Magazine

Les syndicats d’agriculteurs face à la grande distribution

Publié le 28 janvier 2010 par Intelagro

Le secteur agricole est primordial pour l’économie française. La France est le premier pays agricole de l’Union Européenne, avec en 2007 environ 507.000 exploitations agricoles (en diminution de 3% par an) et 707.900 actifs à temps plein (3,5% de la population active française). En 2008, selon l’INSEE, l’agriculture et les Industries Agroalimentaires (IAA) ont respectivement rapporté à la France 35 milliards d’euros (diminution de 2,6 milliards d’euros par rapport à 2007) et 32,7 milliards d’euros (augmentation de 3,1 milliards d’euros par rapport à 2007).

La crise financière a déstabilisé l’agriculture française. Selon des articles parus dans Le Monde et Le Figaro, le revenu des agriculteurs aurait diminué de 20% en 2008 et de 34% en 2009, alors qu’il avait progressé de 20% entre 2006 et 2007. Les producteurs de lait par exemple, à cause de la baisse des prix du lait, ont vu leurs revenus diminués de 54% par rapport à 2009. Il en est de même pour les arboriculteurs (-53%) et les producteurs de céréales (-51%).

Dans ce contexte de crise, les agriculteurs français doivent défendre leurs acquis face aux IAA et aux distributeurs. Pour ce faire, la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitant Agricole (FNSEA) est le syndicat majoritaire au sein des chambres d’agricultures. Il faut noter qu’il existe trois autres syndicats : la Coordination Rurale, la Confédération Paysanne, le MODEF et le syndicat Jeunes Agriculteurs (JA).

Bien que la FNSEA soit influente (en 2009, la FNSEA et JA ont fait pression sur le gouvernement, afin que 9 enseignes de la grande distribution soient assignées devant les tribunaux pour pratique abusive), il reste toutefois un trop grand nombre d’organisation de producteurs et un trop faible nombre d’adhérents. Le secteur de la production des fruits et légumes est un exemple significatif : il existe 285 organisations de producteurs pour 30.000 exploitations agricoles dont seulement 50% sont des adhérents. Il en est de même pour la filière bovine qui se décompose en 13 filières professionnelles. Les distributeurs quant à eux, sont en nombre restreints, ce qui leur permet de s’entendre et de trouver rapidement un consensus. Il s’agit d’un atout indéniable pour les négociations qu’ils mènent face aux producteurs.

Dans les années à venir, les producteurs doivent se regrouper autour d’un nombre plus petit d’organisations. Ils pourraient ainsi regrouper leur offre et s’entendre sur la négociation de contrat, ceci leur permettrait d’accroitre leur pouvoir de négociation face aux IAA et aux distributeurs.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Intelagro 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog