Magazine Société

Des exclusions aux Restos du cœur d’Albi !

Publié le 27 novembre 2007 par Domi
Elles seront cinq à ne pas avoir le droit de venir en aide aux bénéficiaires des Restos du cœur d’Albi, en cette saison 2007-2008. Cinq qui, après plusieurs années au service des plus démunis, quatorze ans pour la plus ancienne, ne seront plus autorisées à distribuer, à échanger un sourire et quelques paroles avec ces personnes auxquelles elles ont consacré tant d’heures, sans les compter, uniquement pour leur permettre de bénéficier de ce nécessaire auquel chacun de nous devrait avoir droit.
Devinez leur surprise, en ce début de saison, lorsqu’elles ont appris qu’on ne voulait plus d’elles. Leur surprise encore plus grande lorsqu’on ne leur a pas fourni la moindre raison, ni officieuse ni officielle, à cette exclusion. Leur surprise toujours lorsqu’elles ont été convoquées pour passer devant le « tribunal des Restos » qui leur signifiait cette exclusion qui fait si mal.
Elles n’étaient pas toujours d’accord avec la responsable ; elles le faisaient parfois savoir, avec leur caractère, posé pour certaines, plus trempé pour d’autres. Serait-ce cela qu’on leur reproche ? De ne pas avoir été des moutons ou des béni-oui-oui ? Le fondateur des Restos en était-il un ? Le fondateur des Restos aurait-il aimé travailler avec des collaborateurs dociles et soumis ? Mais la responsable des Restos du cœur d’Albi n’est pas Coluche.
Cette dernière n’arrivait pas à ses fins. Qu’à cela ne tienne, le responsable départemental se chargera du « sale boulot ». Une lettre signifiant à une future exclue que l’on ne « souhaite pas qu’elle fasse acte de bénévolat » pour cette saison. Une proposition inacceptable à cette même personne. Viennent ensuite les convocations pour les quatre autres. Et le fameux passage devant leurs collègues qui ont voté leur exclusion.
Mais une volonté à toute épreuve, forte de leur désir de continuer à œuvrer au contact des bénéficiaires, rend caduque cette première opération.
Alors, le grand jeu est sorti : tous les bénévoles sont « démissionnés », une nouvelle inscription est planifiée. Et, bis repetita, nouvelle proposition factice : « Soit vous acceptez, soit nous ne vous inscrivons pas en tant que bénévole » !!!
De convocations ridicules en « tribunal » bidon, d’exclusion sans fondement en démission collective, « nos » deux responsables n’auront reculé devant rien pour arriver à leur fin, pas même au recours à la diffamation et à la diffusion de fausses rumeurs.
Il reste dorénavant aux cinq ex-bénévoles à se reposer sur la direction nationale, afin d’obtenir un jugement équitable et la réparation de ce qu’elles considèrent comme une injustice, injustice qui va à l’encontre de la mission que se sont fixés les Restos du cœur.
Il reste aussi, et surtout, les paroles réconfortantes des bénéficiaires croisés dans les rues d’Albi et qui, en découvrant ce qui s’est passé, n’en croient pas leurs oreilles. Les agissements de tel ou tel responsable ne sont rien face à des bénéficiaires qui affirment : « La nourriture, c’est important. Mais le plus important avec vous, c’est que vous aviez toujours le sourire et des paroles réconfortantes ».
Les responsables actuels pourront s’arrangeront avec leur conscience, entourés d’une équipe toute acquise à leur cause.
Les « exclues » garderont pour toujours leurs souvenirs des moments passés au contact de tous les gens auxquels elles ont toujours tenté d’apporter du réconfort ; elles garderont en mémoire leurs sourires, leurs saluts, les paroles échangées. Et la satisfaction d’avoir agi en faveur de ceux qui souffrent, dans la droite ligne de ce que souhaitait Coluche que trop de monde a tendance à oublier aujourd’hui.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (4)

Par plouf
posté le 05 janvier à 19:23
Signaler un abus

je suis également en colére par rapport a certains qui vont demander de l aide ok pour pouvoir manger mais quand vous savez que ça vit avec 2000e par mois= désolée, évidemment ils ne sont pas déclarés vivant ensemble et la femme a 4 gosses + la paye du mari, bref je suis écoeurée. des controles + poussés seraient nécéssaire et cela a 6h du matin comme les flics, il y aurait a mon avis des surprises et des radiations. C est a dire + pour les vrai pauvres

Par choque
posté le 19 mai à 21:46
Signaler un abus

Bonsoir,

Je suis moi même bénéficiaire depuis peu, à Trappes, et je suis là pour dire que je suis moi même surprise de l'accueil que réservent certains bénévoles!!

Je suis tout à fait d'accord avec myboy, quand à l'accueil que réserve les bénévoles, et il est vrai qu'on se pose la question "est ce les bénévoles qui payent de leur poche les denrées qui nous sont distribuées? Vu la réticence que certains ont à vous donner les choses!!!!

Mais ce n'est pas tout j'ai vu de mes yeux les bénévoles arriver avec leur caddie, se mettre de côté les choses les plus intéressantes!!!

J’ai également vu les camions arriver, puisque j’habite près des restos, y voir décharger des choses, que pour ma part je n’ai jamais vu distribuer !!!!

Je suis au RMI depuis décembre et je me suis dirigée vers les restos sur les conseilles de mon assistante sociale.

Je ne pensais pas que si peu de chaleur humaine pouvait être donnée par les bénévoles aux restos du cœur,

Je connaissais cette association par la télé, et ce que j'y ai vu n'a rien à voir!!!!

Des choses à dire, j'en ai pleins

En 6 mois, je n'ai eu le droit qu'à 2 gels douche, un dentifrice, 1 beurre, 2 litres d'huiles, 1 baril de lessive de 500gr,

Quand à la nourriture, des fruits et des légumes pourris, 4 yaourt pour la semaine pour ma fille et moi, 1 sachet de pate, 3 petites boites de légumes, 1 sachet de riz, de la viandes périmée.....

Je sais que certains vont dire que je devrais me contenter de ce que l'on me donne

Passons maintenant à l'intersaison!!!

Lors de la campagne d'hiver j'ai rencontré certains bénéficiaires en grande difficulté (rmiste, femme seule avec 2 voir plus d'enfants, n'ayant pour seule ressources que leurs allocations familiales) à qui on a dit qu'ils gagnaient trop pour pouvoir bénéficier de l'intersaison

Quand à certains bénéficiaires restants, cela ne dérange personne, de les voir arriver un jour avec tel voiture et l'autre avec une autre, cela ne dérange personne non plus de voir certains bénéficiaires arriver en voiture flambant neuve!!!

Personne non plus ne semble étonner quand certain disent aux bénévoles qu'ils seront absents en juillet et aout car ils partent en vacances.

Certains bénéficiaires semblent être privilégiés, je m'explique:

Certaines denrées sont données spontanément à certains, alors que pour d'autre, ils semblent falloir quémander, il semble même que pour deux même composition de famille, l'une aura la chance d'avoir son colis doublé voir même triplé.

Quand aux opérations proposer en sus par les restos, il en est de même, certains ont la chance de ce voir proposer des séjours en vacances, des places de cinéma, des vêtements, des jouets pour les enfants, de la vaisselle, alors que pour les autres l’information même ne leur est pas donnée.

Je ne suis pas la pour faire le procès de cette association, qui part à la base de bons sentiments et sans qui beaucoup d’entre nous serait en grande difficultés.

Mais je pense que le choix des bénévoles, devrait se faire plus scrupuleusement. Que la base devrait, je ne sais si cela est fait, peut être après tout, surveiller un peu plus, cela éviterait surement à certains de s’en mettre plein les poches, à d’autres d’en profiter et aux autres de rester dans une grande difficulté.

Par myboy
posté le 31 janvier à 16:21
Signaler un abus

Bonjour, je suis tombé par hasard sur cet article car je faisais des recherches sur google, justement pour envoyer un message aux responsables du resto du coeur d'albi madeleine. C'est la première fois que je suis inscrit la bas comme bénéficiaire, mais je suis trés étonné par les comportements la bas. J'y suis allé 2 fois,et j'y suis ressorti avec l'envie de tout balancer à la poubelle;et j'ai décidé de ne plus y aller, car la manière de donner vaut mieux que ce que l'on donne. Parfois, je me demande ce qui pousse les gens à se porter bénévoles. Sont ils vraiment obligés d'y aller? Leur arrive t-ils souvent de demander aux bénéficiaires ce qu'ils pensent? Ce qu'on nous donne la bas, est ce que c'est eux qui nous l'ont payé? Par respect pour coluche, et pour les milliers de bénévoles correctes qui se battent avec générosité et désintéressement pour nous aider, je ne vais pas m'étendre dans les critiques ouvertes, mais c'est vrai qu'à albi madeleine,on dirait que certains parmi ceux qui font office de responsables, y ont atterri par un coup de pied au derrière. En lisant votre article, j'ai l'impression qu'il y'a beaucoup de problèmes la bas. Sont ils obligés de rester? Que gagnent ils à travailler bénévolement là où ils ont des problèmes?

A propos de l’auteur


Domi Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog