Magazine Beauté

Parfumeur?

Publié le 23 novembre 2007 par Véronique Bessard

Quand j’étais enfant, je ne savais pas qu’ils y avaient des gens qui concevaient des parfums, pour moi ces derniers s’achetaient dans les parfumeries et je pensais que les personnes qui les vendaient et bien, les fabriquaient aussi. Je ne savais pas trop comment d’ailleurs et cela ne m’intéressait pas le moins du monde. Parallèlement nous avions dans la famille une cousine éloignée qui était « Nez »  chez Givaudan. Je comprenais à l’air que prenaient les adultes pour parler de cette personne, que je n’ai jamais rencontrée, qu’elle exerçait une profession étrange ou en tout cas fascinante, par ailleurs, le destin tragique de cette femme ou l’amour et la mort se mêlaient, ajoutait encore une aura teintée de romantisme à son métier.

J’ai mis des années à relier les parfums dans leurs beaux flacons, ou encore les gels douches ou les dentifrices à cette quasi-légende familiale : le Nez de chez Givaudan.
C’est pour cela que plus tard, quand je rencontrai pour la première fois un parfumeur, c’est avec étonnement que je découvris une jeune femme blonde aux yeux bleus, pas maquillée et habillée tout simplement. Un jour, ou il faisait très chaud je perçus même une légère odeur de transpiration, quand pour m‘expliquer quelque chose elle se pencha vers moi. Stupeur, les nez étaient des êtres humains comme les autres ! A quoi je m’attendais ? Je ne sais pas mais en tout cas pas à quelqu’un qui puisse transpirer quand il fait chaud.  Plutôt à une espèce de magicien possédant un pouvoir supra-normal, cadeau de bonnes fées ou de sorcières maléfiques. Croisement improbable entre l’horrible Jean-Baptiste Grenouille et une star de cinéma.

Depuis j’ai croisé d’autres parfumeurs et je me suis rendue compte que non seulement ils étaient des êtres humains mais qu’en plus ils en avaient la diversité. Ce qui fait leur différence finalement c’est la rareté de leur métier qui n’est d’ailleurs sanctionné par aucun diplôme. Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce que je voudrais dans les billets à venir, essayer de répondre à des questions que je me pose depuis quelques temps, par exemple le rapport entre la créativité et la maîtrise de la technique, ou la place du parfumeur dans la paternité ou la maternité d’une œuvre si tant est que l’on peut considérer les parfums comme des œuvres d’Art.
Je serai curieuse d’entendre vos avis. Pour vous qui sont les parfumeurs ? Est-ce que vous pensez que, Serge Lutens, par exemple, est un parfumeur ? Est-ce que pour vous les parfumeurs sont juste des techniciens qui ont besoin d’être guidés dans leurs créations ou sont-ils, du moins pour certains des artistes à part entière? 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Véronique Bessard 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines