme suspecté de pillage (en haut à gauche) montant l'escalier. Crédit : AP Photo/Ramon Espinosa

Un officier américain à Cleveland après une expulsion résultant d’une saisie hypothécaire lors de la crise des subprimes. Crédit : Anthony Suau.
L’officier Robert Kole à Cleveland après une expulsion résultant d’une saisie hypothécaire lors de la crise des subprimes. Crédit : Anthony Suau.

De Haïti, on aura presque tout vu : maisons effondrées, intérieurs dévastés, corps inanimés, enfants abandonnés, militaires débordés etc. La couverture photo fut à la hauteur du drame qui occupa la une des journaux papier et télévisé pendant presque deux semaines.

Mais une fois l’actualité « chaude » humaine / humanitaire ayant été couverte, la vie reprend ses droits comme on dit et le photo journalisme s’adapte. De situations extérieurs on passe à l’intérieur des choses. On abandonne les anonymes pour s’intéresser à des histoires personnelles, de la rue on entre dans les décombres des maisons. En témoigne cette photo d’AP montrant un garde de sécurité privé chargé de prévenir les pillage dans les maison abandonnées.

La photo en elle-même ne porte pas les traces d’Haïti. L’intérieur est semblable à n’importe quel intérieur d’habitation – même s’il s’agit d’un magasin d’électroménager -  suite à une catastrophe. Il pourrait tout aussi bien s’agir d’un squat à Paris, à New York ou à Moscou.

Parallèlement, la photo d’Anthony Suau – World Press  2008 – montrant un officier  arme au poing dans une maison abandonnée par ses habitants à Cleveland suite à la crise immobilière américaine, n’est pas très différente : position, apparence intérieure, format de cadrage, icônes de l’autorité (uniforme, ceinture de chargeur).

La gestion du hors-champs est sensiblement différente dans les deux images. Dans la photo de Cleveland, sans légende, il nous est impossible de savoir si l’officier vise réellement quelqu’un derrière la porte, lui ordonnant de ne plus bouger (« freeze »), si la menace est réelle ou potentielle. derrière la porte, tout est possible.

Dans la photo d’Haïti, la menace est réelle ou du moins suffisamment importante pour que le garde sorte son arme. Mais la faiblesse de luminosité ne permet pas au premier abord de « voir » l’homme qui monte les escaliers à gauche. Ce n’est pas … – à proprement parler – un hors champs puisque le suspect est dans le cadre de l’image mais la pénombre rend difficile la réelle appréciation du danger et donc notre implication dans l’image.

La première fois que j’ai regardé cette image,  j’y ai vu un homme pointant son arme. Sur qui, sur quoi ? C’est la légende d’AP qui le précise, appliquant la fameuse règle des 5 W (what, where, when, who, why) :  A private security guard fires his gun toward a suspected looter (climbing stairs, top left) inside a home appliance store in downtown Port-au-Prince, Friday, Jan. 29, 2010. (AP Photo/Ramon Espinosa)

Alors pourquoi  – en dehors de toute hiérarchisation journalistique  sur le nombre de victimes – la photo de Suau est-elle plus « parlante ». Le hors-champs d’abord qui permet d’imaginer un nombre infini de possibilités de danger. L’officier vise à droite mais  l’autre porte à gauche (cuisine ?) permet d’imaginer une autre menace. La position ensuite. Contrairement à la représentation  cinématographique du policier main armée tendue, l’officier Kole, le bras replié,  avance  tel un prédateur, lentement, très lentement. Et la magie de la photo tient dans l’instant figé qui ne fait que suggérer le pas suivant, le pas suivant, le pas suivant…

De Cleveland à Haïti : deux images pareillement différentes

"Fear This : A nation at war" : remarquable livre photo d'Anthony Suau avant l'entrée en guerre des USA en Iraq en 2003

La grande force de la photo de Suau réside également dans la composition avec le positionnement du sujet principal dans le décor. Grâce au mur blanc, Kole se détache parfaitement, permettant au lecteur de se concentrer sur son mouvement. La position souple et animale de Kole contraste nettement avec les deux portes, deux formes géométriques précises, deux structures raides. Hormis Kole, seul le rocking-chair  à gauche offre des courbes au regard du lecteur.

Deux photos, deux scènes à priori similaires et pourtant deux intensités différentes. Il est « convenu » dans l’enseignement de l’image de donner le plus possible de dynamique à ces images en évitant de centrer son sujet que ce soit verticalement ou horizontalement en appliquant la règle des 2/3, 1/3. Le décadrage aujourd’hui devient une règle : placer son sujet à droite ou à gauche et laisser un point de fuite laissant le regard partir. Si, en plus, on peut utiliser un grand angle un peu déformant c’est encore mieux…

C’est tout l’inverse que propose Anthony Suau : sa photo est presque parfaitement symétrique à la limite de l’académisme.  Alors qu’AP compose la photo en décadrant l’acteur sur la droite, le regard ne peut s’approprier le point de fuite, butant sur le frigidaire renversé par terre. Avec Suau, une zone de liberté visuelle se créé au pied de la photo permettant au regard de progresser, de constater le policier puis de poursuivre sur la pièce du fond (cuisine ?)

Sous des apparences trompeuses, ces deux photos ont peu de chose en commun si ce n’est le froid parti pris photographique qu’elles transmettent. Il est facile d’être putassier dans ce genre de situation et de se laisser à une mise en scène sur-graphique de la scène elle-même. Ce n’est pas le cas ici pour une fois.  Ni l’une, ni l’autre ne porte la recherche d’un effet dynamique dramatisant: le photographe est au niveau du sujet principal, il ne s’est pas penché pour accentuer la dynamique, la vitesse n’a pas été abaissée pour créer un effet de filé. Non, ici on a affaire à de l’instantané par excellence. Point and shoot. That’s all.

Post Scriptum 1 :  je n’ai pas évoqué le choix de la couleur et du noir et blanc cela n’entrant pas dans la composition de l’image à proprement parlé

Post Scriptum 3 : le site d’Anthony Suau

Post Scriptum 2 : les photos d’Anthony Suau sont visible sur le site de Time Magazine car elles ont été réalisées dans le cadre d’une commande du magazine américain


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Ensemble pour aider Haïti !

    Ensemble pour aider Haïti

    Sur mon blog je partage avec vous mon plaisir de cuisiner mais pas que ça. C'est aussi un peu de moi et de ce (et ceux) que j'aime. Et aussi ce qui me touche... Lire la suite

    Par  Sandrine79
    SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Portons secours en Haïti…

    Portons secours Haïti…

    Mercredi fut un jour triste. Nous nous sommes réveillés mercredi matin sans savoir ce qui s’était passé. À Port-au-Prince (Haïti), des milliers de personnes son... Lire la suite

    Par  Atrapalo
    SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Haïti - 2

    Haïti

    Haïti : Premières estimations ,premiers secours Deux jours après le séisme en Haïti (12 01 2010), la Croix-Rouge a estimé que 40 000 à 50 000 personnes avaient... Lire la suite

    Par  Goure
    SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Haïti est presque sauvée.

    Bonne nouvelle pour les centaines de milliers de rescapés du séisme de mardi dernier en Haïti. Le gouvernement local a accepté de confier le contrôle de... Lire la suite

    Par  Herbertlegrandkhan
    SOCIÉTÉ
  • Haïti : les secours s’organisent

    Haïti secours s’organisent

    (Source : l’Express) La distribution de secours aux sinistrés du séisme à Haïti commence à s’organiser, mais les médecins estiment que le grand défi des jours... Lire la suite

    Par  Lababole
    BD & DESSINS, CARICATURES, POLITIQUE, SOCIÉTÉ, TALENTS
  • Pour Haïti

    Pour Haïti

    Comment aider les Haïtiens après le terrible séisme du 12 janvier? Après avoir beaucoup lu, entendu et vu ( coup de chapeau spécial à Maryse Burgot de France... Lire la suite

    Par  Brego
    SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Chansons pour Haïti.

    Chansons pour Haïti.

    “A l'heure où Haïti tente de panser ses blessures, les artistes de la diaspora et du monde entier se mobilisent.” Etienne Augris nous présente une sélection de... Lire la suite

    Par  Bricabraque
    SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ

A propos de l’auteur


Thedudelebovski 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine