Magazine Cinéma

COW BOY avec Benoît Poelvoorde

Par Tom

Condamnי א prיsenter une יmission ridicule א la TV, le journaliste Daniel Piron (Benoמt Poelvoorde) prend conscience que sa vie, professionnelle et affective, pourrait ךtre plus grisante. Il dיcide de rיaliser un grand projet symbolique : filmer les retrouvailles entre un ex-preneur d’otages, Tony Sacchi (Gilbert Melki), aux inspirations sociales et revendicatrices, et les personnes qu’il avait sיquestrיes dans un bus le 14 novembre 1980. Flanquי de deux fameux zigotos א la camיra et au son, Daniel va connaמtre pas mal de problטmes avant de lancer sa brillante idיe : partir א la mer (et pas pour "manger des moules" !), dans le bus de la prise d’otage, avec Sacchi et les anciens otages. Daniel dispose de trois jours pour rיaliser son film… Mission casse-gueule en perspective !

Le rיalisateur Benoמt Mariage, originaire de Virton (Belgique), retrouve pour la troisiטme fois l’incontournable Benoמt Poelvoorde qu’il avait dיjא dirigי dans le court-mיtrage "Le Signaleur" (1997) et dans "Les Convoyeurs attendent" (1999). Le "Cow Boy" de Benoמt Mariage surfe sur deux rיalitיs artistiques du cinיma belge : premiטrement, une furieuse envie de faire du cinיma social ; deuxiטmement, un aussi profond dיsir de faire rire. Dans ce sens, "Cow Boy" constitue un parfait compromis entre ces deux pפles.

Davantage placי sous le signe de l’humour et de la dיrision, la premiטre partie de ce film cיlטbre un Benoמt Poelvoorde acerbe et caustique relayי par le potentiel comique (qui fait toujours recette) de Franחois Damiens, alias "Franחois L’Embrouille". Vient ensuite la seconde partie de cette �uvre made in Begium qui dיlaisse l’humour au profit d’une remise en question plus dramatique du personnage principal, Daniel Piron, et des relations que ce dernier noue avec son entourage.

De l’humour א la tristesse, des croustillantes collaborations (Poelvoorde/Damiens) א l’individualisme tragique, "Cow Boy" conjugue les genres tout en n’hיsitant pas א monter en יpingle un יpoustouflant regard social sur une Wallonie latente vivant avec les fantפmes du passי. Tragique, amusant, parfois dיlicieusement incorrect, "Cow Boy" bיnיficie d’un excellent casting... Les tךtes d’affiches sont en forme !

Depuis plusieurs films dיjא, Poelvoorde nous a largement prouvי qu’il savait aussi bien jouer les grandes gueules que les hommes sentimentalement blessיs. L’inattendu Gilbert Melki a toujours le chic pour jouer les gangsters, ici, repentis. Franחois Damiens ne change pas radicalement son accent ou son expressivitי. Bien qu’il soit ici moins exubיrant que dans "Taxi 4" ou "Dikkenek", il a le don de sortir quelques petites rיpliques bien senties. Ca fait du bien quand חa part !

Un peu comme dans "Podium", oש Poelvoorde יtait יclatant en sosie de Claude Franחois, Julie Depardieu campe avec ce mךme Poelvoorde un couple vivant quelques difficultיs relationnelles. On pourrait reprocher א "Cow Boy" de rester plutפt יvasif, dans son final, par rapport א la relation d’amour (יpuisי) entre Daniel Prion et son יpouse, Christelle (Julie Depardieu) ! Mais c’est peut-ךtre dans les regards (tristes et durcis par les alיas de la vie) de ses figurants et seconds rפles que "Cow Boy" offre une profondeur inestimable א un rיcit intיressant. L’histoire souffre toutefois de quelques longueurs et d’un manque de rythme vers sa conclusion.

Les fans de Poelvoorde et de Franחois Damiens ne seront pas dיחus de revoir leurs idoles dans un magnifique film doux-amer, sorte de "triste comיdie", comme seule la Belgique sait si bien le faire ! En 40 jours de tournage, passant par Charleroi, Godarville, Thy-le-Chגteau, Namur ou encore la Cפte belge, Benoמt Mariage nous offre une magistrale analyse sociale de son pays, tout en ayant un regard perחant et moqueur sur le monde de la tיlיvision et du cinיma. A ce sujet, ne manquez surtout pas la sיquence oש notre cher Daniel rencontre dans un restaurant l’un des plus grands reprיsentants actuels du cinיma belge : Olivier Gourmet. Rires garantis ! Merci, Benoמt Mariage, de nous ouvrir א nouveau les yeux ! Merci pour votre engagement ! Merci… tout simplement.

"Cow Boy" sort dans les salles belges et franחaises ce 5 dיcembre 2007...

Les bandes-annonces…



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Benoît Poelvoorde : sacré cow-boy !

    Benoît Poelvoorde sacré cow-boy

    Hasard du calendrier, le fameux Benoît Poelvoorde est sur tous les fronts en ce moment ! Au cinéma, depuis quelques semaines, dans "Les Deux mondes" de Daniel... Lire la suite

    Par  Tom
    CINÉMA, CULTURE
  • Un Cow-boy nommé LUCKY LUKE

    Cow-boy nommé LUCKY LUKE

    Les frères Dalton se sont encore échappés ! Poursuivis par le célèbre Lucky Luke, ces malfrats se réfugient dans une caravane visant à réaliser le rêve américai... Lire la suite

    Par  Tom
    CINÉMA, CULTURE
  • Yahhh, nouveau single de Soulja Boy ft Arabe

    SouljaBoy a fait bouger la France avec son premier tube “Crankdat”. Une nouvelle danse importé par Soulja boy est la base de son succès, celà consiste en un... Lire la suite

    Par  Zebule
    CULTURE, MUSIQUE, RAP/R&B
  • Un cow-boy au paradis : mort de Heath Ledger, 28 ans

    Heath Ledger dans "I'm not there" © Diaphana Films Galerie complète sur AlloCiné Avec Jake Gylenhaal, ils représentaient (avec quelques autres) la relève du... Lire la suite

    Par  Vierasouto
    CINÉMA, CULTURE
  • Boy kill boy

    Je viens de me lever et en allumant W9, je tombe sur 2 chansons Live du groupe BOY KILL BOY, que je trouve vraiment sympa, alors autant vous en faire profiter... Lire la suite

    Par  Vincent D
    CULTURE, MUSIQUE
  • Fall out boy

    , formé en 2001, est un groupe de punk rock de Wilmette, Illinois dans la banlieue de Chicago. Composé de Patrick Stump, Andy Hurley, Joe Trohman et Peter Wentz... Lire la suite

    Par  Vincent D
    CULTURE, MUSIQUE
  • Benoît Poelvoorde aux Jeux Olympiques

    Benoît Poelvoorde Jeux Olympiques

    Alafolix (Stéphane Rousseau) quitte le village des irréductibles gaulois pour se rendre en Grèce et conquérir le cœur de la Princesse Irina (Vanessa Hessler). Lire la suite

    Par  Tom
    CINÉMA, COMÉDIE, CULTURE

A propos de l’auteur


Tom 248 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines