Magazine

Le bon Sully (18ème livraison)

Publié le 31 octobre 2007 par Coquenart

- Vous êtes, Ventre-Saint-Gris, un loyal serviteur, mon bon Coquenart ! A la bonne heure ! Si tous me servaient ainsi que vous, jamais plus notre bon royaume de France ne tomberait en quenouille !

C’était pour moi un bien étrange spectacle que le dévouement sans faille de cet homme grand, maigre, efflanqué, aux chevaux blancs et aux rides profondes à son roi !
Le roi siffla un page à qui il allait nous confier sans plus de façons, lorsqu’un homme entra brusquement par une petite porte : à sa robuste prestance, son crâne dégarni, sa barbe fournie et son air grave, je compris immédiatement que nous nous trouvions face au baron de Rosny, l’un des plus fidèles amis et conseiller du roi, qui fut depuis duc de Sully. Si étonné que je fusse par les manières bonhommes du grand roi, je le fus peut-être encore plus par l'entretien qui suivit.
- Sire !
- Eh bien, Rosny ! Quelle nouvelle vous amène ? Vous paraissez bien préoccupé !
- Uniquement de vous, Sire, uniquement de vous !
- Uniquement de moi, Rosny ? Mais c’est bien mal à vous, cela, mon ami ! Et les destinées de la France, qu’en faites-vous ? Ne savez-vous donc qu’elles sont entre vos mains ?
- Votre Majesté se raille de moi. Mais j’arrive ainsi sans façons parce que j’ai appris que vous receviez Monsieur Coquenart, que je pense pouvoir instruire en détail de l’affaire qui nous occupe.
- C’est vrai, Rosny, mais j’allais justement vous les envoyer : rien ne presse, que diable !

- Au contraire, Sire et plus que jamais ! Les nouvelles sont alarmantes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog