Magazine Cinéma

La Légende de Beowulf

Par Ffred

Un film de Robert Zemeckis avec Ray Winstone, Angelina Jolie, Anthony Hopkins, Crispin Glover, Robin Wright Penn, John Malkovich, Brendan Gleeson

Fantastique, USA, 1h53

Sortie en salles le 21 novembre 2007 (France), le 16 novembre 2007 (USA)

Ma note : * *

Synopsis

En ces temps lointains, les sauvages contrées du Nord de l'Europe étaient peuplées de héros et de monstres, et des hommes audacieux, taillés pour la lutte et les conquêtes, pouvaient encore se forger des destins d'exception.
Le plus glorieux d'entre ces aventuriers fut le Viking Beowulf, qui surgit un beau jour pour sauver le vieux roi Hrothgar et ses sujets des assauts d'une féroce créature. Son nom devint vite légendaire à travers le royaume et, partout, l'on chanta sa bravoure face au maléfique Grendel. Beowulf ne devint pas seulement célèbre, mais riche. Et avec la richesse vinrent bientôt de dangereuses tentations et une inextinguible soif de pouvoir. Car le héros était aussi humain, trop humain, sans doute, et le guerrier plus avide, plus ambitieux et bien plus faillible qu'on ne l'imaginait...

Critique

N'ayant pas vu Le pôle Express le précédent film de Robert Zemeckis, pour lequel il avait utilisé à peu près la même technique pour les images, celui-ci est donc une vraie surprise. Techniquement le procédé a été amélioré et à l'image le résultat est vraiment formidable.

A mi-chemin entre le dessin animé, les images de synthèse et le film normal,  les images sont d'une beauté époustouflante.  Par contre, j'ai eu du mal à reconnaître les acteurs, heureusement que j'avais vu le casting avant, je n'avais pas reconnu par exemple le couple Hopkins/Wright Penn. Cette dernière est sans doute la moins réussi de tous. Son visage est assez figé et les émotions n'y passent pas vraiment.

A côté de ça, l'histoire et le scénario reste très classiques, on ne s'ennuie pas vraiment, mais on est pas scotché au siège non plus. La prouesse technique emporte l'intérêt mais il manque, par exemple, un ton ou une histoire qui capte comme dans les Shrek ou Ratatouille.

La question qui se pose à la vue de ce film est : quel est l'intérêt de faire ce genre de cinéma ? A part la prouesse technique, pourquoi faire appel à des acteurs ? Pourquoi ne pas faire directement un dessin animé ou un vrai film avec des décors et des comédiens en chair et en os ? Le scénario n'étant pas à la hauteur, le manque cruel d'émotion (au contraire des films PIXAR) limitent donc l'intérêt général. A voir pour les belles images mais pas pour des sensations fortes et la nouveauté.

Filmo sélective Robert Zemeckis

  

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ffred 143 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte