Magazine Cinéma

[Critique] Rapt

Par Gicquel

«  Rapt » de Lucas Belvaux  (Diaphana édition vidéo)

Avec  Yvan Attal et Anne Consigny

Sortie cinéma : 18 novembre 2009
En dvd  le : 17 mars 2010

Le fond de l’histoire est vrai : en 1978 le baron Empain, à la tête d’un puissant empire en Belgique est enlevé . Il sera détenu deux mois par ses ravisseurs qui lui couperont un doigt. Pour des raisons budgétaires et des facilités de mise en scène ( nul besoin de décors d’époque, de reconstitution à l’identique) Lucas Belvaux opte pour une période contemporaine . «  Je ne comprenais pas très bien ce choix au départ » raconte Yvan Attal, « mais en s’éloignant du vrai sujet , on a trouvé plus de vérité ».

[Critique] Rapt

Dans la peau du «  héros » , l’acteur est quasiment méconnaissable, amaigri et défiguré au fur et à mesure de la détention .  Amputé, humilié, nié dans son humanité, l’homme résiste, ne laissant aucune prise à ses ravisseurs. Il vit un véritable calvaire, et s’étonne qu’au grand jour ses amis, sa famille n’arrivent pas à réunir le montant de la rançon.

Dans cet aller-retour permanent entre l’ombre et la lumière , Belvaux réussit à nous tenir sans cesse en haleine . Il est très à l’aise dans ces moments de troubles émotionnels où le bon et le mauvais se conjuguent pour ne donner de la vie , que le gris ambiant. Je pense notamment à « Cavale » de sa célèbre trilogie ; il me semble que l’on y retrouve la même palpitation , les mêmes interrogations sur le bon ou le mauvais, les mêmes hésitations entre le noir et le blanc.

[Critique] Rapt

Françoise Fabian dans le rôle de la mère de la victime : le ton juste, donc énervant

C’est flagrant dans le déroulement de l’affaire vu par la famille et les membres du groupe : un petit monde policé qui petit à petit se fissure , face à la réalité de l’enlèvement . Au-delà de l’impossibilité de réunir la somme, et de l’enquête policière qui tergiverse ( un joli suspense ) il faut sauver les meubles . Ceux du groupe , mais aussi les tiroirs secrets de la vie privée du baron . Au fur et à mesure des investigations ,les zones d’ombres s’éclaircissent,et les révélations abasourdissent aussi bien le monde économique que la sphère familiale. L’industriel perdait beaucoup d’argent au poker; il  entretenait des maîtresses dans un appartement dont sa femme ignorait l’existence . Elle est jouée par Anne Consigny, dont le talent , quel que soit le registre n’est plus à démontrer.

Autant de matière pour l’auteur de « La Raison du Plus Faible » qui à la veine policière a toujours porté un regard social pertinent.  Quand il parle d’un trafic de drogue ,ou  d’un braquage en préparation , Lucas Belvaux parle avant tout des hommes . L’intrigue est plus dans le non-dit, le regard muet de ses personnages que dans une caméra qui sagement pose les données du problème, sans chercher à les résoudre par des mouvement désordonnés.

SUPPLEMENTS :

Une démarche que l’on saisit parfaitement en découvrant le premier bonus «  Repérages #2 » : des photographies qu’il commente , autour de l’idée du film et des plans qu’il prépare déjà sur son petit carnet.

[Critique] Rapt

L’entretien avec Yvan Attal qui suit est assez convenu . On y apprend quand même que le baron Empain aurait apprécié le film ( c’est une journaliste qui le rapporte au comédien ) «  et dans ce cas là on a réussi , puisqu’il s’est reconnu » se félicite le comédien , qui par ailleurs fait un petit mea culpa. «  Quand j’entendais certains collègues dire qu’après un film leur personnage les habitait encore pendant quelques temps, ça me faisait sourire. Eh bien cette fois , ça m’est arrivé ,je n’avais pas envie de reprendre du poids, comme si je voulais garder le costume de ce type ». Mais il a bien fallu aller chercher les enfants à l’école, leur faire à manger. La vie a repris ses droits.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Rapt

    Rapt

    L'histoireHomme d'industrie et de pouvoir, Stanislas Graff est enlevé un matin comme les autres devant son immeuble par un commando de truands... Mon avisVu en... Lire la suite

    Par  Ffred
    CINÉMA, CULTURE
  • Rapt

    Rapt

    de Lucas BelvauxDrame - 2h05Sortie salles France - 18 novembre 2009avec Yvan Attal, Anne Consigny, André Marcon, Alex Descas, Gérard Meylan, ...Stanislas Graf... Lire la suite

    Par  Lorraine De Chezlo
    CINÉMA, CULTURE
  • Critique : Rapt (par Jango)

    Critique Rapt (par Jango)

    Synopsis : Homme d'industrie et de pouvoir, Stanislas Graff est enlevé un matin comme les autres devant son immeuble par un commando de truands.Commence alors u... Lire la suite

    Par  Jango
    CINÉMA, CULTURE
  • Le Rapt

    Rapt

    Le scénario est vraiment fidèle au fait divers de l'enlèvement du Baron Empain et Yvan Attal est exemplaire dans cette identification à l'homme devant qui tout... Lire la suite

    Par  Marymalo
    CINÉMA, CULTURE
  • Rapt ! - De Lucas Belvaux

    Rapt Lucas Belvaux

    Rapt !Réalisation De Lucas Belvaux Avec Yvan Attal (Stanislas Graff), Anne Consigny (Françoise Graff), André Marcon (André Peyrac), Françoise Fabian... Lire la suite

    Par  Kilucru
    CINÉMA, CULTURE
  • Rapt...

    Un excellent film que ce "Rapt". Inspirée d'une histoire réelle, celle du kidnapping du baron Graff, la mise-en-scène de Lucas Belvaux nous tient en haleine... Lire la suite

    Par  La Fille Aux Chaussures
    CINÉMA, CULTURE
  • film:"Rapt" de Lucas Belvaux

    A la fin du film j'avais envie de savoir la suite de l'histoire du baron Empain .Je suis allée sur internet et j'ai trouvé une interview de janvier 2008 , 30 an... Lire la suite

    Par  Dina_gar
    CINÉMA, CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Gicquel 940 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines