Magazine Cinéma

Jefri Zain : rapide comme l’éclair : L’Agent (d’assurance) Secret [Cycle Singapour, Malaisie]

Par Diana
Jefri Zain : rapide comme l’éclair : L’Agent (d’assurance) Secret [Cycle Singapour, Malaisie]Production en N&B Shaw Brothers et Malay Film Productions, Jefri Zain : rapide comme l’éclair / Jefri Zain : Gerak Kilat (1965) de Jamil Sulong est un film d’espionnage qui parodie le célèbre agent secret britannique.
Jefri Zain : rapide comme l’éclair : L’Agent (d’assurance) Secret [Cycle Singapour, Malaisie]Jeffrey Zain aka Jeff or Jefri est un agent d’assurance. Il est en réalité un espion qui se lance dans une nouvelle mission après la découverte d’un cadavre. Ce corps sans vie étant celui d’un autre espion, un collègue de service sur lequel il trouve un microfilm. Jeff Zain a alors en sa possession des photos d’une armée clandestine (communiste ?) qui détient énormément d’armes. Ces derniers tentent d’arrêter l’espion dans sa mission…
Jefri Zain : rapide comme l’éclair : L’Agent (d’assurance) Secret [Cycle Singapour, Malaisie]Jefri Zain : rapide comme l’éclair avait tout de la production « old school » Shaw Brothers qui semblait donner à voir. Un film d’espionnage avec de l’action, un héro charismatique et des méchants (pas gentils) caricaturaux à souhait. Le résultat est tout autre. Si le film parvient à tirer quelques rires ou sourires pour son côté kitsch, il n’en reste pas moins un film long par son faux rythme et trop long parce qu’il est moue et plat. Ce qui importe ce n’est pas de voir des personnages stéréotypés comme il se doit ou bien encore une intrigue aussi linéaire qu’une autoroute. Non, ce n’est pas l’originalité qu’on recherche avec de tel divertissement. On recherche avant tout le bon temps, une certaine extase et jouissance qui nous ramènerait dans l’enfance. Ici, il n’en est malheureusement et tristement rien.
Jefri Zain : rapide comme l’éclair : L’Agent (d’assurance) Secret [Cycle Singapour, Malaisie]Jefri Zain : rapide comme l’éclair manque justement de rapidité, d’emballement dans l’action. Des films antérieurs y parvenaient, ce n’est donc pas faute à l’époque. La faute en reviendrait peut-être au cinéaste Jamil Sulong qui ne donne aucune âme à son ensemble. Et la belle voiture, les belles femmes et les gadgets ne parviendront pas à rehausser le niveau de cette production bien pâle. Si Jeff Zain a en lui une désinvolture attachante et une cool attitude dans le feu de l’action remarquable, il est peu probable qu’on se souvienne encore de lui et de ses péripéties dans un futur proche. Espérons que les deux épisodes suivants étaient de meilleurs factures ainsi que le spin-off féminin tournés à Hong-Kong par Lo Wei. Par contre, je n’en mettrais pas ma main à couper…
I.D.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Diana 569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines