Magazine France

Villiers-le-Bel

Publié le 26 novembre 2007 par Torapamavoa Torapamavoa Nicolas @torapamavoa

Villiers-le-Bel


"C’est la pire des situations : des jeunes qui décèdent lors d’un accident avec la police, au cœur d’une cité, en fin d’après-midi, alors qu’il y a un maximum de monde", se désole la même source.
Une déclaration a la mesure du mépris et de l'abandon de certains endroits de la banlieue
A Villiers-le-Bel, au cœur d’une nuit d’émeute
Commentaire vu sur BELLACIAO
LE MONDE | 26.11.07 | 08h08 • Mis à jour le 26.11.07 | 08h11
"La ville de Villiers-le-Bel (Val d’Oise) a connu, dimmanche 25 novembre, une nuit de désolation. Pendant plus de six heures, plusieurs dizaines de jeunes ont procédé à des dégradations et ont violemment attaqué les forces de l’ordre pour "venger" le décès de deux adolescents, âgés de 15 et 16 ans, renversés en moto par une voiture de police dans l’après-midi. Le bilan est très lourd : une vingtaine de policiers blessés, des dizaines de voitures incendiées, des dizaines d’autres dégradées, un poste de police incendié, un autre saccagé, de très nombreux commerces dévastés. Récit d’une nuit d’émeute vécue "de l’intérieur".
Aux alentours de 17 h 15, sur la rue Louise-Michel, au niveau d’une intersection, une voiture de police heurte une mini-moto de cross, une Kawasaki verte, sur laquelle se tiennent deux adolescents, sans casques de protection. Le choc est extrêmement violent : selon nos constatations, effectuées un peu plus de deux heures après l’accident, alors que la police n’avait toujours pas commencé ses investigations, les traces au sol montrent que la moto a été traînée sur plus de vingt mètres. ( !!!!!!!!!!) La voiture de police s’est, elle, immobilisée une quinzaine de mètres après l’impact : l’avant du véhicule a été défoncé et le pare-chocs arraché ; le pare-brise avant a été profondément enfoncé, au niveau du conducteur, lorsque les victimes l’ont heurté.
Dans le quartier, classé "zone urbaine sensible", la tension monte très rapidement. Comme le montre une vidéo tournée par un habitant, que Le Monde a pu visionner, les policiers sont rapidement pris à partie verbalement.
Sur les images, pendant que les pompiers effectuent des massages cardiaques sur les deux adolescents, on constate que plusieurs dizaines de personnes assistent aux opérations de secours dans une ambiance tendue.
DES COUPS POUR INTERDIRE TOUTE PRÉSENCE EXTÉRIEURE
De nombreux habitants reprochent aux policiers de ne pas avoir immédiatement porté assistance aux deux blessés. "Une deuxième équipe de policiers est venue récupérer leurs collègues. Mais ils ont laissé les deux gamins sans rien faire", témoigne Younès B., 31 ans.

Les premiers affrontements débutent peu de temps après l’accident. Un commissaire présent sur place est frappé par des jeunes. "On a essayé de le protéger mais ils l’ont attaqué avec des bâtons", raconte un adulte, en demandant l’anonymat.
Des bandes commencent à incendier des véhicules et à dégrader le mobilier urbain (abribus, cabines téléphoniques). Vers 19 h 30, le groupe que nous avons pu approcher, à 300 mètres du lieu de l’accident, compte plus d’une centaine de membres, dont beaucoup d’adolescents, presque tous cagoulés et armés de barres de fer, planches en bois, bombes lacrymogènes et bouteilles en verre.
"A la mairie !", hurlent certains d’entre eux autour d’une voiture en feu. Extrêmement agressifs, deux jeunes nous empêchent de rester sur place, allant jusqu’à nous porter des coups pour interdire toute présence extérieure.
Dans la fumée des poubelles et des voitures qui brûlent, des jeunes courent dans tous les sens. Certains arrivent sur le site en voiture, d’autres à pied. Les insultes fusent : "On va les niquer", disent les plus survoltés à propos des policiers qu’ils qualifient de "fils de pute" ou d’"assassins".
Régulièrement, résonne le bruit d’explosions sans qu’il soit possible de distinguer s’il s’agit de véhicules en feu ou de l’usage, par les forces de l’ordre, d’armes défensives (lacrymogènes ou flash-balls) dans d’autres parties du quartier. Au loin, on entend aussi les sirènes des pompiers et des policiers qui se tiennent à distance.
Dans une ambiance de tension continue, les assaillants attaquent un nombre inhabituel de cibles, parfois très éloignées les unes des autres, compliquant à l’extrême les opérations de maintien de l’ordre.
Devant la caserne des pompiers, située à 600 mètres environ du lieu de l’accident, ils s’en prennent directement et très violemment aux policiers : face aux jets de pierres, de bouteilles en verre, de barres en fer et de planches en bois, ceux-ci répliquent avec des dizaines de tirs de grenades lacrymogènes et de flash-balls. A proximité, les jeunes réussissent à incendier un concessionnaire automobile, y compris les véhicules à l’intérieur.
GROUPES "TRÈS MOBILES"
Après ces premiers affrontements, qui ont eu lieu dans la cité, plusieurs dizaines d’individus se dirigent vers la gare RER. Sur leur passage, ils dégradent des commerces et des véhicules. Puis attaquent le bureau de police de Villiers-le-Bel et parviennent à l’incendier intégralement.
A près de deux kilomètres de leur point de départ, ils réussissent à pénétrer dans le bureau de police d’Arnouville-lès-Gonesse, situé près de la gare, en tordant un rideau de fer : selon un policier, ils "saccagent" l’intérieur des locaux, brisent les vitres et jettent des ordinateurs et un siège par les fenêtres du premier étage.
Dans la principale rue commerçante d’Arnouville, ils dégradent des voitures et des commerces : selon notre décompte, les vitrines de 19 magasins ont été brisées à cet endroit ; l’intérieur de plusieurs commerces, non protégés par une grille en fer, a été dévasté.
Malgré les renforts venus de toute l’Ile-de-France, les forces de police, casquées, équipées de gilets pare-balles, de flash-balls et de grenades lacrymogènes, éprouvent les plus grandes difficultés à reprendre le contrôle de la ville.
Face à des groupes "très mobiles", selon un commissaire présent sur place, elles tentent de bloquer leurs déplacements mais sans y parvenir. "C’est la pire des situations : des jeunes qui décèdent lors d’un accident avec la police, au cœur d’une cité, en fin d’après-midi, alors qu’il y a un maximum de monde", se désole la même source.
Les patrouilles de police qui tentent de pénétrer la cité sont l’objet de tirs de plombs ou de grenaille. "Je pense qu’il y avait un fusil à pompe", relève un des policiers visés.
Les radios des forces de l’ordre ont aussi fait état de l’usage, à plusieurs reprises, de coktails molotov par les assaillants. De nombreux habitants insultent les policiers sur leur passage - ce à quoi les fonctionnaires n’hésitent pas à répondre sur le même ton.
Selon la préfecture, 21 policiers ont été blessés au cours des affrontements. Un calme précaire est revenu après minuit mais habitants comme forces de l’ordre disent attendre avec beaucoup d’appréhension les prochaines nuits."
Un regrettable accident de la circulation..... comme ces regrettables incendits d’immeubles jugés salubres, comme ces regrettables défenestrations de sans papiers... regrettable..


é

é


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Le sarko-show continue !

    Le retour pétaradant du Président sur le territoire français est une très bonne nouvelle. Feu le Cardinal Lustiger, avait bien besoin de repartir dans sa... Lire la suite

    Par  Menye Alain
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Le nouveau gourvernement sarkozy.

    Comme on pouvait s’y attendre, avec la baisse supposée du Président dans les sondages, ce dernier a remanié son Gouvernement. On s’en doutait un peu. Lire la suite

    Par  Menye Alain
    CARICATURES, FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Le rambo du nord.

    Préfet Canepa.Cet homme sur la photo ci-dessous, n'est ni un criminel, ni un marabout, ni un violeur, encore moins un danger pour la France. Lire la suite

    Par  Menye Alain
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Le taser, la chinoise, le policier et le couteau.

    Que s'est-il réellement passé hier à Paris XVI, dans le restaurant "Yushi" ? le flic était-il bourré ou simplement, ne comprenait-il pas un seul mot d'anglais ? Lire la suite

    Par  Menye Alain
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Le cas Bové embarasse le gouvernement

    José Bové, à l’aube de gros problèmes judiciaires, est de retour en France après des vacances passées à Katmandou. Déjà sous le coup d’une condamnation à 4... Lire la suite

    Par  Namiride
    ENVIRONNEMENT, FRANCE, INSOLITE, POLITIQUE, SCIENCE & VIE, SOCIÉTÉ
  • Le nombril du Monde

    Le Monde.fr demandait hier à ses lecteurs si, "depuis l'élection de Nicolas Sarkozy [à la présidence de la République], la France [leur] paraissait "trop" se... Lire la suite

    Par  Roman Bernard
    EUROPE, FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Réveiller le blog…

    Il est temps de se réveiller, me dit-on. De remettre le voyage en route, de relancer le blog… Quoi ? les affaires reprennent ? Lire la suite

    Par  Philippe Thomas
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ