Magazine Bébé

Une grossesse interrompue peut avoir des répercussions sur le prochain enfant

Publié le 27 novembre 2007 par Willy




"Une grossesse interrompue peut avoir des répercussions sur le prochain enfant"

Séphane Clerget, psychiatre et pédopsychiatre

BARTOMEU AMENGUAL/GAMMA Les femmes qui perdent un enfant avant terme peuvent en concevoir une grande culpabilité et le vivre comme un échec personnel.

LE MONDE | 27.11.07 | -
ous venez de publier un livre sur les répercussions psychologiques des interruptions de grossesse, volontaires comme les IVG ou involontaires comme les fausses couches. Pourquoi ce travail ?

Certaines femmes peuvent encore souffrir dix ans après la perte de leur foetus. Ces traumatismes ne sont pas pris en considération, ou très peu, par l'entourage, la société, et la douleur peut s'enkyster.

Mais si on évoque les conséquences psychologiques des IVG, on risque de devenir suspect de soutenir les mouvements anti-avortements. Par ailleurs, on ne plaint pas une femme qui a fait une IVG parce qu'on considère qu'elle l'a voulue. On parle peu également des interruptions de grossesse non désirées qu'elles soient médicales ou qu'il s'agisse de fausses couches. Les médecins ont tendance à évacuer le sujet en expliquant à leurs patientes que "c'est la sélection naturelle", que "c'est mieux comme ça", qu'"il faut vite refaire" un bébé. Aujourd'hui, dans une société où l'on maîtrise la procréation, les femmes qui subissent ces pertes peuvent en éprouver de la honte, le vivre comme un échec personnel ou en concevoir beaucoup de culpabilité en pensant qu'elles ont été trop actives, qu'elles n'ont pas pris toutes les précautions.

Vous expliquez que les enfants également peuvent en être affectés...

Un deuil non fait peut être inoculé à son enfant. Plus ils sont jeunes, plus les enfants sont réceptifs à la douleur de leur mère. Ils expriment alors de la tristesse, des troubles du sommeil, ou encore de l'irritabilité, de l'agitation, de l'hyperactivité... Ce sont autant de façons de lutter contre le repli de leur mère. Ils peuvent également éprouver un sentiment de culpabilité pour avoir désiré la disparition d'un rival annoncé. Certains petits peuvent imaginer que le foetus mort a été digéré par leur mère. Ils peuvent alors craindre d'être à leur tour dévorés et par conséquent prendre de la distance vis-à-vis de leur mère. Il faut parler aux enfants de la fausse couche, leur dire que le foetus "n'a pas voulu naître" pour les déculpabiliser.

Une grossesse interrompue peut aussi avoir des répercussions sur le prochain enfant. La femme enceinte peut se retenir de trop investir le futur nouveau-né afin d'anticiper une éventuelle perte. Si la mère n'a pas fait le deuil de l'enfant idéal qu'elle portait, elle peut considérer inconsciemment celui qui le suit comme un enfant de remplacement qui se doit d'être à la hauteur d'un être idéalisé, donc sans défaut.

Que préconisez-vous pour aider les mères ?

Il faut légitimer la douleur morale liée à la perte du foetus. Dans le cas de fausses couches tardives, de mort in utero, ou d'interruptions médicales de grossesse à partir de 5 mois, il est possible d'inscrire l'être à l'état civil ou sur le livret de famille. Mais il reste à mettre en place des rituels laïques ou religieux pour ceux qui le souhaitent. Dans le cas de fausses couches plus précoces, il faut aider la mère à se détacher de son enfant perdu en lui proposant systématiquement une consultation psychologique. Je pense à la violence que vivent des femmes qui ont perdu leur foetus en allant aux toilettes. C'est une douleur inaudible et indicible pour beaucoup qui peut justifier une prise en charge spécialisée.


"Quel âge aurait-il aujourd'hui ?" de Stéphane Clerget (Fayard, 307 p., 19 €).
Propos recueillis par Martine Laronche

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Pourquoi?

    Pourquoi?

    Il arrive un moment où, fatalement, les gamins commencent à demander “Pourquoi?” à tout bout de champ. C’est l’âge. Rien de très difficile pour moi encore, ce... Lire la suite

    Par  Plouceur
    CÔTÉ FEMMES, EDUCATION, ENFANTS, HUMOUR, INSOLITE
  • grossesse

    Utiliser un ballon pour la grossesseLe ballon est un accessoire de choix pour la préparation à l'accouchement. Utilisé dès le début de la grossesse comme siège... Lire la suite

    Par  Christophe Cochet
    CÔTÉ FEMMES, FITNESS, MINCEUR, SANTÉ
  • "Avoir pignon sur beaufort"

    Le lundi midi (c'est pas une tradition mais une question d'organisation lié à la garderie, passons les détails)on mange dans notre futur appart', vu l'état du... Lire la suite

    Par  Barbinou
    CÔTÉ FEMMES, CUISINE, RECETTES
  • pourquoi ne pas avoir commencé plus tôt ?? adriel, the mambo kid

    Quand vous aurez vu cette vidéo, je suis certain que vous aurez la même réaction que moi, mais pourquoi j’ai attendu tout ce temps pour m’y mettre !!! Lire la suite

    Par  Tryptico
    BEAUX ARTS, CÔTÉ FEMMES
  • Le Guide du Routard peut se lire… Ou s'écouter !

    Tout le monde connaît le petit Guide du Routard, c’est le petit livre de voyage qui nous donne les bons plans, les bons restaurants, les bons hôtels… Crée en... Lire la suite

    Par  Mr Croc
    INSOLITE
  • Une économie étatique

    Durant la campagne électorale des leaders politiques et des économistes avisés ont beaucoup martelé sur les méfaits d'une économie étatique. De quoi s'agit-il e... Lire la suite

    Par  Désabusé
    FINANCES, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Peut-on vraiment critiquer tout le monde?

    Peut-on vraiment critiquer tout monde?

    Je me pose une question. Ne le prenez pas mal surtout, ceci n’est pas du mauvais esprit (pour une fois). J’ai lu le dernier, enfin, je veux dire, le nouveau... Lire la suite

    Par  Dorian Gray
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Willy 401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog