Magazine Livres

Dans l'ombre de Clarisse, par Madeleine ROBITAILLE

Par Elianthe
Dans l'ombre de Clarisse, par Madeleine ROBITAILLE
RÉSUMÉ : Une grand-mère, dans l’imagerie populaire, c’est une petite femme toute ronde, au visage doux et souriant, à la peau délicieusement parfumée, à la voix chaude et rassurante, qui nous accueille avec des confitures maison et des beignets, qui nous caresse de ses mains aussi légères qu’un vol d’oiseau, qui sait consoler petits et grands chagrins, qui sait écouter avec sagesse et compassion, et qui, par-dessus tout, nous aime sans condition, pour toujours.
Eh bien ! pour Charlotte et ses sœurs, une grand-mère, c’est Clarisse : mâchoire inférieure avancée, nez plat, front large, yeux écartés et brillants d’un feu insoutenable, des mains comme des battoirs, un corps massif et imposant, et une voix qui s’apparente à un grognement, parfois même à un aboiement. D’où le surnom dont l’ont affublée ses petites-filles, pour rigoler entre elles : la Bouledogue.
Le jour où Clarisse doit venir s’installer chez elles, à la suite d’un drame qui laisse leurs parents incapables de s’occuper d’elles, l’existence des quatre sœurs prend la tournure d’un cauchemar. L’éducation, selon Clarisse, c’est se soumettre ou souffrir. Pour en arriver à ce que son code de bonne conduite soit respecté à la lettre, elle ne lésine pas sur les méthodes, même les plus cruelles.
Charlotte, la rebelle, regrettera amèrement de ne pas avoir plié l’échine devant cette nouvelle autorité. Sa résistance la conduira tout droit à l’horreur, à l’inimaginable, l’obsession de Clarisse l’atteignant au cœur même de sa féminité… L’arrivée de la Bouledogue au cœur de cette famille unie par l’amour et la confiance aura les mêmes effets qu’un tsunami : dévastation, désolation, mort… Âmes sensibles s’abstenir…
MON APPRÉCIATION : Il s'agit du troisième roman de cette auteure québécoise.  J'ai aussi lu les deux premiers, Le quartier des oubliés et Les orphelins du lac, avec une nette préférence pour le premier.  Dans tous ses romans, elle flirte soit avec l'horreur, soit avec le surnaturel.  Dans l'ombre de Clarisse, l'histoire va crescendo vers l'horreur, jusqu'à l'insoutenable.  Clarisse, cette grand-mère, complètement «cinglée», entend la voix de sa mère défunte, prêche des principes d'éducation d'un autre âge et distribue allègrement les taloches.  Un vrai cauchemar!  On se met à l'haïr assez rapidement.  Ce roman m'a un peu fait penser aux Sept jours du talion, de Patrick Senécal. 
À part cette montée assez rapide vers un pic de suspense, des victimes exclusivement féminines que l'on prend en sympathie et une écriture qui coule somme toute assez bien, ce roman ne me laissera pas un souvenir impérissable.  Il aurait eu avantage à être plus long et davantage développé.  Et l'auteure fait mourir un peu trop de personnages à mon goût, c'est presque une hécatombe!  Je classerais donc ce roman dans la catégorie de ceux qui ne procurent que quelques frissons... Éditions de Mortagne, 2009, 416 pages.
Site web des Éditions de Mortagne : http://editionsdemortagne.com/index.php

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Elianthe 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine