Magazine Caricatures

Le tout sur le tout - Henri Calet

Publié le 10 février 2010 par Ruminances

calet.jpg

Je n'ai qu'un mot à dire, ou plusieurs. Je ne suis pas à un mot près. Je félicite avec enthousiasme monsieur Jean-Baptiste Botul. Un citoyen instruit qui sait voyager et faire rire son prochain. Je n'ai aucune photo de lui pour illustrer le propos du jour. Dommage. J'aurais tant aimé vous montrer sa trogne. Une autre fois. Grâce à monsieur Botul, le Paraguay connaît monsieur Bernard-Henri Lévy, philosophe mondain, un peu égrotant et fort crétin, qui ne parle que de choses graves dans des palaces cinq étoiles. Ainsi va la philo.

Vous allez trouver cela suspect (tant pis) mais c'est encore guidé par le conseil de Didier Goux que, après lecture de « la rue des maléfices », de Jacques Yonnet, livre insolite traitant de Paris, de son histoire, de sortilège et de la Mouffe, c'est au tour d'un autre parigot de talent, mais dans un autre registre, Henri Calet, d'enrichir cet espace de sa démarche élégante et mélancolique. Si ça continue, je vais finir par revenir m'installer dans la capitale que j'ai fui pour la Bretagne il y a plus de trente ans. Avec un tel panel littéraire, Paris peut ronquer sur ses deux oreilles.

Raymond Théodore Barthelmes, de son vrai nom, était un aide-comptable dans une société de câblage jusque dans les années 1930. Que d'éloges de la part du personnel de l'entreprise et de ses supérieurs. Employé modèle, à ceci près que suite à une prise de conscience soudaine il hâta son départ de l'entreprise en direction de l'Amérique du Sud avec le contenu de la caisse, soit l'équivalent à l'époque de plusieurs années de salaire. Ce pécule ne fit pas long feu. Il le dilapida à vive allure. C'est à cette époque, pour les besoins de la cause, que Raymond Théodore Barthelmes devint Henri Calet. Après tours et détours de l'autre côté des exotismes, il revint à la case départ. Parisien de coeur et d'âme, sa ville lui manquait. Homme raffiné et intelligent, fin lettré, il est mort d'ennui, pourrait-on dire, à l'âge de 52 ans. Un poil trop tôt, non ?

(lire la suite…)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Henri Troyat: le troisième bonheur

    Henri Troyat: troisième bonheur

    Croyez-moi ou non, je n’ai découvert Henri Troyat que l’hiver dernier. Pourtant j’en avais trois dans ma bibliothèque. Des antiquités du temps de mes études ?... Lire la suite

    Par  Claudel
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Henri Cartier-Bresson - derniers jours

    Henri Cartier-Bresson derniers jours

    Je suis allé Dimanche dernier visiter l’exposition « quarante ans de photographie » au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris. Lire la suite

    Par  Laurent Vermot-Gauchy
    HUMEUR
  • Le cactus (Henri-Frédéric Blanc)

    cactus (Henri-Frédéric Blanc)

    Cru mais pudique,incontestablement vert, il dure sur le guéridon désert. Sentinelle des immobilités, extraordinaire à force d’être toujours pareil, il préside a... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • La pluie (Henri-Frédéric Blanc)

    pluie (Henri-Frédéric Blanc)

    La pluie qui tombe a je ne sais quoi d’ancien, cette eau vieille me serre le coeur et me fait du bien, elle a comme un arrière-goût d’ennui, mais d’un ennui don... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • Le hérisson (Henri-Frédéric Blanc)

    hérisson (Henri-Frédéric Blanc)

    Cette nuit le hérisson est sorti d’hibernation! Il s’est tapé la cloche à grand bruit dans l’écuelle des chats puis, aussi nonchalant qu’un pacha, il s’est... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • Fadeur fertile (Henri-Frédéric Blanc)

    Fadeur fertile (Henri-Frédéric Blanc)

    Il ne faut pas tambouriner pour chasser les démons qui, enveloppés de vapeurs de soufre, nous cachent l’extrême beauté des choses, il ne faut pas claironner ni... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • Paris (Henri-Frédéric Blanc)

    Paris (Henri-Frédéric Blanc)

    Gens revenus de tout, exaltation factice, voitures triomphantes. Je tiens le coup en songeant à la joie que j’aurai de retrouver mon soleil et mes livres. Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS

A propos de l’auteur


Ruminances 506 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte