Magazine France

Après le rose (pale puis foncé), Fabius se met au vert

Publié le 27 novembre 2007 par Nico2312
Les Verts ont adopté une réforme de leur fonctionnement interne (performance notable tant leurs statuts sont propices à empêcher cela), qui doit, selon leur secrétaire nationale, Cécile Duflot, éliminer les "scories de fonctionnement". Cela va peut-être leur permettre d'éviter à l'avenir de se faire pilier leur fonds de commerce sans être en capacité de réagir (d'où l'impérieuse nécessité pour eux de pouvoir désormais "assurer la coordination de la parole publique des Verts") comme ce fut notamment le cas avec le Grenelle de l'Environnement. On comprend que se faire voler l'écologie par Jean-Louis Borloo ait convaincu les Verts qu'il était temps pour eux d'agir…
Mais attention, la concurrence promet d'être rude sur créneau "gauche et écologie" ou "écologie et gauche". En effet, Laurent Fabius, sans doute déjà lassé de sa posture de "sage actif" tente désormais une OPA sur l'écologie politique. Après l'échec de son virage "à gauche toute" qui s'est soldé par une déroute à la primaire socialiste pour la présidentielle, l'ancien ministre des Finances, alors social-libéral, de Lionel Jospin, se verrait bien en promoteur de "l'économie sociale-écologique de marché". Comme il l'explique dans Les Echos, il ne s'agit pas réellement de conviction, mais plutôt d'un choix marketing : "la gauche souffre presque partout en Europe d'une perte de crédibilité. Pour y répondre, le concept d'économie sociale-écologique de marché me semble prometteur". "Prometteur" rien que cela. Et dire qu'il a sans doute tenu le même discours à ses proches en 2004 pour leur expliquer qu'il serait bon de se positionner sur l'aile gauche du PS…
Et Laurent Fabius de décliner tout son bizness plan de "l'économie sociale-écologique de marché" qui selon lui explique clairement (et simplement ???) "l'étroite dépendance qui doit désormais exister entre l'économie, le social et l'écologique" et surtout "conjugue toute la gamme de l'action politique - innovation, production, régulation, protection, l'économie sociale-écologique de marché permet à la France et à l'Europe de retrouver le chemin de la croissance, de la justice et de l'influence". Quel dommage que l'engagement environnemental de l'ancien Premier ministre ne puisse être que suspect parce que sa baseline, "le mot d'ordre pertinent n'est pas travailler plus pour gagner plus, mais travailler mieux pour vivre mieux", est aussi bonne sur le plan de la communication que vraie sur le fond…
Au moins son nouveau positionnement rassurera-t-il Michel Rocard qui s'inquiétait de voir le PS "paralysé par son impuissance à faire un choix clair à propos de l'économie de marché". Il aura suffit d'y injecter un poil de vert pour que Laurent Fabius redevienne un fervent défenseur de l'économie de marché.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nico2312 387 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte