Magazine Focus Emploi

Les faux gagnants du concours paris-match: c'est nous !

Publié le 17 janvier 2010 par Tittye
LES FAUX GAGNANTS DU CONCOURS PARIS-MATCH: C'EST NOUS !
Si vous êtes étudiant, vous avez jusqu'au 15 mars 2010 pour vous inscrire et télécharger votre photoreportage (environ 10 photos et un texte de 1500 signes correspondant à la ligne éditorial) sur le site de Paris-Match. Vous gagnerez peut-être:
" 1er Prix : le Grand Prix Paris Match du Photoreportage Etudiant. Le gagnant de ce prix verra son Photoreportage publié dans Paris Match et recevra la somme de 7 500 €. Son école recevra la somme de 5000 e pour soutenir un projet pédagogique. 
2ème Prix : le Prix Puressentiel - Mention Spéciale “Nature et Environnement”, le gagnant reçoit 3 500 € Ce prix est soutenu par Puressentiel et récompensera un sujet traitant de la nature, d’un enjeu environnemental voire de l’avenir de la planète. 
3ème Prix : le Prix du Public reçoit 2 000 € et récompense le sujet ayant reçu le plus de votes du public à la suite d’un vote sur internet. 
4ème Prix : le Prix « Images du week-end » avec le Journal du Dimanche récompensera un photoreportage mettant en avant une tranche de vie d’un week-end. Ce photoreportage devra mentionner la date ou l’année à laquelle il a été réalisé)."
mais vous perdrez tellement !
  Cliquez ici pour accéder au règlement.


Les gagnants sont...
C'est la 7e édition du Grand prix du reportage étudiant du magazine Paris-Match. Soit sept ans que le groupe Lagardère se permet d'acquérir tous les droits d'utilisation sur les photos proposées au concours. "Le Grand Prix Paris Match du Photoreportage Etudiant en chiffre depuis six ans : 18.000 dossiers, 180 sélections" (source parismatch.com). Après calcul approximatif, à hauteur de 10 photos par dossier, ce sont sont au moins 180.000 photos dont la publication détient les droits d'utilisation dont 1800 de bonnes qualités. Et pour enfoncer le clou, le partenaire commercial du magazine (Puressentiel en 2010) obtient exactement les mêmes droits.
Le contrat concernant le droit du photoreportage (un peu chiant à voir comme ça mais non ! en fait, c'est très intéressant) :
"Autorise Paris Match à :
reproduire, représenter, exposer, diffuser, adapter et numériser directement ou indirectement (i) les photographies constitutives du photoreportage du participant, (ii) son nom et (iii) le nom et l'image de la (des) personne(s) ou du (des) bien(s) représenté(e)(s) sur les photographies afin de rendre compte du Grand Prix Paris Match du Photoreportage Etudiant d'une part, et, d'autre part, d'illustrer tous supports commerciaux, informatifs
(C'est à dire que si un jour ils ont un trou dans leur magazine, hop là, ils peuvent prendre un des photoreportages déjà prêt et au besoin modifier le texte etc...), publicitaires, et promotionnels choisis par les sociétés organisatrices (notamment supports papier, audiovisuels, analogiques et numériques), en tel nombre et quantité qu'il leur plaira et ce, diffusés, en tous lieux publics ou privés, à titre gratuit ou onéreux, par tous modes de commercialisation, de communication et de télécommunication, connus ou inconnus à ce jour (regardez comme ils assurent leurs arrières quand même...) , on-line ou off-line, notamment par diffusion visuelle et audiovisuelle tels que, notamment, expositions (Un jour, vous verrez le titre d'une exposition qui vous branche à fond, et quand vous arriverez devant les photos vous ressentirez une espèce de déjà-vu, ah bah oui en fait ce sont les vôtres !), catalogues et ouvrages papier, sites Internet des sociétés organisatrices et de leurs partenaires. Cette autorisation est consentie pour la durée de protection des droits de propriété intellectuelle attachés à la Photographie, prévue par la législation française (=Vous serez donc mort avant que cette autorisation expire et dans le cas où vous seriez immortel, sans droits de propriété intellectuelle, une œuvre appartient à tous et de ce fait l'auteur n'est plus rémunéré pour son utilisation) et les conventions internationales, y compris leurs futures prolongations, et s'entend sans aucune contrepartie financière. (Merci, on avait compris je crois)

Cette autorisation est également donnée aux partenaires que les sociétés organisatrices pourraient désigner pour participer avec elles aux différentes opérations visant à l'utilisation des photographies.
Le participant déclare (i) être titulaire de tous les droits relevant de la propriété, de la propriété intellectuelle, de la personnalité et notamment le droit au nom et à l'image de la (des) personne(s) ou du (des) bien (s) représenté(e)(s) sur les photographies, attachés aux photographies et/ou, à tout au moins, le cas échéant, (ii) détenir toutes les autorisations nécessaires à l'exploitation par les sociétés organisatrices des photographies, et notamment celles émanant de la (des) personne(s) ou du (des) bien(s) représenté(e)(s) sur les photographies et/ou de ses ayants-droits et ayants-cause et du photographe. Le participant fera son affaire personnelle de leur
(cf ci-dessus) éventuelle rémunération due au titre des exploitations par les sociétés organisatrices effectuées conformément à la présente autorisation. (Alors, je cède tous les droits d'utilisation des photos à Paris-Match sans y gagner un sous et c'est quand même moi qui doit payer la rémunération des sujets photographiés s'ils le réclament alors que je n'ai aucun contrôle sur la façon dont vont être utilisées les photos...)

Le participant garantit les sociétés organisatrices contre tous troubles, actions, revendications, évictions et condamnations
(et je fais comment, si ça prend à quelqu'un de leur faire un procès ?) à l'encontre des sociétés organisatrices et/ou toute entité liée, qui naitraient à l'occasion de l'exploitation des photoreportages et des supports commerciaux, informatifs, publicitaires et promotionnels et/ou plus généralement des modes d'exploitation envisagés par les sociétés organisatrices, et qui seraient fondés sur la violation du droit des tiers et, notamment, d'un droit de propriété, de propriété intellectuelle ou d'un droit relevant de la personnalité et/ou de l'image, et/ou sur des actes de concurrence déloyale ou parasitaire. "
Dans la famille "j'exploite tout le monde et je ne prend aucune reponsabilité", je demande Paris-Match ! Malheureusement, je pense qu'ils sont nombreux dans cette famille.Et pour rajouter une bonne grosse dernière louche, dans le règlement du concours cette fois, on nous indique que "Toutes les difficultés pratiques d’interprétation ou d’application du présent règlement seront tranchées souverainement par l’Organisateur." et la justice française elle est faite pour quoi alors ?
 Je ne m'amuserais pas à faire le compte de ce que leur rapportent toutes ces photos (30-50 euros étant un prix d'achat raisonnable pour une photo intérieure quart de page pour UNE pubblication (source categorynet) mais je trouve très limite ce type de contrat qui sous-entend même, dans la dernière phrase, qu'on ne peut les envoyer en justice sur des accusations en liens avec des actes de concurrence déloyale ou parasitaire. S'ils entendent par là l'utilisation des photos des étudiants à leurs fins propres (notamment commerciales), je trouve la métaphore de mauvais goût. De plus, j'espère que dans la République française, un contrat de ce type n'a pas valeur à vraiment protéger son auteur de la justice.


Dans les faits, y-a-t-il déjà eu utilisation des photoreportages autre que dans le cadre du concours ? Que pense la rédaction de Paris-Match de ce contrat ? qu'en pense un avocat ? revenez vite lire la suite !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tittye 65 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte